Catégories
Seine Saint-Denis
Agriculture urbaine Portrait

Il était une bergère...

À 63 ans et désormais à la retraite, Sylvie a aujourd’hui le sentiment d’avoir trouvé sa place : auprès des moutons. Depuis deux ans, cette Albertivillarienne est en effet bergère bénévole au sein de l’association Clinamen. Un rêve d’enfant devenu réalité...

C’est un rendez-vous qu’elle dit avoir attendu toute sa vie. Un rendez-vous pris petite fille, alors que, âgée de quatre ans et demi et malade, Sylvie est envoyée à la montagne pour se soigner. « Mes parents m’avaient vendu la chose en me disant qu’il y avait des moutons », s’en amuse-t-elle aujourd’hui. Il y en a effectivement et, de cette rencontre, la petite fille, puis la femme, a gardé un souvenir ému et un attachement particulier pour ces bêtes à la toison laineuse.

Mais quand on grandit et vit à Aubervilliers et que l’on travaille comme informaticienne dans le tertiaire, les occasions de rencontrer des moutons sont rares. Jusqu’à ce jour improbable où, il y a deux ans, en allant prendre le métro, la femme aujourd’hui sexagénaire, se retrouve face à un troupeau, celui de Clinamen.

« Des moments comme ça, cela n’a pas de prix »

Créée en 2012 à Saint-Denis, l’association développe en effet une agriculture collaborative via, entre autres, l’élevage de moutons et le retour au pastoralisme. De sa bergerie du parc départemental Georges-Valbon, le troupeau, encadré par des bénévoles, sort donc quotidiennement, dans le parc mais aussi pour des transhumances urbaines en Seine-Saint-Denis.

« C’était très étonnant, se souvient Sylvie. J’ai été voir les bergers et, le soir même, je me suis inscrite. » Chaque semaine, d’abord une demi-journée, puis deux, elle amène donc paître les bêtes dans le parc. « Chaque berger a sa façon de faire. Moi, c’est à leur rythme, précise-t-elle. Je suis là pour elles et pas le contraire. Tout ce que je veux c’est qu’elles mangent bien. Je ne veux pas les stresser. »

Deux ans plus tard, elle les appelle chacune par leur nom, sait anticiper leurs réactions, peut vous expliquer par exemple que, quand Mirella est en tête du troupeau, « cela va être le bazar ». Quand Charles-Henri vient la voir pour se faire câliner, elle ne refuse pas, bien au contraire. « Des moments comme ça, cela n’a pas de prix », dit-elle en souriant. Et n’allez pas lui demander comme elle les reconnaît. Vous ne recevrez en réponse qu’un lapidaire « elles ne se ressemblent pas ».
JPEG - 268.7 ko

« Une prise de conscience »

Au fil du temps, son investissement s’est encore accru, notamment après être venue passer une journée continue à la bergerie. Elle dit avoir alors « découvert un autre monde : les soins aux bêtes, les discussions, etc.  » Autour du café ou au déjeuner, on y échange en effet sur les dérives de l’industrie agroalimentaire, les conditions d’élevage, les modifications génétiques, l’uniformisation des goûts, etc. Et on y réfléchit et expérimente surtout d’autres possibles pour l’agriculture urbaine.

« Cela a été une prise de conscience, confie-t-elle. J’avais vu certains reportages qui m’avaient choquée mais j’en ai plus appris ici que dans toute ma vie. Et j’ai 63 ans... » Depuis, elle en parle à son tour autour d’elle. «  Mais c’est un message très difficile à faire passer », regrette-t-elle. Avant d’ajouter, une pointe de dépit dans la voix : «  les gens ne veulent peut-être pas voir... »

Pour s’informer et participer aux événements de l’association, comme la la transhumance du Grand Paris, qui aura lieu du 6 au 17 juillet : https://www.association-clinamen.fr/ ou https://exploreparis.com/

à lire aussi
Transition écologique

« Une naissance, un arbre », moteur de la transition écologique

Dans le cadre de son Plan Canopée, qui vise à mettre l’arbre au cœur du paysage urbain, le Département a lancé l’opération « une naissance, un arbre », qui propose aux parents de planter un arbre pour la naissance de leur enfant. Un acte symbolique et écologique auquel Soufiane et sa petite famille, habitants de Tremblay-en-France, ont décidé de participer.

Maïwenn Mollet : elle transforme les couches pour bébé en compost !

Qui a déjà croisé un bébé dans sa vie confirmera que les couches jetables peuvent représenter jusqu’à ⅓ de la poubelle d’un foyer. Or une couche met 400 à 450 ans pour se dégrader naturellement en décharge et finit la plupart du temps incinérée. Pourtant, une couche usagée c’est 75% de matières organiques qui ne demandent qu’à « revenir à la terre » pour fertiliser les sols de façon naturelle. Rencontre avec Maïwenn Mollet, porteuse d’une solution grâce au projet Les Couches fertiles.

Limitons les perturbateurs endocriniens !

Ce 29 septembre, à la Bourse du Travail à Bobigny, le Département a signé la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens ». A cette occasion le professeur André Cicolella, chimiste, toxicologue et spécialiste de la question a dressé un bilan des connaissances actuelles et fait le point sur les actions collectives et individuelles possibles.