Catégories
Seine Saint-Denis
Bobigny Théâtre

Réouverture en majesté pour la MC93 le 23 mai

Après deux ans et demi de travaux, la Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis, basée à Bobigny, rouvre ses portes mardi 23 mai, avec la première du ballet « Nicht Schlafen ». Une MC93 nouvelle formule qui se veut davantage ouverte sur la vie des habitants et de la cité. VIDÉO.

Deux ans et demi qu’elle se refaisait une beauté, à l’ombre de grandes bâches qui cachaient ses mystères. Deux ans et demi que l’équipe du théâtre avait choisi de mettre à profit pour mettre au point le futur projet de la MC et aussi pour tisser des liens avec d’autres structures au cours de trois saisons de programmation "hors les murs".

Désormais, il est temps de revenir à la maison. Mardi 23 mai, pour la première de « Nicht Schlafen », un ballet autour de l’oeuvre de Gustav Mahler mis en scène par Alain Platel, la MC93 va pouvoir réintégrer ses quartiers, rénovés sans pour autant tirer un trait sur l’histoire passée des lieux.

« Nous avons réalisé à la fois un travail de mise aux normes, d’adaptation de l’espace scénique et d’ouverture sur l’extérieur. », résume ainsi l’architecte Vincent Brossy, mandaté pour les travaux financés en partie par le département de la Seine-Saint-Denis.

JPEG - 91.6 ko

Au-delà de la remise aux normes de sécurité des lieux, le site aura connu trois évolutions notables. L’amélioration scénique de la grande salle Oleg Efremov, toujours d’une capacité de 800 places mais avec un plateau approfondi et de nouveaux gradins pliables. Le 23 mai, c’est dans cette salle qu’aura lieu la grande première de « Nicht Schlafen ».

Une salle supplémentaire, ensuite. Juste au-dessus de la salle Oleg Efremov, la MC93 pourra ainsi profiter d’une « black box » de 250 places, avec des gradins entièrement modulables. Un ajout qui pourrait permettre de jouer à l’avenir des spectacles en simultané avec la salle Oleg Efremov.

Enfin, la troisième modification d’ampleur porte sur le hall d’accueil, pensé par la nouvelle direction comme une véritable agora. Incarnation de ce que la directrice Hortense Archambault appelle la Fabrique d’expériences – des spectacles conçus à partir de l’expérience et de la parole des habitants - cet espace de 720m2 se veut en effet largement ouvert sur la ville, avec la possibilité d’y organiser des conférences ou des représentations.

Pour remodeler le hall qui sera ouvert au public tous les après-midis de mardi à samedi, à partir de septembre, les Balbyniens ont d’ailleurs été largement sollicités à travers des concertations publiques.

JPEG - 85.6 ko

« Au final, le théâtre renoue avec l’esprit du bâtiment initial, imaginé par les architectes Fabre et Perrotet. Aujourd’hui, la MC est redevenu cet équipement de stature nationale et un outil de création extrêmement fort. », estime Vincent Brossy. Après 30 ans de créations d’avant-garde et de grandes premières, revoici la MC93 partie pour un nouveau cycle.

Retrouvez l’interview de la directrice de la MC93 Hortense Archambault ici.

à lire aussi
Festival Aubervilliers Théâtre

« Désobéir », un hymne à la jeunesse française

Porté par quatre comédiennes pleines de vie, cette pièce créée au Théâtre de La Commune d’Aubervilliers fait entendre la voix de jeunes femmes issues de l’immigration. Leur point commun : avoir dû s’opposer pour se construire, face à leur milieu familial, au poids des traditions ou au regard de la société. Une pièce forte, qui montre le visage de la France d’aujourd’hui.

Festival Théâtre

Yvan Loiseau nous ouvre le frigo des gringos

Ce comédien-photographe vivant à Saint-Ouen revient dans un seul en scène tonique et grinçant sur la colonisation de l’Amérique latine, continent qu’il a parcouru dans un voyage en 2013. Vous trouverez dans le frigo des gringos de l’humour à froid, des connaissances et une bonne dose d’analyse politique.

Festival Danse

Avec « Pas seulement », Amala Dianor boucle la boucle

Repéré en 2015 à la Belle Scène Saint-Denis par la directrice du Centre chorégraphique de Strasbourg, le chorégraphe de hip-hop Amala Dianor a lui-même lancé cette année à Avignon quatre jeunes danseurs du centre alsacien, dans lesquels il se reconnaît. Leur spectacle sera repris en septembre au Théâtre Louis Aragon de Tremblay.

Festival Théâtre

Quand Georges Pérec débarque en Seine-Saint-Denis

Pour leurs balades sonores baptisées « Les rues n’appartiennent en principe à personne », les metteuses en scène Lola Naymark et Mélanie Péclat font témoigner les habitants sur leur quartier et leur rapport à l’espace public. Après Avignon, mis à l’honneur au moment du festival, elles en feront de même avec le quartier Pleyel de Saint-Denis et l’Ile Saint-Denis. Suivez les guides !

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.