Catégories
Seine Saint-Denis
Court-métrage Cinéma Bobigny

Fragments balbyniens

A 24 ans, Brahim Bentahar vient de remporter le prix « nouvelles écritures » du concours « Filme ton quartier » organisé par France 3. Son court-métrage propose une visite du milieu artistique underground de sa ville natale, Bobigny. Un tremplin pour ce jeune passionné de théâtre ?

Un pic-nic sur la pelouse de la cité. Des enfants qui jouent dans l’eau jaillissant des bouches à incendies. Le palais de justice, et ses voitures de police. Des danseurs de hip-hop sur le bord de l’Ourcq. Des tags sur les murs des tunnels. Un bateau sur le canal. Des hommes en kamis, des femmes au marché. Les images sautent sur le rythme saccadé des morceaux de quatre rappeurs balbyniens. Leur auteur, Brahim Bentahar, 24 ans, a un rêve : faire découvrir au public les facettes de sa ville méconnues du grand public.

Lauréat du prix « nouvelles écritures » du concours « Filme ton quartier » organisé par France Télévision et parrainé par le slameur Abdel Malik, le jeune homme s’est saisi de son vieux Blackberry pour saisir des fragments de la vie quotidienne de sa ville. Epaulé par un ami graphiste pour le montage, il en sort une sorte de film de promotion touristique made in Bobigny, un puzzle dont les pièces restituent le visage contrasté de la ville : créativité et ennui, trash et solidarité, pauvreté et chaleur.

"Le théâtre n’était pas pour nous"

Ce visage, Brahim en connaît chaque aspérité : né à la cité de l’Abreuvoir, où il habite encore, il a fréquenté l’école et le collège Delaune avant de rejoindre le lycée Louise-Michel. En première, il erre dans les couloirs lorsqu’il entend des rires persistants. « C’était la salle de l’option théâtre. Ma professeur de français m’en a ouvert les portes. La même semaine, j’allais m’inscrire au conservatoire Jean Wiener », raconte Brahim. « A 16 ans, j’ai découvert un monde. J’avais des idées toutes faites : le théâtre n’était pas pour nous, ce n’étaient pas mes codes. C’est l’exercice d’improvisation qui m’a séduit. Ca a été catégorique », poursuit-il. Avec ses camarades, il monte sa propre pièce. L’option lui permettra d’engranger des points supplémentaires pour son bac comptabilité et finances des entreprises.

Le diplôme en poche, il choisit de se lancer dans une carrière de comédien et poursuit ses cours au conservatoire de Bobigny. A son actif, il a déjà participé à deux courts-métrages, dont « La virée à Paname » de Carine May et Hakim Zouhani. Il participe aussi aux productions de ses amis danseurs et graffeurs présents sur la vidéo. A côté de ces expériences artistiques, il enchaîne les petits boulots chez Décathlon, KFC, en tant qu’entraîneur de foot pour les petits de la ville.

"On avance ensemble"

« ArtCorps : Désolé pour la qualité », le court-métrage de Brahim Bentahar, montre surtout une très bonne connaissance du milieu artistique underground (au sens propre du terme) de Bobigny. Il lui tient à cœur de la jouer collectif, et de faire connaître ses « potes-artistes », qu’ils soient rappeurs (NOMVD, DaVinci Nero, Peezy Sv, Souli) comédiens (Selena Diouf) ou danseurs : à Bobigny, on avance ensemble, semble-t-il dire.

Il parvient à atteindre son objectif en montrant qu’à « Boboche », une ville très stigmatisée, les gens font des choses. Et grâce aux 3000 euros remportés grâce à sa place de lauréat, Brahim compte bien se montrer encore plus actif à l’avenir. Un documentaire est paraît-il déjà sur le feu...

Pour voir le court-métrage de Brahim Bentahar sur le site de France 3 "Filme ton quartier" : http://www.france3.fr/emissions/filme-ton-quartier/les-laureats_516367

à lire aussi
Mémoire Eau & assainissement Patrimoine

Canal historique

200 ans c’est peu ou beaucoup au regard de l’Histoire ? Quelle que soit votre réponse, voilà déjà 2 siècles que le canal de l’Ourcq dessine les paysages des villes de Seine-Saint-Denis qu’il traverse. Débutant à Mareuil-sur-Ourcq dans les Hauts-de-France pour terminer son fil de l’eau dans le bassin de la Villette, embarquez pour une balade historique en vidéo ou en mots.

Musique Saint-Ouen

Serge Malik, la note bleue de Saint-Ouen

Cet Audonien pur jus, guitariste de studio, a joué avec Charles Aznavour, Michel Berger ou encore Nougaro. Il se souvient du Saint-Ouen de son enfance, de son ami Didier Lockwood avec qui il a créé le festival Jazz musette des Puces et de son grand-père, le fondateur du marché Malik du même nom. Portrait.

La Courneuve Théâtre Football

Joue-la comme elles

Résidente de la Maison des pratiques artistiques amateurs (MPAA) de La Courneuve, la compagnie de théâtre Les Enfants du paradis a monté un spectacle mêlant comédiennes professionnelles et amateures sur l’une des premières équipes féminines de football à avoir vu le jour en Angleterre pendant la Première Guerre mondiale. Un projet mené avec l’association basée à Clichy-sous-Bois « Jouons comme elles » et qui a été présenté au public le 16 juillet.

Danse Pantin

Dans les pas des danseurs de la prépa Élan

Le Centre national de la danse a ouvert cette année une école de l’égalité des chances (Élan) qui accueille à Pantin les jeunes talents issus des conservatoires du département. Ce cursus inédit en France leur permet de se frotter à l’univers des grands chorégraphes contemporains et d’ouvrir la voie à la professionnalisation. Reportage dans les studios.