Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Coronavirus Aubervilliers

Les équipes du Covisan pistent le virus

Plusieurs centres liés au dispositif national Covisan accueillent les patient·e·s susceptibles d’avoir le coronavirus. À Bobigny, Bondy, Saint-Ouen… des équipes médico-sociales testent, enquêtent et retracent les cas contacts pour casser les chaînes de contamination. Reportage au centre Covisan d’Aubervilliers.

« Nous recevons actuellement une dizaine de personnes par jour, un flux qui a eu tendance à baisser depuis plusieurs semaines » confie Meredith, bénévole au centre Covisan d’Aubervilliers et étudiante en soins infirmiers. La jeune fille épaulée par d’autres bénévoles masqué·e·s, accueille les patient·e·s présentant les symptômes d’une infection.

Une équipe pluridisciplinaire dédiée

Le centre Covisan d’Aubervilliers, situé à proximité du Centre municipal de santé (CMS) de la ville est l’un des premiers à avoir ouvert fin avril en Seine-Saint-Denis. « Les patients sont envoyés ici par les professionnels médicaux, après un premier passage par le Centre municipal de santé » explique le docteur Fabrice Giraux, directeur de la santé de la ville et coordinateur d’une équipe de huit personnes.
Un médecin, une infirmière, une assistante sociale et des étudiant·e·s proposent aux Albertivillarien·ne·s accueilli·e·s de réaliser in situ des tests nasopharyngés (PCR).

JPEG - 96.1 ko

S’ils se révèlent positifs, l’équipe procède alors à une enquête médico-sociale pour connaître les conditions de vie des malades, les cas contacts possibles et le respect des règles de sécurité.
« Nous fonctionnons toujours sur la base du volontariat » insiste Anaïs Anthonioz, cheffe de projet et coordinatrice de l’opération. « Les patients préfèrent appeler eux-mêmes les personnes avec qui ils ont discuté plus de 15 minutes sans appliquer les gestes barrières ». Les cas contacts choisissent alors de se faire dépister au sein du centre ou de bénéficier d’une visite à domicile réalisée par un binôme de l’équipe.

Des brigades sanitaires sur le terrain

Delphine Leclerc, infirmière de l’hôpital Avicenne, se déplace ainsi deux fois par jour chez les personnes potentiellement atteintes par le virus. « Nous essayons d’être discrets car les gens ont peur de la stigmatisation liée à notre venue. Une fois sur place, nous faisons des prélèvements et de la prévention pour éviter les contaminations au sein du foyer ». L’équipe mobile, qui a réalisé plus de 60 visites à domicile, laisse toujours à la fin de la visite un kit de protection composé de masques, de gel hydroalcoolique et d’un numéro à contacter pour un accompagnement spécifique. S’ils le souhaitent, les malades peuvent également être hébergé·e·s à l’hôtel pendant leur quatorzaine mais selon les professionnel·le·s, cette prise en charge a été peu employée.

JPEG - 103.2 ko

À ce jour, 100 patient·e·s surnommé·e·s « cas index » (symptomatiques) et 300 cas contacts ont été dépisté·e·s par le centre Covisan d’Aubervilliers depuis son lancement. L’équipe, qui souhaite « cibler les populations vulnérables », effectue aussi des tests sérologiques rapides hors les murs en compagnie des Restos du cœur. « Comme il existe des cas asymptomatiques et que les tests PCR négatifs ne sont fiables qu’à 70%, mieux vaut être large dans les mesures de prévention pour casser efficacement les chaînes de contamination », conclut le directeur Fabrice Giraux.


Contact Covid pour dépister, tracer, isoler

Les zones non desservies par le dispositif Covisan sont couvertes par Contact Covid, un outil de suivi des personnes présentant les symptômes du virus. Si celles-ci sont testées positives au Covid, le médecin note les cas contacts du patient – avec son consentement. Les agent·e·s de l’Assurance maladie les appellent ensuite pour les conseiller sur la conduite à tenir. Le patient index sera également contacté par une cellule d’appui à l’isolement qui l’informera de l’accompagnement dont il peut bénéficier (portage de repas, hébergement…). Des opérations de dépistage gratuites sont aussi menées dans plusieurs villes du département, comme récemment à Clichy-sous-Bois.


Vous craignez d’être infecté·e par le coronavirus ?

Restez chez vous, limitez les contacts avec d’autres personnes et contactez votre médecin avant de vous rendre à son cabinet ou joignez la permanence de soins d’Île-de-France au 0 800 130 000 (appel gratuit disponible tous les jours 24h/24).
Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et des signes d’étouffement, appelez immédiatement le SAMU - Centre 15.

Crédit-photo : Willy Vainqueur

à lire aussi
Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cents euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.

Aide alimentaire

Plongée dans le bouillon solidaire d’Ismeera Ayache

La crise du Covid a le mérite d’avoir éveillé la solidarité de citoyens à distance des milieux associatifs traditionnels. Parmi eux, Ismeera Ayache, dont le rêve est de développer autour de son foodtruck « Urban bouillon » un « tiers-lieu social et culturel ». Pendant un mois, cette jeune femme de 35 ans a spontanément intégré la chaîne d’aide alimentaire mise en place pour des milliers de personnes démunies. Portrait.