Catégories
Seine Saint-Denis
Seine-Saint-Denis Associations

Plan de rebond : deux fonds exceptionnels pour les associations

Le Département s’est doté, dans le cadre du « plan de rebond solidaire et écologique » de crédits destinés à l’aide d’urgence et à l’investissement des associations séquano-dionysiennes. Celles-ci ont jusqu’au 30 septembre pour déposer leur dossier.

« La crise sanitaire a impacté les finances des associations et les entreprises sociales et solidaires qui ont dû annuler des événements et ont organisé au pied levé l’aide aux plus démunis » explique Sophie Quartier-Picquart, directrice départementale de la Vie associative. Le Conseil départemental, conscient de leur grande utilité sociale, souhaite aider ces acteurs à faire face à leurs difficultés de trésorerie et se projeter dans des actions pour une adaptation et une transformation solidaire en Seine-Saint-Denis.

Le Département soutient ses partenaires

Un fonds d’aide d’urgence de 9 millions d’euros a été alloué aux associations et aux entreprises solidaires dont les finances ont été fragilisées par les effets de la crise de la covid. Un deuxième fonds s’élevant à 10,2 millions d’euros permettra de financer les projets d’avenir de ces structures, répondant à des enjeux de solidarité, de transition écologique, d’innovation sociale et d’inclusion.

« Ce plan de rebond tombe à pic pour nous » témoigne Annick Tamet, secrétaire générale du Secours populaire 93. « Sur la vingtaine de nos points de distribution, on a vu le nombre de personnes accueillies augmenter de 50% à 200% alors que nos réserves se tarissent ».

Les acteurs culturels et sportifs du territoire ont eux-aussi souffert de la mise à l’arrêt de leur activité. « La culture et les intermittents ont été particulièrement touchés par cette crise » explique Rémi Jacquot, directeur du 6B, un célèbre espace culturel de Saint-Denis. « Le Plan de rebond permettra de proposer des actions artistiques pour les habitants et permettre le développement économique du secteur ».

Côté sport, « les compétitions, initiatives et fêtes de club non tenues depuis le confinement ont eu des effets sur les finances des clubs » confesse Clément Rémond, président de la Fédération sportive et gymnique du travail du 93, qui regroupe plus de 200 associations. Ce Comité départemental prévoit ainsi de coordonner des parcours art/sport dans des EHPAD pour prévenir la perte de l’autonomie et proposer prochainement aux Séquano-Dionysien·ne·s des activités sportives au plus proche de leur lieu de vie.

Il ne reste plus maintenant aux président·e·s d’association qu’une douzaine de jours pour candidater à l’un ou éventuellement aux deux fonds d’aide d’urgence et d’investissement "pour l’adaptation et la transformation solidaire en Seine-Saint-Denis".

Retrouvez ici les règlements d’intervention, dossiers de candidature et pièces annexes à compléter et à envoyer sur une plate-forme dédiée.

Crédit-photo : Sylvain Hitau et Eric Garault

à lire aussi
Solidarité Les Lilas

La caravane des aidant∙e∙s sillonne le territoire

Jeudi 2 juin, le parvis du parc Lucie-Aubrac des Lilas a accueilli, en présence de Stéphane Troussel et de la conseillère départementale Elodie Girardet, le lancement de la caravane « Tous aidants », qui va parcourir l’Île-de-France, puis la France jusqu’en octobre. Cette initiative vise à informer et accompagner au mieux les aidant∙e∙s, souvent isolé∙e∙s et épuisé∙e∙s, se dévouant pour aider un proche malade ou en situation de dépendance. Reportage sous les barnums.

Seine-Saint-Denis Solidarité

Une caravane pour aider les aidant∙e∙s

Engagé en faveur de l’autonomie des personnes âgées et handicapées, le Département mène aussi un ensemble d’actions en faveur des aidant·e·s. Le but : lutter contre l’épuisement de ces proches souvent très sollicité·e·s. Un bus sillonnera le territoire début juin pour les informer sur leurs droits et les ressources existantes sur le territoire.

Santé

La maternité des Lilas menacée depuis dix ans de fermeture

La maternité des Lilas, menacée depuis dix ans de fermeture, dispose d’un an de sursis pour trouver une solution pérenne. Elle est soutenue dans son combat par les élu·e·s de Seine-Saint-Denis, des Lilas et d’Est Ensemble qui exigent des garanties de la part de l’Etat.