Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Génération jeux Athlétisme

Au meeting, Manga joue les ambassadeurs de Montreuil et de la Seine-Saint-Denis

Jeudi 1er juin au stade Jean-Delbert, Aurel Manga a battu son record personnel sur 110m haies et Christophe Lemaitre a signé une rentrée probante sur 100m en 10’18. Le meeting international de Montreuil a une nouvelle fois tenu ses promesses, devant 4000 spectateurs aux anges.

Du bleu et du jaune dans le ciel de Montreuil. Le temps au-dessus du stade Delbert semblait vouloir rendre hommage aux couleurs du CA Montreuil, fraîchement sacré champion de France aux Interclubs fin mai, avec un 16e titre à ranger sur son étagère à trophées. Un trophée qui lui était d’ailleurs remis en bonne et due forme par le président de la fédération d’athlétisme André Giraud.
Dans ce bleu et ce jaune, un seul petit nuage : la défection de Kevin Mayer. Le vice-champion du décathlon aux derniers Jeux de Rio devait finalement renoncer à disputer le triathlon en raison d’une petite douleur ressentie à l’adducteur à l’échauffement.
A l’exception de Christophe Lemaitre, les médaillés olympiques auront d’ailleurs été un peu en-deçà de leur forme habituelle. Mélina Robert-Michon, elle aussi perturbée par un torticolis, devait se contenter d’une 2e place au disque (59m81).
Mais pour le reste, les quelque 4000 spectateurs de ce meeting entièrement gratuit, et même la mascotte avaient le sourire. Et surtout Aurel Manga. Le stade Delbert réussit décidément au membre du CA Montreuil qui, après avoir surpris son monde l’année dernière avec une 2e place, terminait cette fois 3e d’un 110 m haies bien relevé, avec un record personnel à la clé : 13’’27. Ce qui était aussi synonyme de billet composté pour les prochains championnats du monde de Londres. Seuls le Jamaïcain Parchment (13’’19) et le Français Garfield Darien (13’’20), revenu au meilleur de sa forme, faisaient mieux.
« Je me sens super bien ici. L’effet domicile joue à plein : je me sens porté par le public et le fait de porter le dossard 93 m’a vraiment motivé. », soulignait après sa course le jeune homme de 24 ans. Et de se faire naturellement le VRP des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 : « Les Jeux, ça ferait vraiment du bien à la Seine-Saint-Denis. En termes de logements, mais surtout en termes d’image. Les caricatures qu’on fait parfois de ce département sont tellement injustes ! »

JPEG - 84.8 ko

@Sylvain Hitau
Le dossard 93, il aura aussi fait du bien à Antoinette Nana Djimou, autre figure du CA Montreuil, qui s’estimait « satisfaite » avec ses 6m28, soit la 4e place à la longueur. La spécialiste de l’heptathlon était surtout en rodage avant les Mondiaux de Londres, sans doute une de ses dernières grandes chances pour enfin décrocher une médaille mondiale. « Cette médaille, je la veux. Il faudra que je fasse l’hepta de ma vie pour l’avoir. Mais je m’en sens capable », affirmait la double championne d’Europe en plein air.
Et elle aussi chantait les louanges du rassemblement de Montreuil. « J’adore ce meeting, ce stade je le connais par coeur, je me suis entraînée ici pendant 4 ans », expliquait-elle avant de s’interrompre pour prendre la pose avec une jeune fille, et pas n’importe laquelle : Heather Arneton, 6m57 à la longueur, ce qui équivaut tout simplement au record du monde chez les minimes. « Je la suis depuis longtemps », expliquait, admirative, la jeune femme de 14 ans, licenciée à l’Entente Franconville, le grand rival de Montreuil.

JPEG - 61.3 ko

N’empêche qu’il était écrit que cette soirée appartiendrait au sprint. Après les hurdlers, c’était au tour des dragsters de la ligne droite d’avaler la piste. Avec Christophe Lemaitre en vedette américaine : le médaillé de bronze sur 200m des derniers Jeux signait sur le tartan de Montreuil « une course à la Rio » dont il a le secret. Comprendre une victoire à l’arrachée : 10’18, dans le même temps que l’Américain Locke. Moins bien qu’un Vicaut de luxe il y a un an (record d’Europe en 9’86), mais pas mal tout de même. « C’est positif, ma cuisse a tenu, et c’est un assez bon chrono de rentrée », se félicitait le maître de la piste. Un seul regret tout de même : le duel avec l’inoxydable Kim Collins, 41 ans, n’aura pas eu lieu. Le champion du monde 2003 à Saint-Denis aura été disqualifié pour faux départ. Comme quoi, cela arrive même aux vieux briscards.

JPEG - 76.1 ko

Au petit jeu du sprint, Carole Zahi prouvait que les femmes savent tout aussi bien rugir. L’espoir français claquait un pétaradant 11’18 sur la ligne droite, autrement dit la meilleure performance de la saison et les minimas pour les Mondiaux de Londres. Entre autres réjouissances, la soirée devait aussi accoucher de la victoire sur 800m en 1 min 46’’ 10 du Marocain Smaïli Mostafa et de la Britannique Oskan Clarke en 2’00. Sous la tente d’arrivée, les enfants de l’école d’athlé ne savaient plus quel athlète pourchasser pour leurs autographes. C’est ça, la griffe de Montreuil.

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.