Catégories
Seine Saint-Denis
Ecoles primaires Livres La Courneuve

Ils font rimer poésie avec envie

Pour réconcilier leurs jeunes élèves avec la poésie, Catherine Haslé et Romain Canetta, instituteurs à l’école élémentaire Henri-Wallon de La Courneuve, ont eux-mêmes publié un recueil de poèmes. Et ça marche : « 101 poésies pour tous les enfants » rencontre un beau succès dans leurs classes, et au-delà.

« La lecture m’emmène partout/ Et je ne sais jamais où/ Mer, montagne, pays imaginaire/ De chez moi, je m’en vais prendre l’air. » Voilà un échantillon de « 101 poésies pour tous les enfants », recueil de poèmes publié par Catherine Haslé et Romain Canetta. Ces deux enseignants de l’école élémentaire Henri-Wallon à La Courneuve ayant constaté il y a quelques années que leurs élèves boudaient désormais la récitation de poèmes, ils ont décidé de prendre la plume eux-mêmes. Objectif : les réconcilier avec la poésie.

« On voulait leur proposer des textes simples mais pas simplistes, faciles à réciter, avec un vocabulaire qui reste accessible. Leur faire comprendre que la poésie, ce n’est pas quelque chose de passéiste, de poussiéreux, mais quelque chose de vivant et de joyeux », expliquent-ils.

L’ouvrage, plaisant et ludique, traite donc de l’école mais aussi de ses à-côtés. Les différentes matières qu’on y apprend, la puissance de l’imagination, les règles de classe figurent en bonne place, avec très souvent le souci de pouvoir prolonger vers une autre discipline. « Le but avec certains poèmes est de pouvoir introduire des notions de grammaire, d’histoire-géo, de maths », détaille Romain Canetta, lui-même originaire de La Courneuve.

Heureusement, le recueil ne se fait pas plus gros que le bœuf, comme dirait ce bon vieux Jean de La Fontaine : « On s’est dit que pour que ça leur parle, il fallait que ce soit aussi léger et proche d’eux. » Ce qui fait remonter un souvenir chez Catherine Haslé, elle aussi Courneuvienne et 37 ans d’enseignement à Henri-Wallon : « Moi aussi, petite, j’avais parfois le même problème que mes élèves. Quand Lafontaine me parlait de champs ou de verdure, ça ne m’évoquait pas grand chose parce qu’autour de moi, c’était La Courneuve... »
D’où par exemple, ce beau poème « La ville, mon parc » : « Je suis un enfant de la ville :/ Très grande école et classes nombreuses./ Ce n’est pas un quartier tranquille./ La nature pour moi, c’est le parc/ Celui non loin des bâtiments/ Je suis un enfant de la ville ». Soit tout à fait l’environnement d’Henri-Wallon, à mi-chemin entre la cité des 4000 et le quartier des Francs Moisins de Saint-Denis.

Pour autant, pas question de se substituer à La Fontaine ou de faire passer Prévert à la trappe. « On n’a pas du tout la prétention de remplacer les grands textes. Ce qu’on a écrit, on le voit au contraire comme un tremplin, une porte d’entrée vers la poésie classique et les grands auteurs », clarifient-ils d’emblée. Une démarche qu’illustrent particulièrement bien les parodies rédigées par les deux profs troubadours, comme celle, drôle et réussie, de « La Cigale et La Fourmi », rebaptisée « Imed et ma cousine » : « Ma cousine, ayant flâné/ Tout l’été/ Se trouva toute attristée/ Quand à l’école elle dut aller. / Plus une seule petite glace,/ Plus d’esquimau ou de fougasse. »
« En passant par cette parodie, les élèves n’ont ensuite eu aucun mal à apprendre l’original », assure Catherine Haslé, par ailleurs auteur-compositeur-interprète et qui n’a pas hésité à mettre en chansons quelques-unes de leurs créations.

Autre preuve du succès pédagogique de leur initiative : la classe de CM1 de Romain Canetta s’est cette année inscrite à un concours de poésie sur la base du volontariat, passant ainsi de l’apprentissage à la pratique. Au total, le recueil, d’abord lancé en auto-édition, s’est écoulé à quelque 1400 exemplaires, édition papier et e-book confondus. « Les retours que l’on a de parents d’élèves ou d’autres enseignants sont plutôt positifs. Certains parents d’élèves nous disent même qu’ils auraient aimé aborder la poésie de manière aussi ludique de leur temps... », expliquent les auteurs. Qui avouent déjà travailler à une suite : « 50 poèmes à vivre », « un peu plus axée sur le vivre-ensemble et la citoyenneté ». Des vraies fourmis ces deux-là !

Christophe Lehousse

« 101 poésies pour tous les enfants », Hugues Facorat Edition, 12 euros
https://www.facebook.com/101poesiespourtouslesenfants

à lire aussi
Art Parcs départementaux Patrimoine

Olivier Grossetête : "Ce qui est essentiel est de construire ensemble"

Du 21 au 27 septembre, l’artiste Olivier Grossetête, connu internationalement pour ses constructions monumentales en cartons, proposera aux habitant·e·s de Seine-Saint-Denis d’en fabriquer une autour du bâtiment de la Cartoucherie, dans le parc départemental de La Poudrerie. Nous avons demandé au plasticien de nous en dire plus sur ce projet artistique participatif hors norme.

Les corps des femmes se mettent en scènes au #Wetoo festival

Pourquoi la libération des femmes passe-t-elle par celle de leurs corps ? Comment éduquer ses enfants de manière féministe ? Le week-end dernier, à la Cité fertile à Pantin, le Wetoo festival répondait à ces questions à travers des propositions théâtrales et artistiques, prises d’assaut par un public jeune... et nombreux.

Saint-Denis Street-Art Saint-Denis

Sous les scellés, la culture !

Jusqu’au 20 septembre, l’association Mur 93 organise à Mains d’œuvres à Saint-Ouen, "Destin scellé", une exposition-vente d’artistes urbains qui ont laissé libre cours à leur imagination sur les panneaux de métal qui avaient l’espace de 99 jours interdit l’accès à ce lieu de culture et de rencontres. De l’art engagé pour continuer le combat de Mains d’œuvres plus que jamais en quête de liberté de créer et d’oser...