Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Saint-Denis Actions pour les Jeux JOP 2024

Les Jeux de Paris 2024 s’invitent à un salon consacré aux innovations technologiques

La 10 édition du salon Satis-Screen4All s’est tenue les 5 et 6 novembre aux Docks de Paris, à Saint-Denis. Soutenue par le Département, cette manifestation professionnelle est dédiée à la création et aux innovations technologiques au service des médias, entre autres. Cette année, une conférence sur les enjeux de la captation et de la diffusion des Jeux olympiques et paralympiques de 2020 à Tokyo en perspective des JOP de 2024 à Paris a particulièrement retenu l’attention. Nous y étions.

Jeux olympiques d’été, épreuve du 800 m nage libre Femmes. Dans le bassin, la nageuse américaine distance largement ses adversaires dès les premiers mètres de la course. Sauf accident et même s’il reste du temps, la victoire semble acquise. Si l’exploit sportif est retentissant et risque de longtemps marquer les esprits des spécialistes et des fans de la natation, le téléspectateur – non américain - s’ennuie ferme devant son poste. Le commentateur et son consultant, eux, meublent comme ils peuvent. Quand soudain, une ligne jaune virtuelle avec l’inscription « WR » apparaît sur l’écran : la marque traverse les dix couloirs et indique que si la nageuse continue à ce rythme, elle explosera le record du monde. Et voilà que l’intérêt de la course est aussitôt relancé : le commentateur s’emballe, le téléspectateur se réveille et, finalement, ne zappera pas.

Ce cas de réalité augmentée, qui a aujourd’hui plus de 10 ans, a été citée en exemple par l’un des intervenants en amorce de la conférence portant sur « les enjeux de la captation et de la diffusion des Jeux olympiques et paralympiques de 2020 à Tokyo en perspective des JOP de 2024 à Paris ». Une table ronde organisée dans le cadre du 10e salon professionnel Satis-Screen4All (les 5 et 6 novembre dans les Docks de Paris, à la Plaine-Saint-Denis), dédié à la création et aux innovations technologiques au service des médias, du divertissement et de la communication audiovisuelle, et soutenu chaque année par le Département et le IN Seine-saint-Denis.

Un sport, une nouvelle technologie

JPEG - 83.9 ko

En 2020, lors des Jeux de Tokyo, et surtout en 2024, à Paris, la ligne jaune aura probablement été supplantée par d’autres innovations pour le plus grand bonheur des téléspectateurs, désormais capables d’apprécier une épreuve à la télé sans rien connaître du sport concerné, et des diffuseurs, dans leur quête perpétuelle de l’audience. « 2020, et même 2024, c’est demain, tout le monde est sur le pont pour faire de ces Jeux olympiques et paralympiques des exemples en matière de retransmission », affirme Stéphane Gaultier, président délégué aux nouveaux usages au Pôle Média Grand Paris, cluster francilien dédié à la filière image et qui a forcément dans sa ligne de mire les JOP de Paris 2024. Et d’ajouter : « Pour maintenir l’intérêt du téléspectateur, chaque sport doit s’approprier une nouvelle technologie. On peut imaginer que lors d’une épreuve d’équitation, pas toujours très glamour pour les non-initiés, une application sur tablette et Smartphone diffuse une carte du parcours et indique le nombre de haies que le cavalier doit encore franchir lors de son passage. »

L’expérience spectateur

JPEG - 130.4 ko

Reste un paradoxe doublé d’un écueil que tout pays organisateur de Jeux olympiques souhaite éviter à tout prix : « Aujourd’hui, poursuit Stéphane Gaultier, on prend le risque de vider les stades en offrant un spectacle télévisé supérieur en qualité que celui proposé dans l’enceinte sportive. Disposant de toutes les informations nécessaires, le spectateur est bien mieux devant sa télévision. L’enjeu pour les organisateurs des Jeux de Tokyo 2020 et de Paris 2024 est donc de ramener de l’intérêt dans le lieu même de l’événement sportif par le biais des nouvelles technologies. » Les nouvelles technologies et les nouveaux canaux d’information sont ce sur quoi planchent déjà, et vont continuer de plancher ces prochaines années, les start-ups (la filière de la création et de l’innovation technologique représente 19 000 emplois en Seine-Saint-Denis) et les étudiants du territoire en vue des JOP de Paris 2024.

La preuve : la remise des prix du hackathon Human2Sport « Nouvelles expériences spectateurs : sport et handicap », événement parrainé par le Département. Cette cérémonie, organisée juste après la conférence, a permis de mettre en valeur le savoir-faire local pour offrir des réponses innovantes aux nouveaux besoins et demandes des publics : interactivité, immersion, personnalisation, production de contenus, partage des émotions et expériences. « Nous avons quatre ans pour faire la démonstration que le département est à la pointe de l’innovation, souligne Mathieu Hanotin, conseiller départemental délégué aux sports et aux grands évènements. Nous devrons nous inspirer des JOP de Tokyo pour monter en gamme, mettre en avant des nouvelles créations. Démontrer que nous sommes capables d’intégrer tout cet écosystème autour de l’image numérique et de l’expérience spectateur pour créer une nouvelle aventure olympique et répondre favorablement aux besoins économiques de notre territoire. »

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.