Catégories
Seine Saint-Denis
Egalité femmes-hommes Collèges Actions pour les Jeux

Le Festival du film sportif conjugue le sport au féminin

Jeudi 6 juin, 9 collèges de Seine-Saint-Denis ont présenté des court-métrages réalisés par leurs élèves dans le cadre du Festival du film sportif de la FSGT 93. Avec comme fil rouge cette année : le sport au féminin et les nombreux sujets d’égalité femmes-hommes qu’il soulève encore. Vidéo.

« Après ça, j’espère que les garçons ne nous diront plus : mais c’est pas un sport pour les filles ! » Rokia est membre des « Lionnes », le surnom de l’équipe de rugby féminin du collège Iqbal-Masih, à Saint-Denis, où elle est élève en 5e. Comme certaines de ses coéquipières, elle témoigne de sa passion pour le rugby et des stéréotypes de genre auxquels elle a pu se heurter dans le court-métrage réalisé cette année par des élèves du collège dans le cadre du Festival du film sportif.

Cette manifestation, organisée par la FSGT 93 (Fédération sportive et gymnique du Travail) depuis 6 ans avec le soutien du Département, a pour ambition de faire résonner sport et art, en l’occurrence cinéma, en amenant les collégiens à réaliser chaque année avec l’aide de professionnels du 7e art un court-métrage sur le thème du sport. « En cette année de Mondial de football féminin organisé en France, le sujet était tout trouvé : on a invité les élèves à travailler sur le sport au féminin et sur tous les clichés que cela génère malheureusement encore », expliquait Clément Rémond, président de la FSGT 93.

Humour, documentaire, fable et même comédie musicale : les productions inspirées de 9 collèges différents, présentés jeudi 6 juin au Méliès de Montreuil, ont ainsi décliné le sujet sous de nombreuses formes. Auparavant, dans cette même salle, les collégiens avaient pu voir le matin-même « Battle of the sexes », film rappelant les luttes en matière de droits des femmes dans les années 70 de la joueuse de tennis Billie Jean King.
« Aller au bout de ses rêves, c’est de plus en plus possible pour une sportive de haut niveau en France, même si c’est encore moins facile pour les filles que pour les garçons », témoignait la sprinteuse Ayodele Ikuesan, membre de l’équipe de France et marraine de cette édition, ravie des court-métrages qu’elle venait de découvrir.

Les 9 court-métrages réalisés :

- Les Lionnes, collège Iqbal Masih, Saint-Denis
- Sport forever, collège Lenain de Tillemont, Montreuil
- Enquête au coeur du sport féminin, collège Eugénie-Cotton, Le Blanc Mesnil
- Boxeur, collège Espérance, Aulnay-sous-Bois
- Joue-la comme Diani, collège Roger Martin du Gard, Epinay-sur-Seine
- Du balai au ballon, collège Jean-Zay, Bondy
- Un collège presque parfait, collège Jean-Jaurès, Montreuil
- Kameldine de Coubertin chez les kif-kif, collège Louise Michel, Clichy-sous-Bois
- Ensemble, collège Clos Saint-Vincent, Noisy-le-Grand

Retrouvez ces court-métrages sur la page Facebook de la FSGT : https://www.facebook.com/fsgt93

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.