Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Portrait JOP 2024 Saint-Denis

Allan Morante, même pas mal !

Alors qu’il revenait de blessure, le Dionysien Allan Morante est devenu début novembre vice-champion du monde de trampoline synchronisé avec son équipier Sébastien Martiny et s’est classé 5ème en individuel. A 24 ans, il confirme qu’il est un de nos plus beaux espoirs de médaille pour les JO de 2020 et 2024.

« C’est ça que j’veux faire M’man ! » Alors qu’elle voulait l’inscrire à la gymnastique pour ses huit ans, la mère du petit Allan doit se rendre à l’évidence, son fils ne désire rien d’autre que sauter, rebondir, virevolter sur un trampoline. Il commence donc ses premiers saltos à la Dionysienne, club qu’il n’a jamais quitté depuis. Très tôt, on décèle chez lui de belles prédispositions et il intègre à 13 ans le Pôle Espoir de Trampoline de Bois-Colombes en 2008. En 2016, il confirme et devient à 21 ans champion de France en individuel et en synchronisé. Il part comme remplaçant aux Jeux Olympiques de Rio. Il a le temps...
Depuis, Allan a été deux autres fois double champion de France, 3ème au championnat d’Europe individuel 2016, et 4ème à 1 millième du podium lors des championnats du monde 2017. Logiquement, il devait viser un podium lors de ces Mondiaux. Seulement cet été, de retour de vacances, Allan sent une douleur dans le dos. Examens, ré-examens, les médecins peinent à en déterminer la cause. Et la préparation pour les Mondiaux prend du retard... Un athlète de haut niveau doit être réglé au milli-poil, comme une Formule 1. Pas possible de performer avec une telle douleur, et ne pas en connaître la cause peut entraîner le doute, la gamberge... Finalement, sans trop savoir pourquoi ni comment, la douleur disparaît. Il reste un mois avant de s’envoler pour Saint-Petersbourg, Allan met les bouchées doubles !
JPEG - 51.8 ko
Et contre toute attente, il remporte la médaille d’argent de l’épreuve synchronisée et se classe cinquième en individuel ! « Compte tenu de mon peu de temps de préparation, c’est super satisfaisant ! s’exclame-t-il. Surtout avec une telle concurrence en finale. Mais j’y allais pour ce type de résultat. Le matin des individuels, je me sentais bien. J’ai dit à mon entraîneur que je voulais tenter un exercice que je n’avais encore jamais tenté en compétition. Le genre d’exercice pour choper une médaille. Je sentais que je l’avais dans les jambes.  » Cet exercice, Allan le travaille depuis trois ans, et il obtient grâce à lui la cinquième place, juste derrière le Portugais Diogo Abreu, licencié à l’Accro tramp de Sevran. « Je suis très content de cette place, je confirme que je suis dans les cinq meilleurs mondiaux. Et surtout en réalisant cet exercice, je bats mon record de difficulté, et même le record français. » Un exercice digne d‘une finale olympique : « C’est sûr que désormais l’objectif, ce sont les Jeux Olympiques de Tokyo dans deux ans. D’ailleurs en février débutera la Coupe du monde qualificative pour ces Jeux. Mais d’ici là, retour à l’entraînement classique. Avec tout de même un stage entre Noël et le Jour de l’an... Mais c’est à Barcelone : on y restera pour le réveillon, il y a pire comme endroit pour faire la fête ! »

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.