Catégories
Seine Saint-Denis
Actions pour les Jeux JOP 2024

8 piscines pour la Seine-Saint-Denis après les Jeux

C’est désormais acté : les Jeux de 2024 laisseront 8 piscines, nouvelles ou rénovées, sur notre territoire ainsi que 15 millions d’euros de plus pour le plan piscines du Département. Une bonne nouvelle pour les habitants. Florilège de réactions en marge des 24h du waterpolo, organisées les 23 et 24 juin à Saint-Denis.

Chaïma a le sourire. Ce samedi matin, à l’occasion des 24h du waterpolo, la jeune fille de 12 ans a eu le privilège avec d’autres écoles de waterpolo d’Ile de France de participer à des ateliers avec les joueuses de l’équipe de France. « J’ai eu plein d’autographes et y a même une joueuse qui m’a dit de continuer comme ça, de persévérer », dit la petite joueuse du Cercle 93 – équipe féminine commune aux clubs de Saint-Denis Union Sports, de Livry-Gargan et du Cercle des Nageurs noiséens - au bord du bassin de la Baleine à Saint-Denis.

Dans six ans, Chaïma s’entraînera peut-être à la Plaine, dans un autre bassin, plus proche de chez elle. Huit piscines, voilà en effet l’héritage promis à la Seine-Saint-Denis après l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 : outre le bassin accolé au stade de France où se dérouleront les épreuves de plongeon et de waterpolo, resteront en effet sur le territoire 4 autres piscines (Noisy-le-Sec avec notamment un bassin de 33m spécial waterpolo ; Fort d’Aubervilliers ; Aulnay-sous-Bois et rénovation de Marville, à La Courneuve) plus trois autres, dont l’emplacement est encore à définir. S’ajoutent à cela 15 millions d’euros supplémentaires qui viendront abonder les 40 millions que le Département consacre jusqu’en 2021 à son plan piscines.

JPEG - 47.8 ko

« Outre la construction des piscines, cette enveloppe spécifiquement dédiée au plan piscine départemental est une bonne nouvelle pour la Seine-Saint-Denis : ce sujet dont j’ai fait une priorité semble avoir enfin été entendu, car on ne peut pas accepter d’organiser des Jeux olympiques dans un territoire où 1 enfant sur 2 qui entre en 6ème ne sait pas nager. », s’était félicité le président du Département Stéphane Troussel après la signature du protocole conjoint avec le COJO (Comité d’organisation des Jeux) et la Solidéo, jeudi 14 juin.

« C’est forcément une bonne nouvelle pour les habitants, s’enthousiasme Khadija, la maman de Chaïma, devenue bénévole au club du SDUS dans lequel évolue sa fille. Une piscine, ça manquait cruellement au quartier de la Plaine, où nous habitons, car venir trois fois par semaine pour les entraînements à la Baleine, c’est un peu la galère niveau transports », témoigne-t-elle.

Chez les présidents de clubs, l’annonce était aussi plutôt génératrice de bonne humeur. « Ca va dans le bon sens, se félicitait Hervé Borie, président du SDUS. C’est une victoire collective et il faut aussi saluer la politique volontariste du Département en direction du sport, des équipements sportifs en général. » Avant de rappeler tout de même la situation d’urgence à laquelle était jusqu’ici confrontée le territoire : « En France, on a environ une piscine pour 30 000 habitants. Ici à Saint-Denis, c’est pour l’instant une piscine pour 100 000 habitants... Ainsi, La Baleine est clairement saturée. Elle a du mal à répondre aux besoins de tous : scolaires, clubs, associations. Du coup, cette annonce, c’est une bouffée d’oxygène ».
Raison pour laquelle Julie Eissen, présidente du Cercle des nageurs noiséens, appelait à ne pas relâcher les efforts, tout en se félicitant de ce bel héritage. « Un point extrêmement positif, c’est la répartition des bassins à venir sur toute la Seine-Saint-Denis. Maintenant, il ne faudra pas arrêter le travail pour autant, car avec le Grand Paris Express, on va avoir plus de demande. C’est pour cela qu’on ne doit pas louper le virage des piscines évolutives et connectées. » Piscines connectées ? « Oui, avec par exemple un rail lumineux en fond de bassin qui vous incite à nager par rapport à un temps à battre. Ou des petites ampoules LED en fond de bassin qui permettent des jeux. Ce n’est pas ce qui fait exploser le coût de construction d’une piscine et ça permettra sans doute aussi que ces équipements restent rentables ».

