Catégories
Seine Saint-Denis
Jeux olympiques et paralympiques À suivre

Paris et la Seine-Saint-Denis quasi sûrs d’avoir des Jeux !

Un congrès extraordinaire du CIO réuni mardi 11 juillet a décidé à l’unanimité de la double attribution des JO 2024 et 2028 en septembre prochain. Ce qui signifie que Paris et la Seine-Saint-Denis sont assurés d’accueillir les Jeux, quand bien même ils font de ceux de 2024 leur priorité.

C’est un peu la sensation d’un finaliste olympique en boxe ou en judo qui s’est emparée de Paris et la Seine-Saint-Denis après la décision extraordinaire du CIO à Lausanne mardi soir. Le projet de candidature parisien est assuré d’une médaille, mais sans savoir encore s’il s’agit de l’or ou de l’argent.
Mardi soir, les 77 membres votants du Comité International Olympique ont donc décidé à l’unanimité d’attribuer conjointement les Jeux de 2024 et de 2028 lors de la prochaine session de septembre. Ce qui fait de Paris et de Los Angeles, seuls candidats encore en lice, des vainqueurs quasi assurés. Reste à savoir dans quel ordre…
Le texte voté mardi soir précise qu’un accord tripartite devra être trouvé à ce sujet entre les deux villes candidates et le CIO. A défaut d’accord, le principe de double attribution serait abandonné et le vote du 13 septembre ne porterait alors plus que sur les Jeux de 2024.
Compte tenu des enjeux, il apparaît toutefois très probable que les deux villes parviennent à un accord. En attendant, Paris et la Seine-Saint-Denis continueront sans ciller à défendre une organisation des Jeux en 2024. En Seine-Saint-Denis, les Jeux sont en effet perçus non seulement comme la plus grande compétition sportive au monde mais comme un accélérateur de développement. Un développement en matière d’infrastructures, de logements, de transports et de créations d’emploi qui ne peut en aucun cas être repoussé à 2028.
« Nous, notre projet avec Paris, il est construit, il est organisé pour 2024. Je ne peux pas dire aux habitants de la Seine-Saint-Denis : on va encore geler quatre ans ces terrains pour le village des athlètes ou le village des médias », a ainsi déclaré sur France Bleu Stéphane Troussel, le président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, tout en se réjouissant évidemment de la décision de double attribution des Jeux.
Coeur battant des Jeux dans le projet parisien, la Seine-Saint-Denis abriterait en effet le village olympique, le village des médias ou encore la piscine olympique, autant d’infrastructures qui restent à construire et qui déboucheraient par la suite sur une seconde vie, synonymes de nouveaux logements et d’équipements sportifs. Ce département jeune, dynamique et en pleine expansion a donc besoin de l’héritage des Jeux et en a besoin dès 2024.
Mardi, une fois connue la décision de double attribution du CIO, le coeur de Sarah Ourahmoune devait en tout cas être un peu plus léger. La vice-championne olympique de boxe qui a grandi à Aubervilliers et qui a participé hier à la présentation du dossier parisien, voit clairement se profiler des Jeux en Seine-Saint-Denis. Maintenant, il faut viser l’or, c’est-à-dire 2024.

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.