Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux Bagnolet

Attention Jeux d’enfants !

A la crèche Anatole-France de Bagnolet, la semaine du goût - du 8 au 12 octobre - était épicée d’une large note d’olympisme. Dans les assiettes mais aussi dans les activités quotidiennes des « bébés JO ».

Après l’effort, le réconfort ! Ce chaud vendredi de début octobre au sein de la crèche Anatole-France à Bagnolet, Gaspard, Amaya, Jasmine et Henri -à peine neuf ans à eux quatre- profitent de leur pause goûter au bout de la semaine du goût, qui pour cette édition 2018, avait des accents olympiques. Chaque jour, un repas était en effet décliné à l’une des couleurs des anneaux olympiques et aux saveurs du continent associé. Et ce vendredi, c’est rouge, couleur du continent américain avec les incontournables pancakes au sirop d’érable appréciés des Canadiens. Au menu sportif du jour, le basket était lui à l’honneur dans le jardin de la crèche. « En fonction des activités, on a aménagé différemment notre espace pour faire, par exemple, un parcours de gym à l’aide d’une corde attaché aux bouleaux de notre jardin. On a aussi fait une démonstration de lutte grâce au papa d’un de nos enfants qui est lutteur au Club de Bagnolet Lutte 93 (CBL 93) », raconte Leticia Marin Marin, éducatrice au sein de la crèche. Les JO 2024, c’est pour nous un vrai support pour impulser la pratique sportive auprès des tout petits. »

La motricité, discipline presque olympique...

JPEG - 44.7 ko

Marathonienne inscrite à l’AS Bondy, Leticia aimerait d’ailleurs jouer les prolongations de cette semaine au goût olympique en créant une « malle sport » qui irait de crèche en crèche départementale jusqu’aux Jeux de 2024. "A chaque fois, on transmettrait le relais de la malle à pied ou à vélo… "
Avec une telle énergie dans ces rangs, rien d’étonnant donc à ce que la crèche Anatole-France se soit portée volontaire pour s’inscrire dans l’une des premières actions de l’opération Bébé JO. Laquelle, dans le cadre du plan départemental de mobilisation pour les JOP 2024, a pour objectif de mettre en œuvre des actions de motricité dans les crèches de Seine-Saint-Denis. Egalement femme de terrain puisqu’elle pratique le foot à ses heures perdues, la directrice de la crèche, Marlène Laubier, a ainsi vite joué les relayeuses du projet auprès de son équipe : « Ce n’est pas une mauvaise chose d’avoir des éducatrices très sportives parce que les tout petits sont beaucoup dans l’imitation, alors autant leur donner l’exemple d’une bonne pratique sportive, sourit-elle. De toute façon, les JO en crèche, c’est un peu tous les jours puisqu’on travaille tout le temps sur la motricité ! Et puis, au-delà de cela, cette semaine aux couleurs olympiques nous a permis de nouer des liens avec le club de lutte de Bagnolet qui est juste au bout de la rue. »
Un rapprochement qui ravit Didier Duceux, le président du CBL 93 en visite à Anatole-France ce jour-là : « La baby lutte commence dès l’âge de trois ans, donc on peut donner des idées à des parents avec des initiatives de ce genre. Et c’est aussi une bonne manière de donner aux plus jeunes le goût du sport avec une approche très ludique qui est essentielle pour les plus petits. »

Un quiz parental

Et même pour les plus grands puisque l’équipe de la crèche avait concocté un petit quiz sur les JOP à l’attention des parents, dispensé l’espace d’un en-cas partagé. « Si on ne sensibilise pas les parents à l’importance de la pratique sportive, ce qu’on fait n’a pas de sens, glisse Leticia Marin Marin. Ce sont eux qui vont aussi donner le goût du sport à leurs enfants. »
Papa de Léa, deux ans, Nicolas en est persuadé : « Moi, j’ai toujours fait du sport et je trouve que c’est une activité essentielle pour le développement des enfants. C’est pour cela que cette semaine était, je crois, un bon équilibre entre travail de la motricité et amusement sportif. En tout cas, ça ne peut être que positif pour les enfants. »
Maman de Léo (2 ans et demi), Emilie dit avoir tout autant apprécié l’expérience : « Avec Léo, on était à fond sur cette semaine, on a respecté le code couleur olympique chaque jour ! Qu’il puisse essayer différentes activités sportives chaque jour est une excellente idée et ça nous donne même déjà un petit indice de qu’il aime faire. »
A chacun en effet de choisir bientôt ses Jeux d’enfant...

Photos : @Sylvain Hitau

à lire aussi
Handball Villepinte Aubervilliers

Zaadi-Niakaté, argent content

Si elles n’ont pas réussi à défendre leur titre de championnes d’Europe, battues dimanche 20 décembre par la Norvège en finale, les Bleues sont revenues du Danemark avec une belle médaille d’argent autour du cou. Parmi elles, Grâce Zaadi et Kalidiatou Niakaté, formées respectivement à Villepinte et Aubervilliers, ajoutent une ligne à leur palmarès et donnent déjà rendez-vous pour les Jeux de Tokyo 2021.

Jeux olympiques et paralympiques Portrait

Agent·e·s du Département le matin, athlètes olympiques l’après-midi

Tous trois athlètes de haut niveau, Anita Blaze (escrime), Bopha Kong (para-taekwondo) et Mamadassa Sylla (lutte gréco-romaine) sont également, depuis octobre dernier, agent·e·s du Département. Ils ont en effet signé avec la collectivité une convention d’insertion professionnelle d’un an qui leur permet de mener de front, et en toute sérénité, préparation en vue des Jeux olympiques et paralympiques Tokyo 2021 et reconversion. Un combo forcément gagnant. Portraits.

Saint-Ouen Football

Basile de Bure, les yeux dans les Verts

Dans « Deux pieds sur terre », le journaliste indépendant Basile de Bure suit toute la saison 2018-2019 des moins de 15 ans du Red Star. Mais au-delà de l’épopée sportive, ce récit enlevé et empathique dessine surtout le portrait d’une jeunesse française, celle des quartiers populaires. Interview avec l’auteur, couronné en novembre du prix Sport Scriptum pour ce premier ouvrage très réussi.