Catégories
Seine Saint-Denis
In Seine-Saint-Denis

Rencontre avec Pauline, Fouad et Johanna, talents IN Seine-Saint-Denis !

Pauline, Fouad et Johanna sont trois des finalistes du concours de photos et d’illustrations Lire #InSeineSaintDenis dont le résultat a été révélé lors de l’inauguration du Parc d’attractions littéraires à Pantin. RENCONTRE avec ces trois jeunes talents made IN Seine-Saint-Denis ! VIDÉO.

Le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis, ambassadeur de la marque IN Seine-Saint-Denis, a organisé, dans le cadre du Parc d’attractions littéraires « Partir en livre », un concours de photos et d’illustrations destiné aux lycéens, étudiants, créateurs, amateurs ou professionnels de 16 à 25 ans, qui étudient ou résident dans le département.

Plus de 800 personnes ont participé au vote dont les résultats ont été révélés à l’occasion de l’inauguration de ce Parc d’attractions littéraires mercredi 19 juillet à Pantin, en présence notamment de Stéphane Troussel, le Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis.

JPEG - 85.4 ko

ENTRETIEN avec Pauline, Johanna et Fouad

Pauline Vogin, lauréate du concours

PNG - 41.5 ko

Le thème In Seine-Saint-Denis vous a inspiré cette photo-là ?
J’ai fait ces photos dans la forêt, un endroit qu’on peut trouver à peu près partout. J’ai laissé la nature faire les choses en plaçant mes modèles en fonction de là où il y avait des trous de lumière. Les ombres sur les visages lient les images entre elles. C’est un fil rouge qui me parlait graphiquement. Le fait d’être dans une forêt a mis les modèles à l’aise. Il n’y avait pas beaucoup de passage. Ce ne sont pas de vrais modèles, ils ne sont pas mannequins. Si j’avais fait ça dans un parc il y aurait eu davantage de passages et ça aurait mis mes modèles mal à l’aise.

A quel livre appartiennent les pages qui sont derrière les modèles ?

C’est un texte qui prône la diversité et il est traduit en plusieurs langues : il y a du chinois, de l’arabe, de l’anglais, du portugais, de l’espagnol et du français. J’ai trouvé ce texte sur un site où il y a plein de personnes qui s’expriment, qui font des textes anonymement juste pour le plaisir d’écrire. Je trouvais beau cette démarche d’écrire anonymement, juste pour écrire parce qu’on aime écrire et partager avec des gens la lecture ou l’écriture.

Johanna de Lepinay

PNG - 41.4 ko

Le thème In Seine-Saint-Denis vous a inspiré cette affiche-là ?
J’ai grandi à Montreuil depuis le CM2. J’y habite toujours. Mon père est brésilien, ma mère est allemande. Et j’avais d’autres livres que ceux qu’on est obligé de lire à l’école et sur lequel on est évalué. C’est grâce à eux je suis entrée très vite dans la lecture. Si les parents ne lisent pas. S’il n’y a pas de livre à la maison, c’est un peu compliqué pour un enfant de lire. Un enfant de 12 ans ne va pas à la bibliothèque tout seul. C’est à l’école qu’on trouve nos premiers livres s’il n’y en a pas à la maison. Après il y a aussi des enfants qui trouvent leur truc et se mettent à la lecture tout seul aussi.

Vous qui habitez Montreuil, êtes-vous déjà allée au Salon du Livre jeunesse de Seine-Saint-Denis ?
On y est allé avec l’école cette année. C’est un choc parce qu’il y a beaucoup d’enfants qui crient. Pour nous c’est intéressant. J’y étais allée quand j’étais gamine avec ma mère. Elle bosse dans la culture. Elle m’achetait plein de livres. Et moi je me suis acheté mes premiers livres où je décidais ce que je voulais lire.

Quelle histoire on pourrait raconter à partir de votre création ?
Ce serait une histoire bizarre et mystérieuse d’un petit garçon parti dans la forêt avec un cahier rempli d’histoires. Il découvre une espèce de trône, s’y assoit et se plonge dans la lecture du cahier. Peu a peu il prend racine dans ce trône. Assis sur une espèce de fraise géante avec de grandes feuilles, il imagine plein d’histoires loufoques. Lorsque sa lecture prend fin, le trône le libère.

Que diriez-vous à propos de ce qui vous arrive ?
On a l’habitude d’aller chercher du travail, d’aller chercher des gens, de convaincre, de devoir entre guillemets « se vendre » et là on nous propose de rencontrer des DA (directeurs artistiques) de grandes maison d’édition, c’est agréable, c’est sympa.

Fouad Sbaai

PNG - 47.1 ko

Le thème In Seine-Saint-Denis vous a inspiré cette vision d’un hlm rempli de livres ?
C’est comme si les livres s’étaient incrustés dans le bâtiment. Au premier abord, on peut croire qu’il s’agit de carreaux, de briques. Quand on rentre dedans on voit que c’est une bibliothèque. Quand on rentre dans une bibliothèque on a une diversité de livres, d’idées, de thèmes. Et quand on rentre en Seine-Saint-Denis on voit une diversité de personnes, de cultures et c’était ça que je voulais retranscrire dans cette œuvre.

Vous trouvez qu’on manque de bibliothèques en Seine-Saint-Denis  ?
En Seine-Saint-Denis, on ne manque ni de bibliothèque, ni de culture. On trouve des livres partout, facilement. C’est accessible en soi, il faut juste que les gens s’y intéressent. Je ne vais pas vous le cacher je ne suis pas un grand lecteur mais je m’intéresse, je suis curieux.

Pourquoi ne lisez-vous pas davantage vous-même ?
Quand on est au collège, que c’est les vacances. On nous demande de lire, de lire, de lire. Trois quatre bouquins. On est évalué. La lecture n’est pas un plaisir. Comme on nous forçait, je n’avais pas goût à lire. Quand j’étais enfant, il y avait des livres dans lequel je rentrais, c’était un univers. Ça me plaisait. Je suis quelqu’un de curieux qui s’intéresse à plein de domaines. Les livres c’est un voyage sans déplacement. Aujourd’hui, il faudrait que je trouve le temps… et le livre.

Savoir plus : http://inseinesaintdenis.fr/actualites/projets/

L’interview de Pauline Vogin à partir de 3 minutes 30 de cette vidéo célébrant le lancement de Partir en livre et du parc d’attractions littéraires !

à lire aussi
Coronavirus Cinéma

« Soutenir toutes les salles de cinéma sans exception ! »

Le monde du cinéma est en émoi. De nombreuses salles en gestion publique risquent de se voir exclues des aides de l’Etat (50 millions d’euros) pour compenser les pertes d’exploitation en ces temps difficiles de Covid. En Seine-Saint-Denis, cela concernerait 19 salles, sur les 25 que compte le réseau Cinémas 93. Interview avec son directeur Vincent Merlin.

Livres

Décryptage de la violence

Dans son livre "Laisse pas traîner ton fils", l’écrivain dionysien Rachid Santaki part d’un fait divers sanglant et dresse le portrait d’une jeunesse en proie à la violence, dans la rue, la famille et les réseaux sociaux.

Stains Théâtre

Sonja Mazouz, Studio number one

Cette ancienne danseuse-comédienne est entrée dans la profession grâce au Studio Théâtre de Stains. Désormais coach de gym pilates après une carrière bien remplie, elle revient toutefois à ses premières amours et répète actuellement la nouvelle pièce du STS, « Rousseau et Jean-Jacques » qui sera jouée quand les théâtres pourront rouvrir. Portrait.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, sera aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre de Montreuil.