Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Coronavirus Judo Le Blanc-Mesnil

Madeleine Malonga : « Seul sauver des vies doit l’emporter… »

Récemment, la championne du monde de judo en titre (-78 kg) a lancé un appel aux dons pour les Hôpitaux de Paris. Tous les jours, « la boule au ventre », elle stresse de voir ses parents et sa sœur, soignant·e·.s, au chevet des malades du Covid. Elève-infirmière, la combattante de l’Etoile Sportive de Blanc Mesnil (26 ans) avoue « se sentir inutile », comme elle l’a aussi ressenti à l’annonce du report des Jeux de Tokyo…

Pourquoi cet appel aux dons ?
Parce que les hôpitaux manquaient de tout, parce que je voyais mes parents infirmiers et ma sœur, aide-soignante au centre hospitalier de Saint-Denis, être au front sans masques ni blouses. En les sachant mal protégés, j’ai la boule au ventre. Parce que je ne savais pas, non plus, quoi faire tellement je me sentais inutile, dans mon canapé, de ne pas pouvoir être, aussi, dans ce combat comme élève-infirmière.

Justement pourquoi n’avoir pas pu l’être ?
Pour préparer les Jeux, j’avais pris une année de césure. Du coup, pas assurée, je n’ai malheureusement pas pu être réquisitionnée.

Votre appel aux dons a-t-il été entendu ?
Comme j’avais donné les coordonnées des Hôpitaux de Paris, je ne sais pas exactement quel montant a été perçu. De mon côté, j’ai aussi mis un de mes survêtements « France » aux enchères. Il a rapporté un peu moins de 500 euros.

"Savoir mes parents au front : un stress, vingt fois supérieur à une compétition…"

Comment vivez-vous ce confinement ?
En tant que fille de soignants, avec un stress, vingt fois supérieur à celui éprouvé pendant une compétition de judo ! J’ai ressenti une anxiété nouvelle, de l’inquiétude. Les larmes m’arrivent facilement quand je vois des reportages sur leur quotidien, sur des proches dans l’impossibilité de dire « Adieu » à leur parent malade.

JPEG - 16.3 ko

Et comme judokate ?
Bouh, sans me prendre la tête ! Je reste positive. Je ne m’attarde pas sur ce que je n’ai plus ou sur ce qui me manque, comme enfiler mon kimono ou m’engager dans une compétition. Je vis dans l’instant présent en sachant que les priorités de mon métier sont devenues, logiquement, secondaires. Habitant dans une résidence, je peux courir, marcher et faire ma préparation physique. Chez moi, je fais aussi beaucoup de yoga et d’étirements. Du coup, je marque une pause psychologique et physique. Au final, je réalise comment je courais dans tous les sens avant sans prendre le temps de rien : c’était fou !? Je vois gros comme une maison, qu’après le confinement, on en regrettera certains aspects ! Mais bon, le combat n’est pas fini. Même si c’est difficile pour tout le monde, restez chez vous et soyez solidaires, s’il-vous-plaît.

Comment avez-vous vécu le report de ces Jeux, vos premiers ?
D’abord, là aussi, je me suis sentie inutile : en me disant, quatre ans d’efforts, pour rien ! Puis, j’ai été prise dans un sentiment mêlé de déception, parce que j’étais prête, et, de soulagement, parce que je ne me voyais pas faire du sport pendant que d’autres étaient au charbon, dans un réel vrai combat. Seul sauver des vies doit l’emporter ! Moi l’impatiente, j’apprends donc la patience avec ce bonus d’un an de préparation olympique.

Que ferez-vous le jour d’après ?
J’irai embrasser mes parents, pas vus depuis le 11 mars. Je fêterai les anniversaires manqués de ma mère et ma nièce. On se fera une belle fête de famille. Après, j’enfilerai mon kimono dont je n’ai pas oublié l’odeur…

à lire aussi
Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.

Coronavirus

Anaïs Quemener : « Surtout, ne rien lâcher… »

Après avoir gagné le plus long marathon de sa vie contre un agressif cancer du sein, la vice-championne de France des 100 km en court un contre le COVID. Aux urgences de l’hôpital Jean-Verdier à Bondy, cette aide-soignante (29 ans) avance -sans relâche- contre lui. Même si sa ligne d’arrivée ne cesse de reculer, cette battante licenciée au Tremblay Athlétic club ne s’avouera jamais vaincue…

Coronavirus

Yvan Wouandji : « Une forte remise en cause du fonctionnement de notre monde »

Le vice-champion paralympique 2012 de cécifoot - du football pour non-voyants - qui vit son confinement à Sevran, évoque les sentiments ambivalents qu’il a connus lors de l’annonce du report des Jeux paralympiques de Tokyo, pour lesquels les Bleus avaient déjà obtenu leur qualification. Confiant, il donne toutefois rendez-vous dans un an, et nous explique comment il prend son mal en patience.

Génération jeux Boxe

"Après le confinement, la reprise va piquer !"

La boxeuse du Noble Art Rosny Fatia Benmessahel est l’une des espoirs de la Génération Jeux soutenue par le Département de la Seine-Saint-Denis. Entre ses études d’ingénieure en alternance, un maintien de l’activité physique et les soins d’une tendinite, elle raconte son quotidien confiné, avec toujours Paris 2024 en point de mire.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.