Catégories
Seine Saint-Denis
Coronavirus Pantin

Radio Jaurès : voix familières dans le silence du confinement

Le club radio du collège Jean-Jaurès, à Pantin, multiplie les émissions en cette période de confinement. Recettes, conseils et chroniques permettent de maintenir le lien entre les élèves et personnels du collège.

Une recette de "banana bread" par deux professeures coconfinées, la "Cucaracha" à l’accordéon par la documentaliste et sa sœur, une enseignante qui tricote et détricote, telle Pénélope, pour ne pas s’ennuyer, Lily-Rose qui dresse le portrait de Maes, son rappeur préféré, la prof de SVT qui propose d’observer les oiseaux à sa fenêtre pour aider la recherche scientifique, un conseil lecture sur « Le Petit Prince » en livre audio du professeur de français... Les grilles de RadioJaurès, l’audioblog du collège éponyme de Pantin, sont pleines à craquer en ces temps de confinement.

Marion et Juliette Cansell

« Le club radio existe depuis quatre ans, c’était le moment ou jamais de le faire vivre ! », relate Marion Cansell, documentaliste du collège. D’habitude, le club se réunit tous les lundis en fin de journée et travaille sur des thèmes laissés au choix des huit collégien.ne.s. Masilya fait depuis quatre ans des chroniques sur les animaux malheureux et/ou mignons ou sur Eva Queen, la chanteuse du moment. Une de ses camarades parle des réalités pékinoises, une autre des mangas.
Mais avec la fermeture du collège, plutôt que de laisser chacun se morfondre chez soi, la documentaliste s’est saisie de l’outil ainsi forgé pour maintenir un lien entre les élèves et les personnels de l’établissement. « J’ai créé une boucle whatsapp pour appeler élèves et personnels à participer à RadioJaurès. On a fait une première émission pour décomplexer tout le monde, et depuis, j’ai des propositions de différents élèves et collègues », narre l’initiatrice de l’activité.

Masilya a ainsi rédigé un texte sur des astuces pour ne pas s’ennuyer, puis s’est enregistrée avec son téléphone, et a envoyé le son à Marion Cansell, qui monte l’ensemble de l’émission. Mme Douzou et Mme Gouarderes enregistrent les recettes qu’elles concoctent. « C’est pas facile d’être claires et naturelles à la fois. On a un côté prof pas très funky, au début, on exagérait notre diction. Après on a rectifié, on s’améliore de jour en jour. On enregistre même les bruitages d’œufs qui se cassent ou de gaz qui s’allume », explique la professeure. « C’est vraiment sympa, ça maintient le lien dans une situation d’isolement et de déprime. J’ai reçu les photos de deux de mes élèves qui avaient fait notre recette de banana bread ! On revient à la fonction première de la radio : assurer un lien entre les gens isolés. C’est hyper fort », estime la chroniqueuse.
Mais RadioJaurès, ce n’est pas que pour le collège... Nous vous invitons donc à chausser vos écouteurs et rattraper votre retard avec les deux premières émissions. Attention, il faut cliquer sur télécharger pour pouvoir les entendre. La troisième ne devrait pas tarder à sortir !

https://audioblog.arteradio.com/blog/98440/radio-jaures

à lire aussi
Portrait

Mohamed Koussa : en route pour le championnat du monde 2021 !

Issu d’une famille modeste monoparentale, Mohamed Koussa, 43 ans, a grandi et vit en Seine-Saint-Denis. Et il a su rendre les honneurs au département qui lui « a tout donné » comme il dit, en décrochant un titre de champion du monde de lecture rapide en Chine en 2017. Depuis, cet ex enseignant a créé son académie et est en passe d’organiser les championnats du monde 2021 de lecture rapide depuis Dugny ! Interview.

Education aux médias Seine-Saint-Denis

Dessine-moi la liberté d’expression

Après le choc de l’assassinat de Samuel Paty, le Département a décidé d’accompagner les collèges de Seine-Saint-Denis avec Agora, un large programme d’éducation aux médias et à la liberté d’expression. Un atelier en visio entre des caricaturistes et des professeurs s’est tenu fin décembre pour préparer des parcours éducatifs sur le dessin de presse.

Education aux médias

Fake off, pour des citoyen·ne·s éclairé·e·s

Fondé en 2015, ce collectif d’une trentaine de journalistes intervient dans toute la France pour sensibiliser différents publics aux notions de fake news et de désinformation. Pierre-Hippolyte Senlis et Lucile Berland, deux de ses fondateurs, expliquent pourquoi Fake off a rejoint « Agora », nouveau dispositif d’éducation aux médias lancé par le Département.