Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Blanc-Mesnil Théâtre IN Seine-Saint-Denis

Les jeunes du Red Star montent sur scène

Le 2 juin, des jeunes footballeurs du Red Star ont participé à un spectacle au Théâtre du Blanc-Mesnil dans le cadre d’un projet pédagogique mené par le quatuor à cordes Léonis. L’objectif : marier foot, danse et musique classique, pour faire tomber des barrières arbitraires. VIDÉO.

Le ballon collé au pied, le petit milieu de terrain Adam efface ses adversaires un à un. Sauf que cette fois, ses vis-à-vis ont un violon entre les mains et que son terrain de jeu est une scène. Celle du théâtre du Blanc-Mesnil, où ce jeune U13 du Red Star et ses camarades se sont produits le 2 juin, en restitution finale d’un projet pédagogique monté par le quatuor Léonis.

Mu par la volonté de casser l’image élitiste de la musique classique, ce quatuor à cordes pas comme les autres a fait travailler de concert les catégories jeunes du Red Star et les jeunes danseurs et musiciens du Conservatoire du Blanc-Mesnil. Une représentation qui servait elle-même de lever de rideau à « Panenka », un spectacle sur le geste sportif et artistique proposé par le Quatuor lui-même, épaulé par le danseur hip-hop Mehdi Diouri et le street-footballeur Andreas Cetkovic.

Au coup de sifflet final, les spectateurs ne pouvaient qu’applaudir : Adam et les siens ont pratiqué un beau shadow-football, sur fond de Beethoven, Haendel et Philip Glass.

JPEG - 88.1 ko

@Franck Rondot

« Accessoirement, le but était aussi de les ouvrir à des musiques dont ils ont peut-être moins l’habitude et qui sont pourtant présentes dans leurs vies », expliquait Alphonse Dervieux, altiste au sein du Quatuor. Là, encore, le pari était réussi. La preuve par l’exemple : lors des répétitions, on surprenait ainsi Abdoulaye, joueur en 14 ans régionaux au Red Star, un violon dans les mains, à demander conseil à Malarvily, jeune musicienne du Conservatoire du Blanc-Mesnil. Sa demande : apprendre les premiers accords de l’air de la Ligue des Champions, dont il sait maintenant qu’on la doit à un certain Haydn.

JPEG - 80.9 ko

Retrouvez un premier reportage réalisé lors de répétitions durant les vacances de Pâques dans les locaux du Red Star : http://lemag.seinesaintdenis.fr/Ateliers-culture-au-Red-Star-joue-la-comme-Beethov

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.