Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux JOP 2024 Saint-Denis

La Voie Royale vers les Jeux 2024

Dimanche 30 avril, 1500 participants ont foulé le pavé de Saint-Denis à l’occasion de la Voie royale. Cette course de 10 km, qui fêtait sa 23e édition, était placée cette année sous le signe de la candidature de Paris et de la Seine-Saint-Denis aux JO 2024. VIDÉO.

Bel engouement populaire pour la 23e édition de la Voie royale ! La course de 10 km et la balade de 5 km dans les rues de Saint-Denis ont su attirer les foules, dimanche 30 avril : 1500 participants ont ainsi répondu présents.

Une bien belle journée, placée sous le signe du plaisir de la course et du soutien à la candidature aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Si Paris l’emportait le 13 septembre prochain lors du vote du Comité International Olympique, le Stade de France deviendrait en effet le coeur battant des Jeux de 2024 !

Le succès populaire s’est doublé d’un beau bilan côté performance.
Chez les femmes, c’est l’Ethiopienne Sule Utura qui l’a emporté en 32 minutes 53. A noter que Christelle Daunay termine 4e et première Française dans le temps de 33 minutes 06 (meilleure performance de sa saison), talonnée de près par Sophie Duarte (33 min 08).

Chez les hommes, c’est le Kényan Cornélius Kangogo qui a fini par s’imposer au terme d’un sprint à trois. Yoann Kowal se classe 7e et premier Tricolore.
Le 21 mai prochain, un nouveau 10 km sera organisé pour porter la candidature aux Jeux 2024, cette fois-ci par le Grand Paris. Là encore, le Stade de France sera le point d’arrivée de la course, mais le départ se fera cette fois de l’Hôtel de Ville de Paris, pour bien marquer la candidature conjointe Paris-Seine-Saint-Denis.

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.