Catégories
Seine Saint-Denis
J.O.P Tokyo Pierrefitte-sur-Seine Athlétisme Montreuil

Quand la Seine-Saint-Denis prend le relais...

Avant de voir la flamme prendre le relais vers ses terres pour 2024, la Seine Saint-Denis verra deux Montreuilloises et un Pierrefittois lancer les relais tricolores sur 100 et 400 mètres.
Loin d’être favoris, Carolle Zahi, Orlann Ombissa-Dzangue et Ludovic Ouceni savent avoir tout à gagner sur ces courses à surprises clôturant le programme d’athlétisme.

Quand il compose un relais 4x100 mètres, l’entraîneur national Franck Né sait compter « au départ sur des pointes explosives avec Carolle Zahi et Orlann Ombissa-Dzangue ». Venues du CA Montreuil 93, elles mettent le feu à son relais : « Après, il me reste juste à placer les autres en vitesse lancée… ».
Remplaçante aux Jeux de Rio en 2016, Carolle Zahi (27 ans) fait figure de relayeuse expérimentée dans ce groupe de quatre bizuths pour les Jeux : « Nous sommes une équipe homogène qui se complète bien. Dommage que nous n’ayons pas eu de courses avant les Jeux. Mais ainsi, nous avons soif de courir, d’en découdre… »

Charnières bien huilées !

Clairement, Franck Né regrette aussi de « ne pas avoir eu d’autres compétitions après les championnats de France notamment sur des Diamond League. A Tokyo, il y a quatre à cinq équipes logiquement candidates à une finale. Nous sommes dans un second groupe où nous devons nous battre pour entrer en finale. Après, en finale, tout le monde le sait, tout est possible. Ces courses sont toujours pleines de surprises ».

JPEG - 130.2 ko

Toujours positive, Orlann Ombissa-Dzangue (30 ans) ne se sent pas « vraiment pénalisée par cette absence de compétition. Il a permis d’abattre à l’INSEP un travail collectif très important notamment sur les passages du relais, peaufiner les réglages et charnières, de prendre de mieux en mieux confiance en nos partenaires ».
La dernière médaille olympique du relais féminin du 4 x 100 m remonte aux Jeux d’Athènes en 2004 avec les Séquano-Dionysiennes Muriel Hurtis et Sylviane Félix.

Pour 2024, sur 400m l’espoir vient de Pierrefitte…

JPEG - 147.5 ko

Pour sa première sélection olympique comme trois autres coéquipiers relayeurs, Ludovic Ouceni (20 ans) est surtout « très fier de porter les couleurs de l’équipe de France aux Jeux, compétition dont tout le monde rêve » pour laquelle l’entraîneur national Jamel Boudebibali « veut faire le mieux possible ».
« Sans stress particulier dans un groupe qui se serre les coudes », le coureur de Pierrefitte Multi Athlon Villetaneuse, originaire de La Réunion, à son affaire aussi sur 800 mètres, représente un grand espoir de l’athlétisme français à l’orée de 2024.
La dernière médaille olympique française remonte au bronze des Jeux de Munich en 1972.
De son côté, quatrième et dernier sélectionné de la Seine Saint-Denis en athlétisme à Tokyo, le triple-sauteur Benjamin Compaoré du CA Montreuil 93 (34 ans) n’a pas pu se qualifier pour la finale. Pourtant, en amont de sa qualification, face à la presse, le champion d’Europe de 2014 avait annoncé « être prêt à miser une belle somme sur une médaille… ».

à lire aussi
Bondy Football

Kylian Mbappé, Bondy forever

Le champion du monde 2018 et attaquant prolifique a décidé de rester trois ans supplémentaires au Paris Saint-Germain. Lundi, il a expliqué les raisons de son choix et n’a pas manqué d’adresser un bonjour chaleureux à Bondy, là où tout a commencé.

Waterpolo Saint-Denis Noisy-le-Sec

Cercle 93, tête haute !

Pour la deuxième année consécutive, la finale du championnat de France Elite de water-polo opposait le Cercle 93 à Marseille, la référence. Le 18 mai le match aller au stade nautique Maurice-Thorez de Montreuil s’est soldé par une victoire des Marseillais 17 à 13, qui ont confirmé chez eux 13 à 7. Vice champion de France, le Cercle 93 a pourtant gagné sur bien des points...

Collèges Bobigny Handicap

Du sport tous ensemble pour dépasser le handicap

Jeudi 12 mai, la FSGT 93 organisait la 8e édition du festival départemental des pratiques partagées à Bobigny. 700 collégien·ne·s et personnes en situation de handicap ont partagé ensemble des activités sportives. Le but : jouer et apprendre à se connaître ! Un moment de convivialité que le comité sportif souhaite pérenniser tout au long de l’année dans les villes du département. Vidéo.