Catégories
Seine Saint-Denis
Santé & Prévention

Rentrée de l’Académie populaire de la santé

La première promotion de l’Académie populaire de santé s’est réunie, pour la première fois, le 22 janvier 2021. Pendant un an, trente « Ambassadeurs et Ambassadrices en santé » se retrouveront, à raison d’une journée de formation par mois, afin de se préparer à leur mission : diffuser des messages de prévention afin d’aider leur entourage à prendre soin de sa santé. Un projet inédit en France, soutenu et accompagné par la Fondation BNP-Paribas et le Comité départemental d’éducation pour la santé.

Personne ne manquait à l’appel ce vendredi 22 janvier. Les trente membres de l’Académie populaire de santé de Seine-Saint-Denis avaient répondu présent·e·s lors cette séance inaugurale. Tous et toutes vivent en Seine-Saint-Denis et s’étaient porté·e·s volontaires dès l’appel à candidature lancée par le Département.

Être utiles

Dans l’assemblée, Mariette Rouillé, doyenne de cette première promotion. À 78 ans, cette Pantinoise très active est référente Santé au sein de l’antenne départementale du Secours populaire français. « Quand j’ai pris ma retraite, explique-t-elle, je me suis engagée dans des actions de promotion du dépistage du cancer du sein, puis j’ai participé à des ateliers santé avec la ville de Pantin, avant de rejoindre le Secours populaire français. ». Aujourd’hui, Mariette y anime des permanences d’accès aux droits. « Intégrer cette “Académie” c’était la suite logique de cet engagement. »

JPEG - 214 ko

Une suite logique aussi pour Terrence Noupian, Benjamin de l’assemblée. Volontaire du service civique, ce jeune homme de 19 ans n’a pas hésité à présenter sa candidature « J’aime bien aider, dit-il tout simplement. Et je crois que grâce à ma jeunesse, je peux apporter un autre regard et bien sûr faciliter le dialogue avec les gens de mon âge pas toujours assez soucieux des problèmes de santé. » Ce que Terrence attend de cette année ? « Apprendre et rencontrer des personnes qui ont les mêmes préoccupations que moi, qui veulent être utiles. »

Le souci de l’autre, c’est aussi le leitmotiv du Bondynois Sidy Camara. Ce vendeur de tissu a créé une association proposant des cours de français et de soniké, des services d’écrivain public et des sorties culturelles. « Il y a un très fort besoin d’orientation en matière de santé pour ces personnes qui fréquentent cette association. Je viens chercher ici toutes les informations qui me seront utiles pour mieux les accompagner et aussi créer des liens, des passerelles entre les différentes associations très actives dans le département. »

Trouver les clés

La même motivation anime Allassane Diallo travailleur social au centre socioculturel de Bagnolet et qui a créé l’association Temps Libre « Il faut trouver le moyen d’aller vers ces “invisibles” qui échappent aux radars et ne savent pas à qui s’adresser. Leur état de santé se dégrade faute d’une bonne orientation », insiste Allassane. « Je compte sur tout ce que je vais apprendre ici pour pouvoir être plus efficace dans l’aide que nous apportons à ces personnes parfois très éloignées des circuits traditionnels. »

JPEG - 224.1 ko

Un « décalage » dont Lucie Cléro, auxiliaire de puériculture au centre de PMI de Noisy-le-Grand est très consciente. « Il nous manque parfois des clés et des informations pour pouvoir apporter des réponses à certaines questions qui nous sont posées. Ce sont ces clés que je viens chercher ici. C’est pourquoi je me suis engagée. »

Un engagement auquel Stéphane Troussel a tenu à rendre hommage « Nous avons tant besoin, en cette période, de personnes comme vous qui ont le sens de l’intérêt général, de l’entraide et de la solidarité, chevillé au corps. Parce que projet répond à l’urgence de promouvoir plus largement les questions de santé en Seine-Saint-Denis ».

Une urgence que la Covid-19, qui a durement frappé le département, a une fois de plus rappelée…

Photos : Franck Rondot

à lire aussi
Lutte contre les inégalités Associations

Pas de trêve pour le Secours populaire

Alors que le plus fort de la crise sanitaire paraît s’éloigner, il n’en est pas de même de la crise sociale. C’est ce que souligne l’étude nationale menée par le Secours populaire français, qui révèle notamment que près d’un Français sur trois ne peut pas se permettre 3 repas par jour. Une réalité encore plus frappante en Seine-Saint-Denis où 69 000 personnes ont été aidées par le Secours populaire en 2020, un chiffre qui devrait à peine diminuer cette année

Mineurs non accompagnés

La Seine-Saint-Denis au procès Éric Zemmour

Mercredi 8 septembre, Stéphane Troussel, président du Département de la Seine-Saint-Denis, était présent en tant que victime au procès de M. Éric Zemmour jugé pour « provocation à la haine raciale » et « injure raciale ».

Droit aux vacances Bobigny

Les jolies « colonies apprenantes »...

Le Département participe pour la deuxième année au dispositif national « colos apprenantes » dans le cadre du Bel été solidaire et olympique 2021. Du 10 juillet au 22 août, près de 6600 enfants et adolescent∙e∙s de la Seine-Saint-Denis ont déjà ou vont bénéficier d’un séjour de loisirs éducatifs de sept à dix jours, dont près de 1000 avec le soutien financier du Conseil départemental.