Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Associations Tennis Stains

Yannick Noah tape la balle avec les enfants de Stains

L’ancien vainqueur de Roland-Garros était de passage au club de l’ES Stains Tennis, mercredi 9 octobre, pour inaugurer une section Fête le Mur, l’association qu’il a créée il y a plus de vingt ans et qui permet aux enfants des quartiers défavorisés d’accéder à la pratique du tennis. Le deuxième site dans le département après celui créé à La Courneuve en 2000.

Ce mercredi 9 octobre, le gymnase Léo Lagrange, qui jouxte les courts de tennis de l’ES Stains, est plein comme un œuf. Ont fait le déplacement les dirigeants du club, évidemment, des élus locaux, des membres de la Fédération française de tennis, dont son président Bernard Giudicelli, mais surtout plus de 200 enfants surexcités qui n’attendent qu’une chose : échanger quelques balles avec l’ancienne vedette du tennis et chanteur Yannick Noah. L’interprète de Saga Africa est venu inaugurer le site Fête le Mur qui, depuis sa création en 1996, permet aux enfants des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPPV) de pouvoir pratiquer le tennis et, à terme, de se former aux métiers de l’enseignement, de l’encadrement et de l’arbitrage. Un accompagnement qui, selon l’association, aurait profité à 34 000 jeunes jusqu’à aujourd’hui.

JPEG - 95.8 ko

De fait, Stains est la deuxième ville de Seine-Saint-Denis à profiter de ce dispositif, après La Courneuve en 2000. Le projet a démarré en septembre 2018 et a été confié à l’ES Stains Tennis, pour le plus grand bonheur de son président Stéphane Sourdet. « Cette implantation est pour nous stratégique, explique-t-il. En un an, nous avons enregistré 70 inscriptions, des enfants de 3 à 10 ans qui étaient en réelle demande d’accompagnement. On leur propose des cours, des formations, des sorties… L’objectif cette saison est d’en accueillir 50 supplémentaires. »

« Quand il commence à jouer avec les enfants, il est impossible de l’arrêter »

JPEG - 136.4 ko

Dans une salle chauffée à blanc, sous le bruit assourdissant des cornes de brume et des éclats de ballons, les discours s’enchaînent sur l’estrade spécialement installée pour l’occasion. Yannick Noah devine sans peine l’impatience des enfants et, quand son tour arrive pour prendre la parole, il se contente d’un laconique : « Les discours c’est ennuyeux, place au jeu ! » Après avoir passé une bonne partie de la matinée à échanger des balles avec les bambins, le vainqueur du tournoi de Roland-Garros a remis le couvert tout l’après-midi. « Quand il commence à jouer avec les enfants, il est impossible de l’arrêter, confient les attachées de presse de Fête le Mur. Ça peut durer des heures et des heures. »

Elles disent vrai : chacun des quelque 200 enfants a eu droit à un face à face de quelques minutes avec Noah, l’échange se clôturant immuablement par des conseils, des encouragements et une chaleureuse accolade de la star. « Noah, je ne l’avais vu jusqu’ici qu’à la télé, ça fait bizarre de jouer aujourd’hui contre lui, confie Djamila, 10 ans et demi, qui a découvert le tennis l’an passé grâce à Fête le Mur dans son quartier du Moulin-Neuf à Stains. Il est sympa et souriant et m’a dit comment améliorer mon revers, mon gros point faible.  » Même son de cloche chez Aleksa, 10 ans, grand espoir de l’ES Stains et qui a eu le privilège de jouer pendant plus d’une heure contre celui qui fut longtemps la personnalité préférée des Français. « J’ai travaillé avec lui mon service, mes appuis, ma volée, détaille le garçon. Il est hyper accessible, j’avais l’impression de jouer contre un copain. »

Photos : ©Nicolas Moulard

à lire aussi
Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignants

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignants. Six groupes de coureurs sont à cette occasion partis de l’INSEP à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens de Bondy et d’enseignants, partis en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.

Coronavirus Judo Le Blanc-Mesnil

Madeleine Malonga : « Seul sauver des vies doit l’emporter… »

Récemment, la championne du monde de judo en titre (-78 kg) a lancé un appel aux dons pour les Hôpitaux de Paris. Tous les jours, « la boule au ventre », elle stresse de voir ses parents et sa sœur, soignant·e·.s, au chevet des malades du Covid. Elève-infirmière, la combattante de l’Etoile Sportive de Blanc Mesnil (26 ans) avoue « se sentir inutile », comme elle l’a aussi ressenti à l’annonce du report des Jeux de Tokyo…