Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux JOP 2024 Saint-Denis

Succès populaire pour la Grande Course du Grand Paris

Pour cette première édition, 5 517 concurrents ont bouclé les 11,8 km séparant l’Hôtel de Ville de Paris et le Stade de France. Tout un symbole pour la candidature conjointe de Paris et la Seine-Saint-Denis aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Reportage et VIDÉO.

Le long couloir souterrain du Stade de France, l’arrivée sur la piste en pleine lumière, la foule dans les gradins. C’est à ça que pourrait ressembler l’arrivée du marathon olympique à Saint-Denis si Paris et la Seine-Saint-Denis accueillaient les Jeux en 2024.

Dimanche, ils étaient 5 517 participants à s’être offerts une arrivée triomphale au Stade de France, dans le cadre de la Grande Course du Grand Paris.

Cette course de 11,8 km reliant Paris et la Seine-Saint-Denis est un symbole fort, à l’heure où les deux entités ont lié leur destin dans une candidature commune pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2024, dont le verdict tombera le 13 septembre prochain à Lima.

Et dans cette fête populaire, disputée sous un soleil estival, le Département était d’ailleurs bien représenté, avec une soixantaine de participants.

JPEG - 154.5 ko

Après un départ donné place de l’Hôtel de Ville, en présence de Jean-François Martins, adjoint aux sports de la mairie de Paris, et de Stéphane Troussel, président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, le parcours aura mené les participants place de la République, puis le long du canal Saint-Martin.

Les abords du centre commercial Le Millénaire, à Aubervilliers marquaient le passage en Seine-Saint-Denis. A ce stade, le souffle se faisait plus court, les jambes plus lourdes (en tout cas pour l’auteur de ces lignes lui aussi porteur d’un dossard).

Les graffs bariolés de la street art avenue, le long du canal Saint-Denis redonnaient un peu d’allant aux participants. Puis, après un premier temps intermédiaire aux 10 km, c’était l’entrée majestueuse dans le Stade de France : l’espace de 300 m, chacun pouvait se sentir dans la peau d’un Bekele ou d’une Muriel Hurtis, médaillés d’or ici même aux Championnats du Monde 2003.

Au final, le Soudanais Aboubakr Abdallah l’aura emporté chez les hommes dans le temps canon de 37 min 47. Côté féminin, c’est Anne Gouyette qui s’imposait en 48’55.

Parmi les agents du Département, Khalid Bouachir pouvait se prévaloir de la meilleure performance, dans l’excellent temps de 43’40. Les agents du Conseil départemental terminaient d’ailleurs à une honorable 12e place, au classement par équipes.

JPEG - 133.4 ko

Pour toutes et tous, les grimaces de l’effort cédaient rapidement la place au sourire : celui d’avoir battu leur record pour certains, celui d’avoir couru aux côtés de sportifs reconnus comme le gardien de but du PSG Alphonse Aréola ou la vice-championne olympique de boxe Sarah Ourahmoune.

La boxeuse d’Aubervilliers résumait d’ailleurs très bien le sentiment général à l’arrivée de la course : « Ce succès populaire démontre que Paris et la Seine-Saint-Denis sont des terres de sport. Et la Seine-Saint-Denis, on le voit un jour comme aujourd’hui, est prête pour les Jeux ! »

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.