Catégories
Seine Saint-Denis
Citoyenneté Collèges Actions éducatives

L’UNSS 93, médaille d’or de l’inclusion

Ne laisser aucun·e élève en situation de handicap de côté, c’est le leitmotiv de "Handi Cap’ de Faire du Sport", projet mené dans les collèges et lycées par l’Union Nationale du Sport Scolaire de Seine-Saint-Denis. Une initiative distinguée par le prix national Ethic’Action, lundi 30 septembre au Sénat.

Cinq jours après la célébration de sa 10e Journée Nationale, mercredi 25 septembre, l’Union Nationale du Sport Scolaire de Seine-Saint-Denis (UNSS 93) revient en scène et même en Seine pour recevoir au Sénat, lundi 30 septembre, le prix national UNSS Ethic’Action pour son projet « Handi Cap’ de Faire du Sport ». Un bis repetita puisque c’est la deuxième année consécutive que le service départemental UNSS 93 se distingue pour ses actions engagées au sein de la deuxième fédération sportive de France forte de près de 1,2 millions de licenciés. « C’est la reconnaissance de la très forte dynamique de nos actions au service des valeurs du sport, largement portées par la jeunesse des professeurs d’EPS qui enseignent dans les collèges et lycées de Seine-Saint-Denis, commente Jean-Philippe Damie, directeur départemental de l’UNSS 93. Ce n’est donc pas un hasard si on compte également 3 collèges du 93 sur 16 en France -lire notre encadré- parmi les différents prix décernés lors de la cérémonie du Sénat. » Laquelle, en résumé, distingue les actions qui ont porté sur les terrains sportifs un podium de valeurs qui comptent davantage que le chrono ou la performance : "défense de la richesse des différences, développement de comportements responsables et promotion du sport-santé."

Rien d’impossible…

JPEG - 101.3 ko

Toute la philosophie en somme de Handi’Cap de Faire du Sport, mobilisation en faveur du sport pour tous initiée par l’UNSS 93 au cours de l’année scolaire écoulée et prolongée lors de cette rentrée. « Le constat de départ, c’était que que 67 élèves en situation de handicap inscrits dans les associations sportives des collèges et lycées de Seine-Saint-Denis sur 26 000 licencié.e.s en 2017-2018, c’était évidemment trop peu et qu’il fallait changer la donne », se souvient Jean-Philippe Damie. Cinq actions inclusives ont donc été menées tout au long de l’année parmi lesquelles Cap’ de faire du sport -en partenariat avec les Comités départementaux olympiques et paralympiques- qui a permis d’initier au patin à glace, à la plongée et à l’équitation plus une centaine d’élèves handi-sportifs. « En choisissant ces trois sports peu pratiqués par les publics handisport, on voulait démontrer qu’il n’y a rien d’impossible pour eux. C’était aussi une manière de faire passer le message que les 212 associations sportives UNSS de Seine-Saint-Denis sont capables d’accueillir des jeunes en situation de handicap. Il faut qu’ils se sentent les bienvenus », poursuit Jean-Philippe Damie.

Avancer ensemble

Un message qui a commencé à faire son chemin puisque 203 élèves en situation de handicap sont, lors de cette rentrée 2019, licenciés dans les associations sportives fédérées par l’UNSS 93. « En attendant mieux parce que les Jeux de 2024 vont continuer de porter une dynamique qui existe déjà », estime Cyrille Dorléan, professeur d’EPS au collège Balzac de Neuilly-sur-Marne, instruit par sa propre expérience. Avec l’équipe du sport partagé de son établissement, il fait vivre depuis trois ans une action handi-danse montée en partenariat avec un Institut Médico-éducatif de Noisy-le-Grand : « Au début, raconte-t-il, les élèves ont forcément été surpris par les handicapés qui arrivaient avec leurs fauteuils dirigés par un joystick et puis très vite, tout le monde a commencé à avancer ensemble… En fait, le problème n’est pas le handicap, c’est la différence et comme me l’a dit un élève : « Dans le 93, on est habitués à ce qu’on nous regarde souvent bizarrement, donc on n’a vraiment pas envie de le faire subir à d’autres… »

JPEG - 85.2 ko
Trois collèges du 93 à l’honneur

En plus du Prix Ethic’Action remis au service départemental de l’UNSS 93 pour son action Handi’Cap de Faire du Sport, trois collèges de Seine-Saint-Denis seront également récompensés le 30 septembre au Sénat sur un total de 16 établissements primés dans toute la France. Le collège Politzer de La Courneuve recevra le prix coup de cœur pour son projet « Nous sommes les Jeux », le lycée Renoir de Bondy sera distingué dans la thématique handicap pour son projet « Je cours solid’R ». Enfin, le collège international de Noisy-le-Grand sera primé dans la thématique implication des parents.

à lire aussi
Seine-Saint-Denis JOP 2024

24 sites pour 2024 : le sport est en bas de chez vous !

L’accueil des Jeux olympiques et paralympiques en 2024 doit être aussi l’occasion de mettre le sport à portée de tous∙te∙s dans l’espace public. C’est l’objectif de « 24 sites pour 2024 », un dispositif qui propose au grand public des activités sportives gratuites jusqu’à la mi-juillet dans une vingtaine de villes de la Seine-Saint-Denis. Découvrez le programme !

Saint-Denis Tennis de table

Championnes de France !

Samedi 5 juin, l’équipe féminine du Saint-Denis US 93 tennis de table a remporté la finale du Championnat de France par équipe, en ne laissant aucune chance à Metz (3-0). Après leur victoire en Coupe d’Europe des clubs ETTU, les Dionysiennes ont réalisé une saison exceptionnelle.

Athlétisme Montreuil

A Montreuil, Zango égale Tamgho

Pour le retour du meeting international d’athlétisme de Montreuil, certes à huis clos mais pas sans chaleur, le Burkinabé Hugues-Fabrice Zango a fait le show au triple saut, égalant le record de l’épreuve détenu par un certain Teddy Tamgho. Côté français, Melvin Raffin, dans ce même concours de triple, et Rénelle Lamote, sur 800m, ont tous deux réalisé les minimas pour les Jeux de Tokyo.

Génération jeux Jeux olympiques et paralympiques Athlétisme

Charles-Antoine Kouakou, Né un 14 juillet

Fin août, ce sprinter de 22 ans représentera la France sur 400m aux Jeux paralympiques de Tokyo. Membre de l’association « Sport Toi Bien 93 », à destination de personnes ayant des déficiences mentales ou psychiques, cet athlète fait déjà la fierté de son ESAT du Bourget-Drancy, où il travaille à mi-temps comme jardinier. En attendant davantage, lui qui est un assoiffé de médailles.