Catégories
Seine Saint-Denis
Saint-Denis Actions pour les Jeux JOP 2024

Les Jeux de Paris 2024 s’invitent à un salon consacré aux innovations technologiques

La 10 édition du salon Satis-Screen4All s’est tenue les 5 et 6 novembre aux Docks de Paris, à Saint-Denis. Soutenue par le Département, cette manifestation professionnelle est dédiée à la création et aux innovations technologiques au service des médias, entre autres. Cette année, une conférence sur les enjeux de la captation et de la diffusion des Jeux olympiques et paralympiques de 2020 à Tokyo en perspective des JOP de 2024 à Paris a particulièrement retenu l’attention. Nous y étions.

Jeux olympiques d’été, épreuve du 800 m nage libre Femmes. Dans le bassin, la nageuse américaine distance largement ses adversaires dès les premiers mètres de la course. Sauf accident et même s’il reste du temps, la victoire semble acquise. Si l’exploit sportif est retentissant et risque de longtemps marquer les esprits des spécialistes et des fans de la natation, le téléspectateur – non américain - s’ennuie ferme devant son poste. Le commentateur et son consultant, eux, meublent comme ils peuvent. Quand soudain, une ligne jaune virtuelle avec l’inscription « WR » apparaît sur l’écran : la marque traverse les dix couloirs et indique que si la nageuse continue à ce rythme, elle explosera le record du monde. Et voilà que l’intérêt de la course est aussitôt relancé : le commentateur s’emballe, le téléspectateur se réveille et, finalement, ne zappera pas.

Ce cas de réalité augmentée, qui a aujourd’hui plus de 10 ans, a été citée en exemple par l’un des intervenants en amorce de la conférence portant sur « les enjeux de la captation et de la diffusion des Jeux olympiques et paralympiques de 2020 à Tokyo en perspective des JOP de 2024 à Paris ». Une table ronde organisée dans le cadre du 10e salon professionnel Satis-Screen4All (les 5 et 6 novembre dans les Docks de Paris, à la Plaine-Saint-Denis), dédié à la création et aux innovations technologiques au service des médias, du divertissement et de la communication audiovisuelle, et soutenu chaque année par le Département et le IN Seine-saint-Denis.

Un sport, une nouvelle technologie

JPEG - 83.9 ko

En 2020, lors des Jeux de Tokyo, et surtout en 2024, à Paris, la ligne jaune aura probablement été supplantée par d’autres innovations pour le plus grand bonheur des téléspectateurs, désormais capables d’apprécier une épreuve à la télé sans rien connaître du sport concerné, et des diffuseurs, dans leur quête perpétuelle de l’audience. « 2020, et même 2024, c’est demain, tout le monde est sur le pont pour faire de ces Jeux olympiques et paralympiques des exemples en matière de retransmission », affirme Stéphane Gaultier, président délégué aux nouveaux usages au Pôle Média Grand Paris, cluster francilien dédié à la filière image et qui a forcément dans sa ligne de mire les JOP de Paris 2024. Et d’ajouter : « Pour maintenir l’intérêt du téléspectateur, chaque sport doit s’approprier une nouvelle technologie. On peut imaginer que lors d’une épreuve d’équitation, pas toujours très glamour pour les non-initiés, une application sur tablette et Smartphone diffuse une carte du parcours et indique le nombre de haies que le cavalier doit encore franchir lors de son passage. »

L’expérience spectateur

JPEG - 130.4 ko

Reste un paradoxe doublé d’un écueil que tout pays organisateur de Jeux olympiques souhaite éviter à tout prix : « Aujourd’hui, poursuit Stéphane Gaultier, on prend le risque de vider les stades en offrant un spectacle télévisé supérieur en qualité que celui proposé dans l’enceinte sportive. Disposant de toutes les informations nécessaires, le spectateur est bien mieux devant sa télévision. L’enjeu pour les organisateurs des Jeux de Tokyo 2020 et de Paris 2024 est donc de ramener de l’intérêt dans le lieu même de l’événement sportif par le biais des nouvelles technologies. » Les nouvelles technologies et les nouveaux canaux d’information sont ce sur quoi planchent déjà, et vont continuer de plancher ces prochaines années, les start-ups (la filière de la création et de l’innovation technologique représente 19 000 emplois en Seine-Saint-Denis) et les étudiants du territoire en vue des JOP de Paris 2024.

La preuve : la remise des prix du hackathon Human2Sport « Nouvelles expériences spectateurs : sport et handicap », événement parrainé par le Département. Cette cérémonie, organisée juste après la conférence, a permis de mettre en valeur le savoir-faire local pour offrir des réponses innovantes aux nouveaux besoins et demandes des publics : interactivité, immersion, personnalisation, production de contenus, partage des émotions et expériences. « Nous avons quatre ans pour faire la démonstration que le département est à la pointe de l’innovation, souligne Mathieu Hanotin, conseiller départemental délégué aux sports et aux grands évènements. Nous devrons nous inspirer des JOP de Tokyo pour monter en gamme, mettre en avant des nouvelles créations. Démontrer que nous sommes capables d’intégrer tout cet écosystème autour de l’image numérique et de l’expérience spectateur pour créer une nouvelle aventure olympique et répondre favorablement aux besoins économiques de notre territoire. »

à lire aussi
Saint-Denis Piscines JOP 2024

La nouvelle piscine de Marville a désormais un visage

Les plans de la nouvelle piscine du parc des sports de Marville sont désormais connus. Cet équipement, longtemps attendu par les habitants de Seine-Saint-Denis, sera construit par l’entreprise GCC, lauréat tout juste choisi par le Département, maître d’ouvrage. Opérationnel dès janvier 2024 pour pouvoir recevoir des entraînements de water-polo lors des Jeux de Paris 2024, ce centre aquatique accueillera surtout par la suite tous les habitants du département, pour une diversité d’usages.

Handball Villepinte Aubervilliers

Zaadi-Niakaté, le tandem du 93 au sein des Bleues

Elles seront deux Séquanodionysiennes à faire le voyage au Danemark, pour y défendre leur titre de championnes d’Europe de handball, à partir du 4 décembre. Grâce Zaadi et Kalidiatou Niakaté ont toutes deux découvert leur sport en Seine-Saint-Denis, à Villepinte pour l’une, à Aubervilliers pour l’autre. Toutes deux championnes du monde en 2017, elles continuent de cultiver un lien spécial à ce territoire où tout a commencé pour elles. Portrait.

Lutte Bagnolet

Mélonin Noumonvi, lutteur inoxydable

A 38 ans, le lutteur bagnoletais repart une nouvelle fois au combat. Objectif, une quatrième participation aux Jeux olympiques. Il vient de remporter un tournoi à Varsovie, il est capable d’y arriver et de nous surprendre encore…

Rugby Bobigny

Les Louves de Bobigny de A à Z

Après avoir entraîné pendant 14 ans l’équipe première des Louves de Bobigny, qu’il a co-fondée, Fabien Antonelli éprouvait le besoin de revenir sur cette aventure hors-norme. Il le fait avec verve et tendresse dans un « Dictionnaire passionné » qui nous en apprend beaucoup sur ce club historique, devenu l’une des références nationales en matière de rugby féminin.