Catégories
Seine Saint-Denis
Solidarité

Un slam sur le handicap

Prendre la parole sur leur handicap, des résidents de l’ancien foyer de Noisy-le-Grand l’ont fait de belle manière, à travers un slam. Au nouveau foyer d’accueil médicalisé ouvert récemment à Aubervilliers par l’association Envoludia, la discussion s’est engagée autour de ce texte émouvant.

Nous, résidents du GIMC, on en a marre de pleurer,
Quand on voit la place qu’on a, qu’on occupe, qu’on nous laisse dans la Société,
C’est pour cela qu’on a choisi de faire ce slam qui s’intitule « Pourquoi »

Pourquoi tous les lieux publics ne sont pas accessibles ?
Se balader pour moi, n’est pas toujours possible,
Et quand ça l’est, on me dit qu’il y a du danger,
Que dehors on craint pour ma sécurité,
Pourquoi il me faut l’accord de mes tuteurs,
Pour me marier ou concernant la parentalité,
Pourquoi ne serais-je pas à la hauteur ?
Pourquoi suis-je tributaire des autres, bien que je sois adulte,
Accompagné à tout instant, comme si j’avais 5 ans !
Prise en compte de mes idées, mes paroles n’ont pas de poids,
Franchement, c’est pas compliqué, je veux être libre de mes choix,
Laissez-moi choisir ma vie, décidez de mon avenir, choisir, tracer ma voie !

Refrain

Ce handicap m’emprisonne
Ce handicap m’empoisonne
C’est pour ça qu’on s’exprime
Que l’on met nos rimes
Pour faire comprendre notre ressenti
Concernant nos tranches de vie

Pourquoi dans la rue, me regardez-vous bizarrement ?
Le handicap, c’est pas contagieux, soyez intelligents !
Ne pouvez-vous m’aborder tranquillement, simplement ?
J’ai les même désirs, les même envies, les même besoins que vous,
Sachez que le sexe pour moi, c’est un sujet tabou,
Pourquoi j’y ai pas le droit au même titre que toi, ou toi, ou toi,
Mets-toi à ma place, il faut que tu saches,
Que je vis avec moins de 800e par mois, c’est-à-dire l’AAH
Pourquoi suis-je né handicapé ?
Pourquoi ne puis-je pas manger,
Ce que je veux et quand je le veux ?
Les douleurs me rappellent que je suis handicapé,
Voilà pourquoi je suis fataliste,
Et quand j’y pense, je suis souvent triste,
De toute façon, on n’y peut rien, ça changera rien,
C’est violent !

Refrain

Ce handicap m’emprisonne
Ce handicap m’empoisonne
C’est pour ça qu’on s’exprime
Que l’on met nos rimes
Pour faire comprendre notre ressenti
Concernant nos tranches de vie

En janvier, un nouveau foyer d’accueil médicalisé a ouvert à l’Orangerie à Aubervilliers. Pour en savoir plus, cliquez ici.

à lire aussi
Plan rebond

Un fonds d’aide pour éviter la spirale de l’endettement locatif

Le Département met en place des aides au paiement du loyer pour les ménages fragilisés par la crise économique liée au Covid. Ce fonds exceptionnel "d’aide à la quittance", qui concerne aussi bien le parc public que privé, vise à réagir de manière précoce afin d’éviter aux locataires de s’enliser dans les sables mouvants des dettes locatives.

Coronavirus

Après le Covid, le Département lance un plan de rebond solidaire et écologique

Mercredi 8 juillet, le Département a voté un plan de rebond solidaire et écologique. Ce programme, d’un montant global de 55 millions d’euros, doit répondre à la crise économique et sociale faisant suite à la crise sanitaire qui a secoué le territoire avec l’arrivée du coronavirus. Une aide exceptionnelle au paiement des loyers, un soutien aux associations du territoire frappées par la crise ou porteuses de solutions et un fonds d’investissement pour une transition écologique figurent parmi les axes forts de ce plan de relance.

Appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’autonomie

Le Département a lancé lundi 6 juillet un appel à manifestation d’intérêt visant à constituer un réseau de tiers-lieux « Autonomie dans mon quartier » qui favorisera l’inclusion des personnes âgées et handicapées dans leur vie de quartier. Les tiers lieux sont des cafés associatifs, locaux communs résidentiels, maisons intergénérationnelles, et bien d’autres encore, les modèles les plus innovants et divers sont les bienvenus ! Le dépôt des dossiers doit s’effectuer avant le 30 septembre 2020

Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cents euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.