Catégories
Seine Saint-Denis
Equipements Tremblay-en-France

Un nouveau Colisée à Tremblay-en-France

Le 23 juin, la première pierre du Colisée Grand Paris sera posée au cœur du parc d’affaires Aerolians Paris à Tremblay-en-France. Cet équipement d’une capacité totale de 9 000 places accueillera des concerts, des spectacles et occasionnellement des événements sportifs.

C’est la salle qui manquait dans le Nord-Est parisien. Les habitants de Seine-Saint-Denis et alentours pourront s’y rendre pour assister à des événements culturels et artistiques de grande envergure, occasionnellement des événements sportifs, qu’on ne trouve actuellement qu’à Paris intramuros ou à l’ouest de la capitale.
Atout principal, une grande salle multifonctionnelle de 7 000 places entièrement modulable. C’est elle qui accueillera les concerts, les spectacles et pourra être modifiée pour de grands événements sportifs. Seule Arena d’Île-de-France conçue de forme dissymétrique, elle pourra fonctionner en configuration Zenith (spectacle vivant) ou Arena (sport).

JPEG - 382.4 ko

Une seconde salle omnisport de 2 000 places (assis-debout) sera dédiée aux événements sportifs internationaux (sports collectifs et individuels) et pourra être utilisée pour les matchs des clubs locaux, des événements d’entreprises ou des villes de Paris Terres d’Envol. En intégrant l’accessibilité universelle dans sa conception, des manifestations handisport indoor pourront s’y dérouler. S’y ajouteront des bars et une bodega proposant de la restauration.

Construit avec des briques "made in Sevran"

Sur le plan des matériaux, la part belle sera faite à la terre crue, afin de réduire au maximum le poids carbone de la construction. « Les murs de la petite salle seront construits en briques de terre crue issues de l’atelier Cycle Terre de Sevran. En faisant le choix de ce matériau original mais aussi très local, c’est 400 toupies de béton qui ne feront pas l’aller-retour entre la centrale et le chantier ! Ce sera la plus grande construction en terre crue de France. » précise Daniel Vaniche, l’architecte et ingénieur du groupement Legendre et DVVD. Pas moins de 75 000 briques en terre crue seront ainsi utilisées en circuit-court, évitant le rejet de 550 tonnes de CO2, soit 45 000 aller-retours entre Paris et Le Colisée.

JPEG - 389 ko

Des économies d’énergie seront amplifiées par les 6 000 m2 d’une centrale solaire photovoltaïque de plus d’un mégawatt et le choix d’une isolation en laine de bois et chanvre pour une stabilité de la température dans le bâtiment. À l’extérieur, un parking végétalisé avec des bassins d’eau et une variété d’arbustes permettront aux oiseaux et petits mammifères d’y élire domicile, et de constituer ainsi une biodiversité locale.

Structure à taille humaine

Sur le plan esthétique, il fallait un projet architectural emblématique et le plus compact possible, avec une structure à taille humaine qui s’intègre à son milieu. Des grandes baies vitrées ont été privilégiées, donnant un sentiment d’ouverture, de fluidité entre intérieur et extérieur. « On a cherché le juste équilibre entre un bâtiment qui soit emblématique d’un quartier, côté parvis, et des lignes douces, sans trop de hauteur, côté rue », explique l’architecte et ingénieur. Le parvis aura, quant à lui, un caractère monumental avec une façade de 25 m de haut sur 100 m de large.

Un nouveau lieu de vie

Véritable équipement phare situé à l’entrée du Grand Paris, résultat de nombreux échanges avec l’État ainsi qu’avec les fédérations sportives et clubs locaux, il devrait entraîner dans son sillage de belles opportunités pour le territoire. En plus d’attirer des événements culturels et artistiques d’envergure grâce à sa taille mais aussi à sa proximité avec le RER B, la gare TGV de l’Aéroport Paris-Charles de Gaulle, et la future ligne 17, il a vocation à devenir un lieu que s’approprieront les habitants et les clubs sportifs locaux.

Il jouera aussi un rôle clé dans la vie sociale de ce nouveau quartier où sont également prévus hôtels, restaurants, centre de balnéothérapie, une résidence de type co-living ou encore une pépinière de start-ups... Tout un nouvel espace de vie !

Combien ça coûte ?
Budgétée à 60 millions d’euros hors taxes, la structure sera financée à hauteur de 37 millions d’euros par l’État, la Région, le Département, la Métropole du Grand Paris et la ville de Tremblay-en-France.
à lire aussi
Aménagement urbain

Apprentis architectes

A Montreuil, en attendant l’arrivée du prolongement du tramway T1, des terrains sont laissés en friche avant d’être aménagés. Les habitants et l’association Didattica les ont investis pour offrir aux enfants du quartier une expérience entre architecture, éducation et démocratie, « Un tramway nommé désir ». De leurs travaux une exposition a été présentée au cinéma le Méliès à Montreuil et l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-La-Villette jusqu’au 21 juillet.

Seine-Saint-Denis En famille

Quand on s’promène au bord de l’eau...

Le prochain week-end sera sportif ! Le collectif Cap sur la Marne organise des animations sportives le long de la rivière les 11 et 12 juin. Les familles pourront faire entre autres « 24 000 pas pour 2024 » et redécouvrir la Seine-Saint-Denis, son patrimoine et ses transformations jusqu’aux prochains Jeux Olympiques. Demandez le programme !

Héritage J.O.P. 2024 Travaux Aménagement urbain

L’ex-RN2 version olympique

Le Département de Seine-Saint-Denis va complètement transformer la Route Départementale 932 (ex RN2) au Bourget. Initialement pensé initialement uniquement pour la voiture, cet axe doit aujourd’hui se transformer pour répondre aux besoins des habitant.e.s et usager.ère.s. et desservir les sites olympiques et le Village des médias. Les travaux sont prévus de juin 2022 à décembre 2023.