Catégories
Seine Saint-Denis
Montreuil Théâtre

Le théâtre de Montreuil lance un Wikipedia sur les planches

Du 23 au 25 juin, le Nouveau Théâtre de Montreuil et le cinéma Le Méliès célèbrent le savoir sous toutes ses formes. A travers l’outil de la Fabrique des Savoirs, l’idée est surtout d’y associer les habitants, qui donneront des mini-conférences sur un thème choisi.

Lionel Hubert a hâte d’y être. Ce Montreuillois, qui partage son temps professionnel entre ses activités de musicien et de producteur, peaufine son intervention lors de la Fabrique des savoirs. L’objet de son intervention ? Le Konnokol. D’accord, mais kezako ? « C’est un langage rythmique utilisé en Inde du Sud pour arriver à retenir un rythme », explique Lionel Hubert. « Dans la musique indienne qui a une très forte tradition orale, on apprend ainsi un rythme en le disant, pas en l’écrivant. »

Ce joueur de ukulele a lui-même découvert ce moyen mnémotechnique lors de cours de tabla, des percussions auxquelles recourt beaucoup la musique carnatique indienne. « Dans la mesure où en Occident, on ignore beaucoup de techniques de la musique africaine ou orientale, je me suis dit que cela pouvait être intéressant de le partager. »

Comme Lionel Hubert, ils seront samedi 24 et dimanche 25 juin une trentaine de Montreuillois et assimilés à faire profiter les visiteurs de leurs connaissances dans différents coins et recoins du Nouveau théâtre de Montreuil, ainsi qu’au cinéma le Méliès, qui s’est associé à l’événement. « Glyphosates et vieilles recettes : qui décide de l’agriculture de demain ? » « Pêche, piaf ou pélou : les systèmes de monnaies locales » ou encore « Ecoutons voir : les bruits du cinéma », voilà d’autres exemples d’interventions qui seront proposées lors de ce week-end qui fera la fête au savoir.

JPEG - 112.8 ko

Désireux de battre en brèche l’idée que la connaissance est seulement la propriété de quelques-uns, le nouveau théâtre du Montreuil s’est inspiré pour cette manifestation d’un concept qui avait été lancé par le théâtre des Subsistances de Lyon.

« Le but, c’est de faire passer le message que le savoir peut être joyeux et partagé. Trop souvent, les gens sont complexés par rapport au savoir. Alors qu’il peut aussi être une fête et que tous à notre manière, nous pouvons en être détenteurs », explique Thomas Pondevie, dramaturge qui coordonne l’événement.

Diversité des savoirs

Tout au long du week-end, les visiteurs pourront ainsi glaner de-ci de-là différents enseignements au cours de conférences d’environ 20 minutes chacune. « C’est vraiment une bonne idée, c’est toujours intéressant d’échanger ce que l’on sait », s’enthousiasme Baudoin de Rochebrune, un ancien ingénieur pour EDF qui a lui prévu d’expliquer comment fonctionne une centrale nucléaire. « Le but de ma présentation, ce n’est pas de faire l’apologie du nucléaire, c’est d’avoir une explication assez dépassionnée sur ce sujet qui génère justement tellement d’affect », précise ce retraité de 73 ans, habitué à faire de l’aide aux devoirs à l’Espace 40, un centre social du Haut-Montreuil.

« Au théâtre de Montreuil, on avait envie de montrer qu’il existe une diversité des savoirs, qui est une diversité sociale, mais aussi générationnelle, renchérit Thomas Pondevie. Donc on a essayé de privilégier le panel le plus large possible, en allant chercher des intervenants dans les centres sociaux ou en se faisant recommander des gens. »

En parallèle de cette université de tous les savoirs, deux spectacles sur la même tonalité investiront eux la scène. Dans la salle Jean-Pierre Vernant, Sébastien Barrier donnera ainsi une masterclass assez dynamique d’oenologie autour des vins bio. Et dans la salle de répétition, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron essaieront de décomplexer leurs auditeurs sur l’orthographe via leur spectacle « La convivialité ». Une week-end hautement vitaminé en savoir donc, que n’auraient pas renié Diderot et d’Alembert, les encyclopédistes du XVIIIe siècle...

Christophe Lehousse

JPEG - 83.1 ko
De Savoirs en savoirs, du 23 au 25 juin au Nouveau théâtre de Montreuil et au cinéma Le Méliès
La fabrique des savoirs, dans tout le théâtre et au cinéma Le Méliès, le 24 de 11h à 18h et
le 25 de 14h à 18h, entrée libre- programme complet sur nouveau-theatre-montreuil.com
Savoir enfin qui nous buvons, de Sébastien Barrier, les 23 et 24
La convivialité, de Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, les 24 et 25
Visite insolite de Montreuil en compagnie de l’architecte Eva Samuel le 25
à lire aussi
Musique La Courneuve

Dinos, ses punchlines font mouche

Le rappeur originaire de La Courneuve revient en force avec un troisième album, Stamina*, qui, fait rare, semble faire l’unanimité auprès du public et de la critique. Rencontre à l’espace jeunesse Guy-Môquet, un lieu de création artistique où, pour lui, tout a commencé.

Saint-Denis Patrimoine

La banlieue investit 20 millions pour la reconstruction de la flèche de la basilique de St-Denis

Le 23 décembre dernier, on aurait pu faire sonner les cloches de la basilique de Saint-Denis à toute volée. Le Fonds de Solidarité Interdépartemental et d’Investissement, qui rassemble les sept départements périphériques de la capitale, va financer à hauteur de 20 millions d’euros la reconstruction de sa flèche. Cette cagnotte est en réalité l’aboutissement d’une décennie de travail, qu’a bien voulu nous conter Jacques Moulin, architecte en chef des monuments historiques de Seine-Saint-Denis.

Cinéma Aubervilliers

Samy d’Auber

En 2009, Samy Seghir fait rire plus de deux millions de spectateur·rice·s en interprétant un jeune de cité accueilli par une famille huppée dans "Neuilly sa mère". Douze ans plus tard, le comédien d’Aubervilliers, cantonné un temps aux rôles de banlieusard, a étoffé son jeu et enchaîne les films avec les plus grands acteurs français.