JPEG - 59.2 ko

D’un point de vue purement poloïste, la construction d’un bassin spécifique au waterpolo de 33 m à côté d’un de 50m à Noisy-le-Sec était évidemment LA bonne nouvelle. « A Noisy, la piscine était vraiment juste par rapport au club et à son niveau d’exigence. Aller voir l’équipe première jouer à Montreuil par exemple, c’était une contrainte », témoignait Andrea, papa d’un petit Mattia, 11 ans, inscrit depuis l’année dernière dans la section de waterpolo du CNN. « Ce bassin spécifique, c’est une bénédiction », renchérissait Florian Bruzzo, sélectionneur de l’équipe de France féminine de waterpolo, en pleine préparation des Championnats d’Europe à Barcelone (à partir du 15 juillet). Pour le haut niveau, parce qu’on va ainsi pouvoir organiser des championnats d’Europe ou du monde. Mais pas seulement : le waterpolo loisir, ça vaut tous les plans savoir-nager du monde. Parce qu’à travers lui, les gamins apprennent à nager de manière ludique et aussi parce qu’il prévient à mon sens mieux les noyades que la natation : c’est un sport où l’on est confronté à l’opposition, à l’imprévu. »

La rénovation de la piscine de Marville, combinée aux nouvelles piscines de la Plaine et de Noisy permettrait aussi au Cercle 93 de faire avancer ses projets. Parmi lesquels une féminisation de la pratique : « Jusqu’à présent, il n’y avait pas assez de filles dans nos clubs respectifs pour monter des équipes féminines. Là, voici 18 mois qu’on a une équipe féminine commune aux trois clubs, et la rénovation de Marville, où se fait l’entraînement commun, ne peut être qu’un plus. C’est très important de promouvoir le sport féminin. Dans les quartiers populaires, trop de filles sont encore éloignées du sport alors qu’on sait que la pratique sportive permet une valorisation et un essor social certains », insistait la présidente Julie Eissen.

Pendant ce temps, la collection des chasseurs et chasseuses d’autographes du Cercle 93 avait encore augmenté et on voyait déjà s’ébaucher dans les têtes de certains de beaux rêves de participation à des Jeux à la maison. Une autre quête… L’après-Jeux semble en tout cas se dessiner très clairement.

Photos : @Nicolas Moulard

Savoir plus sur le plan piscines du Département

à lire aussi
Saint-Denis Piscines JOP 2024

La nouvelle piscine de Marville a désormais un visage

Les plans de la nouvelle piscine du parc des sports de Marville sont désormais connus. Cet équipement, longtemps attendu par les habitants de Seine-Saint-Denis, sera construit par l’entreprise GCC, lauréat tout juste choisi par le Département, maître d’ouvrage. Opérationnel dès janvier 2024 pour pouvoir recevoir des entraînements de water-polo lors des Jeux de Paris 2024, ce centre aquatique accueillera surtout par la suite tous les habitants du département, pour une diversité d’usages.

Handball Villepinte Aubervilliers

Zaadi-Niakaté, le tandem du 93 au sein des Bleues

Elles seront deux Séquanodionysiennes à faire le voyage au Danemark, pour y défendre leur titre de championnes d’Europe de handball, à partir du 4 décembre. Grâce Zaadi et Kalidiatou Niakaté ont toutes deux découvert leur sport en Seine-Saint-Denis, à Villepinte pour l’une, à Aubervilliers pour l’autre. Toutes deux championnes du monde en 2017, elles continuent de cultiver un lien spécial à ce territoire où tout a commencé pour elles. Portrait.

Lutte Bagnolet

Mélonin Noumonvi, lutteur inoxydable

A 38 ans, le lutteur bagnoletais repart une nouvelle fois au combat. Objectif, une quatrième participation aux Jeux olympiques. Il vient de remporter un tournoi à Varsovie, il est capable d’y arriver et de nous surprendre encore…

Rugby Bobigny

Les Louves de Bobigny de A à Z

Après avoir entraîné pendant 14 ans l’équipe première des Louves de Bobigny, qu’il a co-fondée, Fabien Antonelli éprouvait le besoin de revenir sur cette aventure hors-norme. Il le fait avec verve et tendresse dans un « Dictionnaire passionné » qui nous en apprend beaucoup sur ce club historique, devenu l’une des références nationales en matière de rugby féminin.