Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Site hôte JOP 2024 Saint-Denis La Courneuve

Marville dans le grand bain olympique

Prévue pour accueillir lors des Jeux de 2024, le centre de water-polo, la piscine de Marville sera rénovée au sein d’un complexe sportif mieux inséré dans le Parc départemental Georges-Valbon. Explications.

Vingtième édition des Jeux des collèges le 14 juin, Journée internationale de l’olympisme le 23 juin : le Parc Interdépartemental des Sports de Saint-Denis-La Courneuve est déjà dans les starting-blocks de la candidature olympique pour 2024. Une manière de renouer aussi avec son histoire puisque en mars 1922, le site de l’hippodrome de Marville –construit en 1921- est évoqué dans la presse de l’époque comme une hypothèse plausible pour accueillir une partie des épreuves olympiques des Jeux parisiens de 1924…
Une option finalement non retenue. Près de cent ans plus tard, il est en revanche acté que la piscine de Marville construite en 1974 et située sur le territoire de la ville de Saint-Denis sera entièrement rénovée pour accueillir le Centre de water-polo des Jeux Olympiques de 2024.
Concrètement, le nouveau complexe dédié aux épreuves de water-polo se composera de deux bassins olympiques : un bassin intérieur et un autre extérieur. Une conception modulable de l’équipement permettra d’accueillir temporairement 5 000 spectateurs pendant la période des compétitions olympiques puis la capacité de l’équipement sera réduite et il sera mis au service des associations et de la population. Une nécessité puisque selon un diagnostic réalisé en juin 2016 par l’Institut Régional de Développement du Sport, le secteur de Saint-Denis est l’un des « plus carencé » pour « le grand public et les scolaires » en matière d’accessibilité aux équipements aquatiques.

Du sport pour tous

Garantir les conditions d’une pratique accessible à tous est d’ailleurs l’objectif majeur au cœur du renouveau programmé du Parc des Sports de Marville. A l’horizon des Jeux Olympiques et paralympiques de 2024, le site où se posera le Centre du water-polo sera ainsi plus largement repensé en un véritable espace de loisirs, sportif et familial. Propriété du Département de Seine-Saint-Denis et de la Ville de Paris, les 33 hectares du Parc des Sports forment aujourd’hui un potentiel à moderniser et à mieux intégrer dans la ville. Tout comme la piscine, les 11 terrains de football, le Stade de Marville de 10 000 places, le stade d’athlétisme et les différents plateaux sportifs extérieurs ou couverts nécessitent en effet d’être repensés et rénovés. Dès juin 2016, la convention de coopération établie entre les collectivités de Paris et de la Seine-Saint-Denis a donc pris l’engagement concret « de créer à Marville un ensemble sports et loisirs à rayonnement métropolitain, comportant une offre de pratiques sportives et de loisirs diversifiée, améliorée et accessible au plus grand nombre de Parisiens et de Séquano-dionysiens. »

D’un parc à l’autre...

Rendre cet héritage olympique possible nécessitera donc d’améliorer les conditions d’accessibilité du site en améliorant et en rendant plus simples mais aussi mieux sécurisées ses connections avec les bretelles autoroutières de l’autoroute A1 comme avec celles de la RN 301.
Côté transports en commun, un grand pas sera fait avec l’implantation de la gare des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express aux Six-Routes de La Courneuve prévue pour fin 2023. Les nouvelles stations du réseau du Grand Paris Express offriront alors une meilleure accessibilité au Parc des Sports de Marville comme à son voisin, le Parc départemental Georges-Valbon.
Davantage connectés entre eux, les deux parcs se complèteront naturellement et deviendront un rêve de sportif accompli : on pourra commencer son footing sur les chemins des 415 hectares de Georges-Valbon et le prolonger par quelques longueurs à Marville. Ou vice-versa…

à lire aussi
Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.

Coronavirus Judo Le Blanc-Mesnil

Madeleine Malonga : « Seul sauver des vies doit l’emporter… »

Récemment, la championne du monde de judo en titre (-78 kg) a lancé un appel aux dons pour les Hôpitaux de Paris. Tous les jours, « la boule au ventre », elle stresse de voir ses parents et sa sœur, soignant·e·.s, au chevet des malades du Covid. Elève-infirmière, la combattante de l’Etoile Sportive de Blanc Mesnil (26 ans) avoue « se sentir inutile », comme elle l’a aussi ressenti à l’annonce du report des Jeux de Tokyo…

Coronavirus

Anaïs Quemener : « Surtout, ne rien lâcher… »

Après avoir gagné le plus long marathon de sa vie contre un agressif cancer du sein, la vice-championne de France des 100 km en court un contre le COVID. Aux urgences de l’hôpital Jean-Verdier à Bondy, cette aide-soignante (29 ans) avance -sans relâche- contre lui. Même si sa ligne d’arrivée ne cesse de reculer, cette battante licenciée au Tremblay Athlétic club ne s’avouera jamais vaincue…