Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Cyclisme Aubervilliers

Alna Burato double championne d’Europe !

Comme sa partenaire de club Karine Temporelli, la cycliste d’HP-BTP Auber 93 Alna Burato a décroché son deuxième titre successif de championne d’Europe de cyclocross master le 22 octobre à Trnava en Slovaquie.

Alna doit avoir un grand dressing pour ranger tous ses maillots de championne. Rien que cette année, elle a remporté le titre de championne de France master (30-35 ans) sur route, celui du contre la montre, du contre la montre par équipe avec Laure Dewitt et Karine Temporelli, le titre régional Ile-de-France senior et le week-end dernier le maillot de championne d’Europe master de cyclo-cross. Ça commence à faire de la place sur les étagères !

A l’écouter, la conquête de son deuxième titre n’a pas eu l’air plus difficile que ça : « L’an dernier, j’avais repéré que l’Italienne Chiara Selva allait bien, qu’elle avait une bonne technique pour passer les obstacles. Je l’ai suivie au premier tour, nous avons lâché les autres. Puis je me suis aperçue qu’elle n’avait pas l’air si en forme que ça. Alors j’ai accéléré et je l’ai lâchée. » Un tour 9’’4 plus rapide, un autre sur le même rythme et l’Italienne voit Alna s’éloigner, s’éloigner… Alna a mis une telle mine qu’elle passera la ligne d’arrivée en solitaire et qu’à part Selva, toutes les autres concurrentes prendront un tour. Net ! Et comme sa copine Karine Temporelli a elle aussi réussi le doublé chez les 40-45 ans et que les deux s’entendent comme larronnes en foire, la fête a dû être belle...

JPEG - 119.8 ko

Et pourtant sa saison n’a pas bien commencé. L’an dernier lors de son premier titre européen de cyclo-cross master, elle était tombé sur l’épaule. Une vilaine blessure qui ne l’a pas empêchée de gagner, mais qui nécessitait une intervention chirurgicale pendant l’hiver. Alna est une dure au mal, on l’a vu à de nombreuses reprises lors de sa carrière. Mais elle a eu des difficultés à revenir tenir son rôle de capitaine de route dans l’équipe dames d’Auber 93. « Je n’ai pu reprendre que fin avril. Ce n’était pas facile, les autres filles étaient déjà bien en forme et moi j’avais du mal. » Mais elle s’accroche, comme d’habitude. S’écouter, se plaindre sans tout essayer, ce n’est pas le genre de la maison Burato. Que ce soit sur son vélo ou dans sa vie professionnelle, Alna appuie à bloc sur les pédales, toujours. Titulaire d’un master en lettres modernes, elle est documentaliste scolaire, depuis peu titularisée. « Une vraie bouffée d’air pur et de sérénité ! Après des années d’incertitude je sais enfin où je travaillerai les prochaines années. Mon banquier va être content ! »

L’an prochain, Alna mènera encore l’équipe dames d’HP-BTP Auber 93. « Ça devrait mieux se passer que cette année où beaucoup de filles ont été blessées, malades. Des filles comme Margot Dutour, Berengère Staelens et bientôt Océane Tessier ont envie et les moyens de marquer des points en Coupe de France dames dès le début de saison. » En attendant, cet hiver Alna courra des cyclo-cross régionaux et master. Elle vise aussi le championnat du monde Master de cyclo-cross qui se tiendra en Belgique. « L’an dernier il s’est déroulé aux Etats-Unis, trop loin et trop cher. Cette année ce sera le 2 décembre à Mol en Belgique. J’aimerais y aller, mais c’est un vendredi, j’espère avoir une autorisation d’absence... » Pas simple de concilier cyclisme de haut niveau et vie professionnelle... quand on est une femme.

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.