Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux Bagnolet

Attention Jeux d’enfants !

A la crèche Anatole-France de Bagnolet, la semaine du goût - du 8 au 12 octobre - était épicée d’une large note d’olympisme. Dans les assiettes mais aussi dans les activités quotidiennes des « bébés JO ».

Après l’effort, le réconfort ! Ce chaud vendredi de début octobre au sein de la crèche Anatole-France à Bagnolet, Gaspard, Amaya, Jasmine et Henri -à peine neuf ans à eux quatre- profitent de leur pause goûter au bout de la semaine du goût, qui pour cette édition 2018, avait des accents olympiques. Chaque jour, un repas était en effet décliné à l’une des couleurs des anneaux olympiques et aux saveurs du continent associé. Et ce vendredi, c’est rouge, couleur du continent américain avec les incontournables pancakes au sirop d’érable appréciés des Canadiens. Au menu sportif du jour, le basket était lui à l’honneur dans le jardin de la crèche. « En fonction des activités, on a aménagé différemment notre espace pour faire, par exemple, un parcours de gym à l’aide d’une corde attaché aux bouleaux de notre jardin. On a aussi fait une démonstration de lutte grâce au papa d’un de nos enfants qui est lutteur au Club de Bagnolet Lutte 93 (CBL 93) », raconte Leticia Marin Marin, éducatrice au sein de la crèche. Les JO 2024, c’est pour nous un vrai support pour impulser la pratique sportive auprès des tout petits. »

La motricité, discipline presque olympique...

JPEG - 44.7 ko

Marathonienne inscrite à l’AS Bondy, Leticia aimerait d’ailleurs jouer les prolongations de cette semaine au goût olympique en créant une « malle sport » qui irait de crèche en crèche départementale jusqu’aux Jeux de 2024. "A chaque fois, on transmettrait le relais de la malle à pied ou à vélo… "
Avec une telle énergie dans ces rangs, rien d’étonnant donc à ce que la crèche Anatole-France se soit portée volontaire pour s’inscrire dans l’une des premières actions de l’opération Bébé JO. Laquelle, dans le cadre du plan départemental de mobilisation pour les JOP 2024, a pour objectif de mettre en œuvre des actions de motricité dans les crèches de Seine-Saint-Denis. Egalement femme de terrain puisqu’elle pratique le foot à ses heures perdues, la directrice de la crèche, Marlène Laubier, a ainsi vite joué les relayeuses du projet auprès de son équipe : « Ce n’est pas une mauvaise chose d’avoir des éducatrices très sportives parce que les tout petits sont beaucoup dans l’imitation, alors autant leur donner l’exemple d’une bonne pratique sportive, sourit-elle. De toute façon, les JO en crèche, c’est un peu tous les jours puisqu’on travaille tout le temps sur la motricité ! Et puis, au-delà de cela, cette semaine aux couleurs olympiques nous a permis de nouer des liens avec le club de lutte de Bagnolet qui est juste au bout de la rue. »
Un rapprochement qui ravit Didier Duceux, le président du CBL 93 en visite à Anatole-France ce jour-là : « La baby lutte commence dès l’âge de trois ans, donc on peut donner des idées à des parents avec des initiatives de ce genre. Et c’est aussi une bonne manière de donner aux plus jeunes le goût du sport avec une approche très ludique qui est essentielle pour les plus petits. »

Un quiz parental

Et même pour les plus grands puisque l’équipe de la crèche avait concocté un petit quiz sur les JOP à l’attention des parents, dispensé l’espace d’un en-cas partagé. « Si on ne sensibilise pas les parents à l’importance de la pratique sportive, ce qu’on fait n’a pas de sens, glisse Leticia Marin Marin. Ce sont eux qui vont aussi donner le goût du sport à leurs enfants. »
Papa de Léa, deux ans, Nicolas en est persuadé : « Moi, j’ai toujours fait du sport et je trouve que c’est une activité essentielle pour le développement des enfants. C’est pour cela que cette semaine était, je crois, un bon équilibre entre travail de la motricité et amusement sportif. En tout cas, ça ne peut être que positif pour les enfants. »
Maman de Léo (2 ans et demi), Emilie dit avoir tout autant apprécié l’expérience : « Avec Léo, on était à fond sur cette semaine, on a respecté le code couleur olympique chaque jour ! Qu’il puisse essayer différentes activités sportives chaque jour est une excellente idée et ça nous donne même déjà un petit indice de qu’il aime faire. »
A chacun en effet de choisir bientôt ses Jeux d’enfant...

Photos : @Sylvain Hitau

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.