COVID-19 - Le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis a pris des mesures préventives pour protéger la population tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Retrouvez toutes nos informations disponibles en suivant ce lien
Catégories
Seine Saint-Denis
Site hôte JOP 2024 Saint-Denis La Courneuve

Marville dans le grand bain olympique

Prévue pour accueillir lors des Jeux de 2024, le centre de water-polo, la piscine de Marville sera rénovée au sein d’un complexe sportif mieux inséré dans le Parc départemental Georges-Valbon. Explications.

Vingtième édition des Jeux des collèges le 14 juin, Journée internationale de l’olympisme le 23 juin : le Parc Interdépartemental des Sports de Saint-Denis-La Courneuve est déjà dans les starting-blocks de la candidature olympique pour 2024. Une manière de renouer aussi avec son histoire puisque en mars 1922, le site de l’hippodrome de Marville –construit en 1921- est évoqué dans la presse de l’époque comme une hypothèse plausible pour accueillir une partie des épreuves olympiques des Jeux parisiens de 1924…
Une option finalement non retenue. Près de cent ans plus tard, il est en revanche acté que la piscine de Marville construite en 1974 et située sur le territoire de la ville de Saint-Denis sera entièrement rénovée pour accueillir le Centre de water-polo des Jeux Olympiques de 2024.
Concrètement, le nouveau complexe dédié aux épreuves de water-polo se composera de deux bassins olympiques : un bassin intérieur et un autre extérieur. Une conception modulable de l’équipement permettra d’accueillir temporairement 5 000 spectateurs pendant la période des compétitions olympiques puis la capacité de l’équipement sera réduite et il sera mis au service des associations et de la population. Une nécessité puisque selon un diagnostic réalisé en juin 2016 par l’Institut Régional de Développement du Sport, le secteur de Saint-Denis est l’un des « plus carencé » pour « le grand public et les scolaires » en matière d’accessibilité aux équipements aquatiques.

Du sport pour tous

Garantir les conditions d’une pratique accessible à tous est d’ailleurs l’objectif majeur au cœur du renouveau programmé du Parc des Sports de Marville. A l’horizon des Jeux Olympiques et paralympiques de 2024, le site où se posera le Centre du water-polo sera ainsi plus largement repensé en un véritable espace de loisirs, sportif et familial. Propriété du Département de Seine-Saint-Denis et de la Ville de Paris, les 33 hectares du Parc des Sports forment aujourd’hui un potentiel à moderniser et à mieux intégrer dans la ville. Tout comme la piscine, les 11 terrains de football, le Stade de Marville de 10 000 places, le stade d’athlétisme et les différents plateaux sportifs extérieurs ou couverts nécessitent en effet d’être repensés et rénovés. Dès juin 2016, la convention de coopération établie entre les collectivités de Paris et de la Seine-Saint-Denis a donc pris l’engagement concret « de créer à Marville un ensemble sports et loisirs à rayonnement métropolitain, comportant une offre de pratiques sportives et de loisirs diversifiée, améliorée et accessible au plus grand nombre de Parisiens et de Séquano-dionysiens. »

D’un parc à l’autre...

Rendre cet héritage olympique possible nécessitera donc d’améliorer les conditions d’accessibilité du site en améliorant et en rendant plus simples mais aussi mieux sécurisées ses connections avec les bretelles autoroutières de l’autoroute A1 comme avec celles de la RN 301.
Côté transports en commun, un grand pas sera fait avec l’implantation de la gare des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express aux Six-Routes de La Courneuve prévue pour fin 2023. Les nouvelles stations du réseau du Grand Paris Express offriront alors une meilleure accessibilité au Parc des Sports de Marville comme à son voisin, le Parc départemental Georges-Valbon.
Davantage connectés entre eux, les deux parcs se complèteront naturellement et deviendront un rêve de sportif accompli : on pourra commencer son footing sur les chemins des 415 hectares de Georges-Valbon et le prolonger par quelques longueurs à Marville. Ou vice-versa…

à lire aussi
Génération jeux Boxe

"Après le confinement, la reprise va piquer !"

La boxeuse du Noble Art Rosny Fatia Benmessahel est l’une des espoirs de la Génération Jeux soutenue par le Département de la Seine-Saint-Denis. Entre ses études d’ingénieure en alternance, un maintien de l’activité physique et les soins d’une tendinite, elle raconte son quotidien confiné, avec toujours Paris 2024 en point de mire.

Jeux olympiques et paralympiques

Rebondir encore

Allan Morante a été l’un des premiers sportifs de Seine-Saint-Denis à décrocher sa qualification pour les Jeux olympiques de Tokyo. Au moment où on apprend leur report à 2021, le multiple champion de France de La Dionysienne Trampoline répond à nos questions, de chez lui, comme la plupart d’entre nous.

Hockey sur glace Neuilly-sur-Marne

Frank Spinozzi dit « so long » aux Bisons

Après 10 ans passés sur le banc du club de hockey sur glace de Neuilly-sur-Marne, l’emblématique coach a fait ses adieux pour se consacrer à sa famille. Au cours de cette décennie, le Franco-Canadien aura signé des statistiques remarquables et aussi contribué à structurer un club aux moyens limités par rapport à ses concurrents.

JOP 2024

La Génération Jeux ne cesse de grandir

Vendredi 28 février, le Département a présenté pour la 3e année de suite son dispositif Génération Jeux, pensé pour accompagner des espoirs sportif·ve·s de son territoire vers les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. Un « club » qui regroupe désormais 30 athlètes, qu’une petite olympiade sépare maintenant de leur grand rendez-vous à la maison.

Services, aides
& démarches

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.