Catégories
Seine Saint-Denis
Site hôte JOP 2024

Le Terrain des Essences, un site qui carburera au vert

Situé dans le parc départemental George-Valbon, les treize hectares du Terrain des Essences accueilleront les épreuves de tir sportif pendant les JOP. Un espace qui sera ensuite rendu à la nature.

Ancien Centre de Ravitaillement en hydrocarbures du Ministère de la Défense, le « Terrain des essences » est une enclave de treize hectares, appartenant encore à l’Etat, au sein du Parc Départemental Georges-Valbon. Bien avant la création du Parc dans les années 60, le site fut un endroit stratégique au cours de la Seconde Guerre Mondiale puisque les recherches effectuées au cours d’une première phase de dépollution en 2012-2013 ont montré que les terrains désaffectés depuis une dizaine d’années avaient été copieusement bombardés par les Alliés en août 1944 au moment des opérations de Libération de la région parisienne : 218 000 m3 de terre avaient ainsi dû être remués pour procéder à une première phase de dépollution, dite pyrotechnique.
Ce premier acte de la réhabilitation du Terrain des Essences sera suivi, grâce au projet des Jeux olympiques et paralympiques de 2024, de sa dépollution industrielle cette fois : l’élimination de toute trace d’hydrocarbures. La phytoremédiation, une technique de dépollution qui s’appuie sur les plantes permettra de faire place nette aux installations provisoires des épreuves de tir sportif.

De nouvelles portes d’entrée

Une fois refermée la page des Jeux olympiques et paralympiques, le site des Essences revenu dans le giron du département de la Seine-Saint-Denis s’intégrera alors dans le vaste projet d’aménagement paysager et urbain initié par le Département dès 2014 par le biais d’une consultation internationale. Objectif initial, créer un nouveau quartier métropolitain sur une zone de 80 hectares répartie sur les communes de Dugny et de la Courneuve. Lauréat de la consultation en juillet 2016, l’Agence parisienne d’architectes-urbanistes TVK prévoit de faire de l’ex-centre des hydrocarbures des armées une extension du Parc Georges-Valbon. Fini le terrain vague abandonné par l’Etat pendant des années, l’héritage des JOP 2024 laissera à terme se développer des forêts dédiées à la reproduction et au refuge de la faune, mais aussi d’autres espaces forestiers ouverts à la promenade au cœur d’un quartier redessiné et très facilement accessible. Car, bien avant 2024, l’ouverture dès l’été prochain de la nouvelle gare Dugny-La Courneuve de la ligne du T11-le tram-express qui sur un tracé de 11 kilomètres desservira sept gares du Bourget à Épinay- va constituer la préfiguration d’une des manières de se rendre sur le site olympique de tir qui devrait accueillir 3000 spectateurs. Ce sera aussi une nouvelle porte d’entrée vers le Parc comme vers les villes de Dugny et de la Courneuve. Très concrètement dans la continuité de la réhabilitation du terrain des Essences, les Jeux vont complètement modifier les accès à la ville de Dugny qui accueillera le futur village des médias.

Vers un éco-quartier

Au total, 5000 lits réservés à la presse qui après les Jeux se transformeront en un éco-quartier, offrant 1500 logements, des commerces et services, ainsi qu’une nouvelle école aux Dugnysiens. Un nouveau quartier qui permettra également de tisser des liens entre la ville existante et la nouvelle gare du T11 alors que tout à côté, au Bourget, une passerelle piétonne au-dessus de l’A1 voisine reliera le pavillon de badminton au pavillon de volley pendant l’olympiade. Elle sera ensuite le trait d’union entre le parc sportif de la ville, rénové également grâce aux Jeux, et le nouveau quartier de Dugny. Un peu comme les anneaux olympiques, Dugny, le Bourget et la Courneuve s’entremêleront alors sans discontinuité.

à lire aussi
Aubervilliers

Baptiste Bleier, drôle de bizutage

A 25 ans, ce coureur prometteur de St Michel-Auber 93, issu de l’équipe réserve, aura vu sa première année chez les pros interrompue brutalement par le confinement. Heureusement, la reprise de la saison au 1er août l’a remis en selle.

Montfermeil Football

Sébé Coulibaly, le foot au féminin

Passée par de nombreux clubs de Seine-Saint-Denis, cette jeune femme lance le 11 juillet « Ladies Squad », une application mobile pour encourager la pratique féminine du football. Cette internationale malienne, qui a grandi aux Bosquets à Montfermeil, voit aussi dans le foot un outil pour faire progresser la cause des femmes. Rencontre.

Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.