Catégories
Seine Saint-Denis
Site hôte JOP 2024

Le Terrain des Essences, un site qui carburera au vert

Situé dans le parc départemental George-Valbon, les treize hectares du Terrain des Essences accueilleront les épreuves de tir sportif pendant les JOP. Un espace qui sera ensuite rendu à la nature.

Ancien Centre de Ravitaillement en hydrocarbures du Ministère de la Défense, le « Terrain des essences » est une enclave de treize hectares, appartenant encore à l’Etat, au sein du Parc Départemental Georges-Valbon. Bien avant la création du Parc dans les années 60, le site fut un endroit stratégique au cours de la Seconde Guerre Mondiale puisque les recherches effectuées au cours d’une première phase de dépollution en 2012-2013 ont montré que les terrains désaffectés depuis une dizaine d’années avaient été copieusement bombardés par les Alliés en août 1944 au moment des opérations de Libération de la région parisienne : 218 000 m3 de terre avaient ainsi dû être remués pour procéder à une première phase de dépollution, dite pyrotechnique.
Ce premier acte de la réhabilitation du Terrain des Essences sera suivi, grâce au projet des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, de sa dépollution industrielle cette fois : l’élimination de toute trace d’hydrocarbures. La phytoremédiation, une technique de dépollution qui s’appuie sur les plantes permettra de faire place nette aux installations provisoires des épreuves de tir sportif.

De nouvelles portes d’entrée

Une fois refermée la page des Jeux olympiques et paralympiques, le site des Essences revenu dans le giron du département de la Seine-Saint-Denis s’intégrera alors dans le vaste projet d’aménagement paysager et urbain initié par le Département dès 2014 par le biais d’une consultation internationale. Objectif initial, créer un nouveau quartier métropolitain sur une zone de 80 hectares répartie sur les communes de Dugny et de la Courneuve. Lauréat de la consultation en juillet 2016, l’Agence parisienne d’architectes-urbanistes TVK prévoit de faire de l’ex-centre des hydrocarbures des armées une extension du Parc Georges-Valbon. Fini le terrain vague abandonné par l’Etat pendant des années, l’héritage des JOP 2024 laissera à terme se développer des forêts dédiées à la reproduction et au refuge de la faune, mais aussi d’autres espaces forestiers ouverts à la promenade au cœur d’un quartier redessiné et très facilement accessible. Car, bien avant 2024, l’ouverture dès l’été prochain de la nouvelle gare Dugny-La Courneuve de la ligne du T11-le tram-express qui sur un tracé de 11 kilomètres desservira sept gares du Bourget à Épinay- va constituer la préfiguration d’une des manières de se rendre sur le site olympique de tir qui devrait accueillir 3000 spectateurs. Ce sera aussi une nouvelle porte d’entrée vers le Parc comme vers les villes de Dugny et de la Courneuve. Très concrètement dans la continuité de la réhabilitation du terrain des Essences, les Jeux vont complètement modifier les accès à la ville de Dugny qui accueillera le futur village des médias.

Vers un éco-quartier

Au total, 5000 lits réservés à la presse qui après les Jeux se transformeront en un éco-quartier, offrant 1500 logements, des commerces et services, ainsi qu’une nouvelle école aux Dugnysiens. Un nouveau quartier qui permettra également de tisser des liens entre la ville existante et la nouvelle gare du T11 alors que tout à côté, au Bourget, une passerelle piétonne au-dessus de l’A1 voisine reliera le pavillon de badminton au pavillon de volley pendant l’olympiade. Elle sera ensuite le trait d’union entre le parc sportif de la ville, rénové également grâce aux Jeux, et le nouveau quartier de Dugny. Un peu comme les anneaux olympiques, Dugny, le Bourget et la Courneuve s’entremêleront alors sans discontinuité.

à lire aussi
Coupe du monde rugby 2023 Rugby

Semer les graines du rugby

Ecol’Ovale est l’une des multiples initiatives soutenues par le Département en cette année de Coupe du Monde en France pour promouvoir le rugby auprès d’un large public. Vendredi 27 janvier à Bagnolet, des enfants de 9 ans nous ont montré que le rugby « c’est trop bien, on court, on fait des passes, on s’amuse ! »

Héritage J.O.P. 2024 Handisport Bobigny

La co-construction autour du Prisme se poursuit

La construction à Bobigny de cet équipement de sport, pilotée par le Département et qui doit faire la part belle au para-sport, est lancée depuis octobre dernier. Mais la concertation des futurs usagers du lieu n’est pas finie pour autant : personnels des instituts médico-éducatifs, associations et mouvement sportif s’étaient donné rendez-vous lundi 23 janvier pour un nouveau temps d’échange.

Exposition Saint-Ouen Football

A Saint-Ouen, une expo retrace les 125 ans d’histoire du Red Star

A travers une exposition réalisée en partenariat avec la Ville de Saint-Ouen et l’Etablissement public territorial Plaine Commune, le Red Star FC fait découvrir ses 125 ans d’histoire. Ce parcours jalonné de vicissitudes, et dont la légende reste encore à écrire, est visible à l’office de tourisme de Saint-Ouen du 13 janvier au 22 septembre.

Sports de combat Nouveaux sports

Dans le département, le MMA attire de plus en plus de femmes et d’enfants

Légalisé en France depuis bientôt trois ans après avoir été longtemps décrié, aujourd’hui mieux réglementé, le MMA (arts-martiaux mixtes) rassemble de plus en plus d’adeptes, et pas que des mâles adultes. En Seine-Saint-Denis, certains clubs spécialisés proposent des créneaux ouverts exclusivement aux femmes et aux enfants. L’occasion de tordre le cou… à certaines idées reçues. Reportage.