Catégories
Seine Saint-Denis
Semaine bleue Petite enfance Seniors

Rencontres intergénérationnelles, une véritable cure de jouvence

Depuis 2005 à Bagnolet, des personnes âgées de la résidence Les quatre saisons et des enfants de la crèche départementale Anatole France, nouent des liens à travers la lecture, la peinture et le chant. À l’occasion de la semaine bleue*, nous avons assisté à la première rencontre de cette nouvelle année.

Au départ, l’approche est timide. Il faut dire que c’est la première fois que ces enfants de deux ans de la crèche départementale Anatole France, à Bagnolet, reçoivent la visite des personnes âgées de la maison de retraite voisine. Mais, quand David, l’animateur de cette dernière, entonne un « Bonjour, bonjour, comment ça va », l’ambiance se détend immédiatement et c’est parti pour une tournée de chanson.

Willy, Sabine et les trois autres seniors se lancent dans « Non, je ne regrette rien » d’Édith Piaf. Certaines paroles ont été oubliées, mais les petits n’en ont que faire. Ils écoutent, attentifs. Aïden se dandine même au milieu de l’assemblée, avant de chanter à son tour avec ses camarades « Petit escargot », puis de mimer le grand cerf dans sa maison.

Les enfants s’approchent. Monique prend une fillette sur ses genoux et les premiers échanges se nouent autour du doudou, tandis que Willy entame un concours de grimaces avec la petite Garance. Une première prise de contact des plus réussies.

« Cela leur fait vraiment quelque chose »

Désormais, ces seniors et ces enfants vont se revoir toute l’année, à raison d’une fois par mois, pour lire des livres, chanter des chansons, faire ensemble de la peinture. La crèche départementale et la maison de retraite organisent en effet depuis janvier 2005 ces rencontres intergénérationnelles.

« Elles sont basées sur le ressenti, l’affectif, les échanges avec comme lien le livre, l’art plastique, la musique. Nous organisons aussi des pique-niques, des fêtes de Noël ou de fin d’année », précise Marlène Laubier, la directrice de la crèche.

Pour les enfants, ces rencontres sont bénéfiques. « C’est un échange, insiste Charaf, une des auxiliaires de puériculture. Le soir, certains en parlent à leurs parents, ce qui n’est pas évident à cet âge. Ça montre que cela leur fait vraiment quelque chose. Pour ceux qui n’ont pas de grands-parents, cela leur apprend aussi le respect. »

JPEG - 421.3 ko

Des petits moments de bonheurs

Quant aux personnes âgées, le plaisir qu’elles en retirent se lit sur leur visage. « Elles aiment bien être avec les enfants, confirme David. Des fois, c’est l’heure d’aller manger mais elles ne veulent pas partir ». « Cela fait énormément de bien, confie effectivement Willy, qui participe à ce projet chaque année depuis le début. Je chante, je danse, je joue avec les peluches. Ça change et c’est beaucoup de souvenirs ».

Edouard Prono, le directeur de la maison de retraite, y voit aussi d’autres intérêts. « C’est une ouverture vers l’extérieur », explique-t-il, et « en lisant des histoires, en chantant des chansons, leur mémoire à long terme est réactivée. » Avant d’ajouter dans un sourire, « parmi les résidents qui ont participé au projet, on compte plusieurs centenaires. J’ai l’impression que ça conserve !  »

* La semaine bleue est une semaine d’information et de sensibilisation de l’opinion publique sur les personnes âgées, leur contribution à la société comme leurs difficultés.
Pour en savoir plus : http://www.semaine-bleue.org/

Lire aussi notre article : « A tout âge : faire société »

à lire aussi
Plan rebond

Un fonds d’aide pour éviter la spirale de l’endettement locatif

Le Département met en place des aides au paiement du loyer pour les ménages fragilisés par la crise économique liée au Covid. Ce fonds exceptionnel "d’aide à la quittance", qui concerne aussi bien le parc public que privé, vise à réagir de manière précoce afin d’éviter aux locataires de s’enliser dans les sables mouvants des dettes locatives.

Coronavirus

Après le Covid, le Département lance un plan de rebond solidaire et écologique

Mercredi 8 juillet, le Département a voté un plan de rebond solidaire et écologique. Ce programme, d’un montant global de 55 millions d’euros, doit répondre à la crise économique et sociale faisant suite à la crise sanitaire qui a secoué le territoire avec l’arrivée du coronavirus. Une aide exceptionnelle au paiement des loyers, un soutien aux associations du territoire frappées par la crise ou porteuses de solutions et un fonds d’investissement pour une transition écologique figurent parmi les axes forts de ce plan de relance.

Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’autonomie

Le Département a lancé lundi 6 juillet un appel à manifestation d’intérêt visant à constituer un réseau de tiers-lieux « Autonomie dans mon quartier » qui favorisera l’inclusion des personnes âgées et handicapées dans leur vie de quartier. Les tiers lieux sont des cafés associatifs, locaux communs résidentiels, maisons intergénérationnelles, et bien d’autres encore, les modèles les plus innovants et divers sont les bienvenus ! Le dépôt des dossiers doit s’effectuer avant le 30 septembre 2020

Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cents euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.