Catégories
Seine Saint-Denis
Coronavirus Collèges

Pour les enfants de soignant·e·s, le collège est ouvert !

Lorsqu’on soigne les autres, on ne peut pas s’occuper de ses propres enfants. Alors pour venir en aide aux soignant·e·s, le Département de Seine-Saint-Denis a maintenu ouverts quelques collèges dont Jacqueline-de-Romilly au Blanc-Mesnil, avec le concours volontaire du personnel administratif, de professeur·e·s et de personnels ATTEE. Reportage, à distance…

« Nous nous sommes portés volontaires pour rester ouvert et assurer les cours, raconte Frédéric Saur, principal du collège Jacqueline de Romilly au Blanc-Mesnil. Plusieurs professeurs ont répondu favorablement, y compris des enseignants d’autres établissements. » Le collège du Blanc-Mesnil reçoit des élèves de Tremblay-en-France, Sevran, Aulnay-sous-Bois, Villepinte, Drancy, Le Bourget, Dugny et bien sûr du Blanc-Mesnil. Dans ces temps particuliers, les cours sont eux aussi bien particuliers. « Avec la principale adjointe Lisette Petetin, reprend Frédéric Saur, nous ouvrons les portes à partir de 8h30, mais surtout nous nous adaptons aux contraintes horaires des parents, explique le principal. Certains parents nous déposent leurs enfants plus tard, et les départs aussi sont fixés en fonction des possibilités des parents. Hier, un élève est resté seul avec le professeur jusqu’à 18h00, sa mère est médecin et ne pouvait se libérer avant. »

De cinq à dix élèves

Les effectifs sont peu nombreux, selon les jours ils sont entre cinq et dix. « Ce sont majoritairement des élèves de sixième, reprend Frédéric Saur, quelques élèves de cinquième. Pour les enfant plus âgés, les parents hésitent moins à les laisser seuls à la maison. » Les cours aussi sont spécifiques, comme l’explique Hedi Ben Mansour, professeur de mathématiques : « Il s’agit plutôt de les accompagner. Leurs professeur·e·s habituel·le·s leur ont donné des exercices par l’ENT (Espace Numérique de Travail) ou par mail, alors il s’agit plus d’aide aux devoirs. » Il a fallu adapter l’espace de travail aux conditions sanitaires. « Nous avons choisi de nous installer dans le CDI (Centre de Documentation et d’Information). La salle est plus grande et nous pouvons installer les élèves devant des ordinateurs éloignés les uns des autres. Nous respectons les règles de distance, chacun se passe les mains au gel hydro-alcoolique au moment de se donner une feuille… Ces enfants sont très respectueux des consignes, on sent bien que leurs parents soignants ont fait passer le message. »

Le personnel ATTEE volontaire est à son poste

JPEG - 36 koHafid Belkhadra est agent d’accueil au collège Jacqueline-de-Romilly depuis son ouverture en septembre 2014. En ces temps de confinement, il n’a pas quitté son poste, volontairement. « Bien sûr mes tâches ne sont pas les mêmes qu’en temps normal. Par exemple, je viens en aide aux élèves qui ne disposent pas d’Internet. Tous les deux jours, je prends le véhicule du collège et je vais déposer leurs devoirs à sept élèves du collège. Il s’agit pour la plupart d’enfants dont les familles connaissent des difficultés. Recevoir les leçons et devoirs, ça leur permet de garder un contact avec le collège, de ne pas se sentir exclus, de continuer à apprendre et de pouvoir s’occuper. » Hafid Belkhadra travaille également avec les personnels ATTEE (adjoint technique territorial des établissements d’enseignement) du collège. « Trois personnes, hommes et femme, se sont porté·e·s volontaires pour continuer à assurer leurs missions, malgré le confinement. Chaque matin, ils et elle nettoient, désinfectent les pièces utilisées de l’établissement : le CDI, les toilettes, en n’oubliant aucun objet ou surface qui a pu être touché, manipulé, tables, claviers… »
Frédéric Saur conclut : « Nous avons reçu beaucoup de soutien de la part de nos collègues, mais aussi beaucoup d’aide de l’Inspection d’académie, et bien sûr du Département qui a maintenu le collège ouvert, la solidarité existe ! »
JPEG - 73.7 ko

à lire aussi
Portrait

Mohamed Koussa : en route pour le championnat du monde 2021 !

Issu d’une famille modeste monoparentale, Mohamed Koussa, 43 ans, a grandi et vit en Seine-Saint-Denis. Et il a su rendre les honneurs au département qui lui « a tout donné » comme il dit, en décrochant un titre de champion du monde de lecture rapide en Chine en 2017. Depuis, cet ex enseignant a créé son académie et est en passe d’organiser les championnats du monde 2021 de lecture rapide depuis Dugny ! Interview.

Education aux médias Seine-Saint-Denis

Dessine-moi la liberté d’expression

Après le choc de l’assassinat de Samuel Paty, le Département a décidé d’accompagner les collèges de Seine-Saint-Denis avec Agora, un large programme d’éducation aux médias et à la liberté d’expression. Un atelier en visio entre des caricaturistes et des professeurs s’est tenu fin décembre pour préparer des parcours éducatifs sur le dessin de presse.

Education aux médias

Fake off, pour des citoyen·ne·s éclairé·e·s

Fondé en 2015, ce collectif d’une trentaine de journalistes intervient dans toute la France pour sensibiliser différents publics aux notions de fake news et de désinformation. Pierre-Hippolyte Senlis et Lucile Berland, deux de ses fondateurs, expliquent pourquoi Fake off a rejoint « Agora », nouveau dispositif d’éducation aux médias lancé par le Département.