Catégories
Seine Saint-Denis
Bagnolet Théâtre

Les Murs sauvages, la meilleure défense, c’est l’espoir

Un stade de foot vieillissant, une ville en « rénovation-reconstruction », un duo entre un entraîneur au sac de sport rempli de souvenirs amers et un jeune qui attend la bonne transversale pour faire décoller son avenir. Avec sa pièce "Les Murs sauvages", dans son théâtre du Colombier à Bagnolet, Gilles Sampieri dessine avec poésie les histoires singulières, trame d’une banlieue qui veut garder son identité.

Dans un vestiaire qui ne se rappelle plus son dernier coup de peinture, face à face entre un jeune en quête de repères et un entraîneur qui s’accroche pour ne pas perdre les siens. L’ancien rappelle les règles, la discipline, la serpillère à passer dans les douches, la noblesse à exécuter les tâches les humbles. Le jeune rêve de gloire sous les feux des grands stades, tandis que l’entraîneur se démène pour lui trouver un emploi aidé à mairie. Tout est sur le fil. La rénovation urbaine et ses promoteurs menacent les vieux murs du stade. Le coach est sur le point de perdre son job pour s’être opposé avec un peu trop de virulence à l‘expulsion de familles sur son précieux stade. « Dans cette vie de chien, il n’y a que le foot et les jeunes qui comptent pour moi. »
Le jeune hésite, le foot, oui le foot… Mais avec Elle, en prenant sa main, il découvre un autre pays, si lointain et si proche : la beauté des rues de Paris, les perspectives de la fac, une autre façon de s’élever vers le but. Parce que « De toute façon, ici tout va être détruit, même mon immeuble. »
Foot de quartier, régulièrement pillé par le foot-business, l’entraîneur met son protégé en garde contre « les costumes noirs de cafards sur la pelouse synthétique verte, qui mesurent ce que tu vaux » pour mieux te vendre. Les cafards en costumes noirs qui absorbent la banlieue à grand coup de béton et repoussent ses habitants toujours plus loin, là où ils peuvent encore payer.

Au fil des dialogues, les failles se révèlent, les rôles s’inversent, qui soutient qui ? Qui guide l’autre ? Gilles Sampieri mène le jeu tout au long de sa pièce, avant de surprendre les spectateurs avec une fin inattendue, un but de dernière minute, à faire lever un stade…

Photo : Ludmilla Chaumard
Les Murs sauvages
Ou Le vieux stade
Écriture et mise en scène de Gilles Sampieri
Jusqu’au 15 mars 2022 spectacle tout public
Le Colombier / 20, rue Marie-Anne Colombier 93170 Bagnolet
Renseignement / Réservations : 01 43 60 72 81 - reservation@lecolombier-langaja.com

Samedi 12 mars 2022/ rencontre - débat avec Olivier Pironet - journaliste au Monde Diplomatique et l’équipe de création à l’issue de la représentation.
Autour de la thématique :
"Le sport en banlieue, entre ’vivier de talents’, ascenseur social en trompe-l’œil et abandon des quartiers populaires : état des lieux"

à lire aussi
Musique Cinéma Stains

Le film « Divertimento » fait résonner la musique classique en Seine-Saint-Denis

À 17 ans, Zahia et Fettouma Ziouani ont un rêve : la première veut devenir cheffe d’orchestre et la seconde, violoncelliste professionnelle. Mais pour l’atteindre, les sœurs jumelles originaires de Seine-Saint-Denis ont dû se battre... jusqu’à fonder elles-mêmes leur propre orchestre à Stains. Le film Divertimento, en salle dès aujourd’hui, raconte leur histoire. Rencontre avec les musiciennes en vidéo.

Musique Montreuil

Princess Erika, le statut de la liberté

Onze ans après son dernier album, Princess Erika revient avec J’suis pas une sainte (EPM Musique), un sixième opus aux sonorités reggae dans lequel la chanteuse montreuilloise multiplie les collaborations, prend plaisir à croiser les genres et à donner sa vision de la société. Rencontre avec une artiste authentique, qui n’a toujours pas sa langue dans sa poche.

Jean-Pascal Zadi a trouvé sa place

Dans « En Place », il incarne un éducateur du 93 qui se retrouve plongé par inadvertance dans la course aux présidentielles. Une série Netflix, drôle et engagée pour cet acteur et réalisateur, né à Bondy et qui vit au Pré-Saint- Gervais.

Saint-Denis Théâtre

Avec « 1983 », le TGP se met en marche

40 ans après, que reste-t-il de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, ce grand souffle par lequel de jeunes Français d’origine immigrée avaient voulu affirmer leur place dans la société française ? C’est la question que pose « 1983 », pièce prolixe et virtuose de Margaux Eskenazi et Alice Carré, jouée en ce moment au Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis.