Catégories
Seine Saint-Denis
Bande dessinée

Albert Uderzo, dernier banquet

Albert Uderzo, créateur entre autres d’Astérix avec son acolyte René Goscinny, est mort ce mardi à 92 ans. Ce dessinateur de génie avait un lien fort à la Seine-Saint-Denis : après avoir grandi à Clichy-sous-Bois, c’est dans un HLM de Bobigny que lui et Goscinny avaient commencé à donner naissance à l’irréductible Gaulois. Voici l’article que nous lui avions consacré en septembre 2019, à l’occasion des 60 ans de la naissance d’Astérix.

Astérix n’est pas né en Armorique, mais à Bobigny ! Il y a soixante ans, Albert Uderzo accueillait René Goscinny dans son appartement de la cité du Pont de Pierre à Bobigny pour une séance de travail. Après deux pastis, le plus célèbre des Gaulois était né !

En 1959, Goscinny et Uderzo ne sont pas encore les monstres de la BD qu’ils vont devenir. Le magazine pour les jeunes Pilote leur a commandé un nouveau personnage, de nouvelles planches. Alors Uderzo a invité son scénariste et ami René Goscinny dans son trois-pièces de la cité du Pont de pierre, coincée entre le grand mur du cimetière parisien de Pantin et les terrains de foot du Stade français. Sur la table, les manuels d’histoire de France côtoient le croquis. Les deux sont d’accord pour s’inspirer de la France du passé, le Moyen-Âge les tente, mais il a déjà été longuement évoqué. Alors pourquoi pas la Gaule ? Personne n’a utilisé cette période en BD, pourtant les potentialités d’histoires et les ressorts comiques sont énormes : l’Empire romain, le parallèle entre les Gaulois d’autrefois et les Français d’aujourd’hui, l’autodérision chère aux créateurs…

JPEG - 24.3 ko

Avec espièglerie, René Goscinny prend le contre-pied de l’image du grand Gaulois à l’allure altière, il choisit un petit blond malin, qui se moque des Romains, les yeux rieurs derrière sa moustache. Uderzo lui aurait préféré un grand guerrier, alors pour équilibrer et nourrir le scénario, ils décident de lui adjoindre un grand copain « bas de poitrine » et livreur de menhir : Astérix et Obélix sont nés.

JPEG - 32.1 ko

Coïncidence étonnante, le plus célèbre Gaulois du monde a été créé juste à côté du plus grand cimetière gaulois jamais découvert ! En 2002 lors d’un chantier de fouilles, les archéologues départementaux mettent à jour une série de sépultures, dont le nombre va toujours croissant, bien plus que ce qu’on n’a jamais découvert auparavant : « Avec plus de 520 tombes, d’innombrables objets comme des fibules, des parures ou des épées de guerriers, les connaissances sur les mœurs de nos ancêtres ont considérablement avancé », explique l’archéologue départementale Pauline Susini-Collin. Des années plus tard, Albert Uderzo a rencontré des étudiants de l’IUT de Bobigny, tout proche de son ancien logement et du site de fouilles. On lui a alors raconté, montré les vestiges du village gaulois. Petit sourire et yeux plissés, il a déclaré « Ils sont terribles, ces Gaulois… »

Après avoir voyagé aux quatre coins de la Gaule, en Europe, en Égypte, en Judée, en Inde et même sur le continent américain, le petit Gaulois revient cette année avec la sortie le 24 octobre de la 38ème bande dessinée La fille de Vercingétorix. Avec son acolyte Obélix, il devra protéger une adolescente en révolte que recherchent César et les Romains. Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, les successeurs des illustres créateurs ont employé tout leur talent pour rester fidèles à l’esprit des fondateurs.

Crédits photos : ©Astérix®-Obélix®-Idéfix®/©les éditions Albert
René/Goscinny - Uderzo

©Service du patrimoine culturel/ Emmanuelle Jacquot
©Carine Arassus

à lire aussi
Concert

Zahia Ziouani revisite le Carnaval des Animaux, version JO

Sans doute influencée par l’arrivée prochaine à Paris (et en Seine-Saint-Denis) des Jeux olympiques 2024, la nouvelle création de l’orchestre symphonique Divertimento, fondé par la cheffe d’orchestre Zahia Ziouani, met le Carnaval des Animaux de Saint-Saëns à la sauce Jeux olympiques. Trois dates sont prévues en Seine-Saint-Denis, les 14 et 15 janvier, ainsi que le 4 février.

Journalisme Pantin

Edouard Zambeaux ou l’écriture pour tous

Le journaliste pantinois Édouard Zambeaux a fait des périphéries et des questions sociales sa spécialité sur RFI et France Inter. Après une riche carrière de reporter indépendant, il décide de donner la parole aux sans-voix et organise des ateliers d’écriture dans toute la France à travers un projet collectif nommé Zone d’expression prioritaire. Rencontre avec un journaliste citoyen hyperactif.

Arts visuels Aménagement urbain

ESOPA, Quai 36, Cuesta : quand les arts visuels investissent l’espace public

L’Etat, via la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), et le Département ont signé un protocole visant à développer ces prochaines années les arts visuels dans l’espace public. Baptisé « Agir pour les arts visuels », ce plan d’action ambitionne de mettre les arts à la portée de tous dans un environnement urbain plus agréable. Pour le mettre à exécution, associations, collectifs et autres maisons de production artistiques ont été sollicités. Nous vous les présentons.

Peinture Saint-Denis

Le peintre Michel Quarez a lâché ses pinceaux

Coloriste hors-pair, affichiste, illustrateur, Michel Quarez est décédé dans la nuit du 8 décembre à l’hôpital Delafontaine. À 83 ans, l’artiste dionysien laisse derrière lui des milliers de créations éclatantes inspirées du pop art et des bandes dessinées psychédéliques. C’est une page de l’art contemporain qui se tourne.