Catégories
Seine Saint-Denis
Lutte contre les violences Bagnolet

Un nouveau lieu d’accueil pour les jeunes femmes victimes de violences

Un lieu d’accueil et d’orientation pour jeunes femmes de 15 à 25 ans victimes de violences sexistes et sexuelles vient d’ouvrir à Bagnolet, sous l’impulsion du Département, de l’Etat, des villes de Paris et Bagnolet, d’Est Ensemble et de la Région.

« Les jeunes femmes entre 15 et 25 ans sont les premières victimes de violences sexistes et sexuelles, mais ce sont aussi les dernières à se rendre dans des structures spécialisées d’accompagnement. » Séverine Lemière est la présidente de l’association FIT Une femme un toit. L’association sollicitée par l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes pour mettre en place et animer un Lieu d’accueil et d’orientation (LAO) spécialement dédié aux jeunes femmes victimes de violences sexistes et sexuelles. « Elles ont des problèmes spécifiques liés à leur âge. Les violences sexuelles peuvent entraîner une rupture du cycle scolaire, empêcher l’insertion professionnelle, avoir des graves conséquences sur leur état de santé… Sans compter que certaines d’entre elles peuvent être en situation de grave précarité sont de toutes jeunes mères. »
L’association FIT Une femme un toit a une réelle compétence dans l’accompagnement de jeunes femmes. Depuis des années, elle gère un centre d’hébergement et de réinsertion sociale accueil avec une approche féministe. « Nous prônons l’égalité entre les hommes et les femmes, luttons contre les violences et nous accordons beaucoup d’importance à la liberté des femmes », explique Séverine Lemière. « Ces jeunes femmes ont connu énormément de restriction de leur liberté. Alors nous posons des règles, mais nous agissons, décidons avec elles. L’apprentissage de la liberté fait aussi partie d’un accompagnement féministe. »

Tous les après-midis, dans le nouveau Lieu d’accueil et d’orientation situé à Bagnolet, les jeunes femmes y trouvent un accueil, une écoute, des conseils. Les mercredis sont consacrés à des moments de discussions, à plusieurs, dans une ambiance plus détendue. « Nous recevons des personnes en très grande souffrance, néanmoins nous faisons des projets. On mange ensemble, on échange, explique Amandine Maraval, responsable du développement et de la coordination. Nous sommes aussi là pour fabriquer de jolis moments jolis souvenirs. Nous tenions à ce que le cadre soit chaleureux, véritablement accueillant. Un endroit où on a envie d’être, de squatter le canapé…et où toutes les paroles et questions sont accueillies. » Un lieu ouvert donc, facile d’accès, mais aussi sécurisé, où les victimes sont à l’abri de leur agresseur.

Le LAO s’adresse aux jeunes filles de Seine-Saint-Denis et des 19e et 20e arrondissements de Paris. Pour qu’il fonctionne, ce lieu doit être connu, des jeunes femmes comme des professionnel·le.le.·s. L’équipe du LAO contacte l’ensemble des établissements scolaires, des partenaires et toutes les personnes ressources qui gravitent autour de ces jeunes. Un long travail de sensibilisation, indispensable pour la réussite de cette initiative, pour la sécurité, le mieux-être et la liberté des jeunes femmes.

Photo : ©Nicolas Moulard

Lieu d’accueil et d’orientation
Maison des associations
79 bis, avenue Gallieni
93170 Bagnolet 
01 71 29 50 02.
lao@associationfit.org

Consulter le violentomètre, outil de lutte et de mesure contre les violences faîtes aux femmes

Consulter le violentomètre, outil de lutte et de mesure contre les violences faîtes aux femmes

à lire aussi
Aide sociale

Comment améliorer l’Aide Sociale à l’Enfance ?

Samedi 19 novembre à la Ferme des possibles, à Stains, une quarantaine d’enfants et de jeunes confié·e·s à l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), âgé·e·s de 8 à 23 ans, ont discuté ensemble de ce qu’ils ou elles voulaient améliorer dans leur quotidien. Invité·e·s par le Département de la Seine-Saint-Denis, ils et elles sont désormais membres du premier Conseil des Jeunes de la Protection de l’Enfance.

Lutte contre prostitution mineur·e·s

« Plan sous », les jeunes parlent aux jeunes de la prostitution

Le film « Plan sous » a été projeté vendredi 18 novembre au cinéma Le Méliès de Montreuil. Ce court-métrage de prévention de la prostitution des mineur·e·s est le résultat du travail de huit élèves du lycée Louise-Michel d’Epinay-sur-Seine, sous la direction de leurs professeures, du réalisateur Benoît Bertran de Balanda avec le concours de l’actrice Camille Cottin. Une œuvre dont la qualité a été applaudie par Stéphane Troussel, président de Seine-Saint-Denis et Charlotte Caubel secrétaire d’Etat chargée de l’enfance.

Cancers du travail en Seine-Saint-Denis : l’enquête d’une sociologue sur l’accès aux droits

La sociologue Anne Marchand a publié en octobre un ouvrage tiré de sa thèse : « Mourir de son travail aujourd’hui, enquête sur les cancers professionnels », réalisé en suivant et en aidant des malades du cancer de Seine-Saint-Denis à faire reconnaître l’origine professionnelle de leurs pathologies. Un plaidoyer pour la non-exposition aux poisons, plutôt que la réparation.