Catégories
Seine Saint-Denis
Lutte contre les violences Bagnolet

Un nouveau lieu d’accueil pour les jeunes femmes victimes de violences

Un lieu d’accueil et d’orientation pour jeunes femmes de 15 à 25 ans victimes de violences sexistes et sexuelles vient d’ouvrir à Bagnolet, sous l’impulsion du Département, de l’Etat, des villes de Paris et Bagnolet, d’Est Ensemble et de la Région.

« Les jeunes femmes entre 15 et 25 ans sont les premières victimes de violences sexistes et sexuelles, mais ce sont aussi les dernières à se rendre dans des structures spécialisées d’accompagnement. » Séverine Lemière est la présidente de l’association FIT Une femme un toit. L’association sollicitée par l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes pour mettre en place et animer un Lieu d’accueil et d’orientation (LAO) spécialement dédié aux jeunes femmes victimes de violences sexistes et sexuelles. « Elles ont des problèmes spécifiques liés à leur âge. Les violences sexuelles peuvent entraîner une rupture du cycle scolaire, empêcher l’insertion professionnelle, avoir des graves conséquences sur leur état de santé… Sans compter que certaines d’entre elles peuvent être en situation de grave précarité sont de toutes jeunes mères. »
L’association FIT Une femme un toit a une réelle compétence dans l’accompagnement de jeunes femmes. Depuis des années, elle gère un centre d’hébergement et de réinsertion sociale accueil avec une approche féministe. « Nous prônons l’égalité entre les hommes et les femmes, luttons contre les violences et nous accordons beaucoup d’importance à la liberté des femmes », explique Séverine Lemière. « Ces jeunes femmes ont connu énormément de restriction de leur liberté. Alors nous posons des règles, mais nous agissons, décidons avec elles. L’apprentissage de la liberté fait aussi partie d’un accompagnement féministe. »

Tous les après-midis, dans le nouveau Lieu d’accueil et d’orientation situé à Bagnolet, les jeunes femmes y trouvent un accueil, une écoute, des conseils. Les mercredis sont consacrés à des moments de discussions, à plusieurs, dans une ambiance plus détendue. « Nous recevons des personnes en très grande souffrance, néanmoins nous faisons des projets. On mange ensemble, on échange, explique Amandine Maraval, responsable du développement et de la coordination. Nous sommes aussi là pour fabriquer de jolis moments jolis souvenirs. Nous tenions à ce que le cadre soit chaleureux, véritablement accueillant. Un endroit où on a envie d’être, de squatter le canapé…et où toutes les paroles et questions sont accueillies. » Un lieu ouvert donc, facile d’accès, mais aussi sécurisé, où les victimes sont à l’abri de leur agresseur.

Le LAO s’adresse aux jeunes filles de Seine-Saint-Denis et des 19e et 20e arrondissements de Paris. Pour qu’il fonctionne, ce lieu doit être connu, des jeunes femmes comme des professionnel·le.le.·s. L’équipe du LAO contacte l’ensemble des établissements scolaires, des partenaires et toutes les personnes ressources qui gravitent autour de ces jeunes. Un long travail de sensibilisation, indispensable pour la réussite de cette initiative, pour la sécurité, le mieux-être et la liberté des jeunes femmes.

Photo : ©Nicolas Moulard

Lieu d’accueil et d’orientation
Maison des associations
79 bis, avenue Gallieni
93170 Bagnolet 
01 71 29 50 02.
lao@associationfit.org

Consulter le violentomètre, outil de lutte et de mesure contre les violences faîtes aux femmes

Consulter le violentomètre, outil de lutte et de mesure contre les violences faîtes aux femmes

à lire aussi
Plan rebond

Un fonds d’aide pour éviter la spirale de l’endettement locatif

Le Département met en place des aides au paiement du loyer pour les ménages fragilisés par la crise économique liée au Covid. Ce fonds exceptionnel "d’aide à la quittance", qui concerne aussi bien le parc public que privé, vise à réagir de manière précoce afin d’éviter aux locataires de s’enliser dans les dettes locatives.

Coronavirus

Après le Covid, le Département lance un plan de rebond solidaire et écologique

Mercredi 8 juillet, le Département a voté un plan de rebond solidaire et écologique. Ce programme, d’un montant global de 55 millions d’euros, doit répondre à la crise économique et sociale faisant suite à la crise sanitaire qui a secoué le territoire avec l’arrivée du coronavirus. Une aide exceptionnelle au paiement des loyers, un soutien aux associations du territoire frappées par la crise ou porteuses de solutions et un fonds d’investissement pour une transition écologique figurent parmi les axes forts de ce plan de relance.

Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’autonomie

Le Département a lancé lundi 6 juillet un appel à manifestation d’intérêt visant à constituer un réseau de tiers-lieux « Autonomie dans mon quartier » qui favorisera l’inclusion des personnes âgées et handicapées dans leur vie de quartier. Les tiers lieux sont des cafés associatifs, locaux communs résidentiels, maisons intergénérationnelles, et bien d’autres encore, les modèles les plus innovants et divers sont les bienvenus ! Le dépôt des dossiers doit s’effectuer avant le 30 septembre 2020

Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cents euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.