Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Athlétisme Aulnay-sous-Bois

Première médaille mondiale pour Anna Airault

A 16 ans, Anna Airault vient pour la première fois de disputer une grande rencontre internationale, le championnat du monde d’athlétisme de la jeunesse. Une réussite puisque la perchiste du Dynamic Aulnay club en est revenue avec la médaille de bronze.

Le Nyayo National Stadium de Nairobi résonne des cris, des chants des 60 000 spectateurs ce dimanche 16 juillet : les Kenyans entrent en piste ! Dans tout ce vacarme, au bout de la piste d’élan, on remarque à peine la silhouette svelte d’Anna Airault. Elle n’est pas parmi les favorites, beaucoup d’autres concurrentes ont déjà passé des barres plus hautes que son record à 4 mètres.

Seulement ce soir, la plupart ont déjà lâché. Pour monter sur le podium, Anna n’a pas le choix. Elle doit passer 4m10, 10 cm au-delà de son record personnel. « Dès le départ, quand j’ai vu les stats des autres sauteuses, je savais que si je voulais une médaille, il fallait que je batte mon record. » Anna est confiante, elle a passé toutes ses barres au premier essai.

Le regard est déterminé, peu de temps de préparation, elle s’élance, s’élève… Et passe la barre avec de la marge. La médaille est dans la poche ! « C’est passé ! Je bats mon record et le bronze était assuré. » La suite se complique, l’Allemande Wildgrube et la Chinoise Niu passent toutes deux 4m15 au premier essai tandis que l’Aulnaysienne le rate. « Pour espérer l’argent ou l’or, j’ai gardé mes deux autres essais pour tenter 4m20. Mais c’était vraiment haut et je n’étais déjà plus vraiment dans la compétition, j’avais ma médaille ! »

Une belle réussite pour cette jeune fille qui a tout d’abord commencé par être gymnaste, puis qui a suivi son frère sur la piste d’athlétisme. Son expérience de la gym est un bon atout pour la perche. Ne pas avoir froid aux yeux aide aussi ! Lorsqu’on lui dit qu’il faut être un peu casse-cou pour devenir perchiste, elle répond : « Ah, non je ne trouve pas… Tout le monde peut le faire ! … Enfin, non, peut-être pas tout le monde... »

A Aulnay, Anna a pu profiter de l’expérience de son entraîneur Amandine Homo. Trois fois championne de France à la fin des années 90, elle est désormais aussi en charge de la perche chez les jeunes de l’équipe de France. « C’était bien qu’elle m’accompagne au Kenya. Elle me connaît bien et elle a pu me conseiller du bord de la piste. » Lorsqu’on lui parle de l’éventualité des Jeux olympiques à Paris en 2024, Anna répond : « Dans un stade de 60 000 personnes, l’ambiance était déjà dingue quand les Kenyans couraient ! Alors j’imagine même pas si c’était au Stade de France ! Quant à m’imaginer participer aux Jeux à Paris, c’est encore trop tôt... » Il est vrai qu’à 16 ans, sept années, ça parait loin. Mais qui sait...

JPEG - 82.6 ko
à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.