Catégories
Seine Saint-Denis
Création Musique

Maad 93 : le festival qui sort des sentiers battus

Maad 93, le festival de musique le plus fou qui soit, est de retour jusqu’au 7 octobre ! Chaque année, il réunit des artistes aux esthétiques musicales diverses pour créer en quelques jours seulement un spectacle unique et inédit. Ils sont 76 à jouer le jeu en 2017. REPORTAGE vidéo à Mains d’Œuvres à Saint-Ouen en présence de Stéphane Troussel.

Interview d’Eric Paris, président de Maad 93

Comment s’annonce cette septième édition du festival Maad 93, du 15 septembre au 7 octobre ?

"Cette année est la plus grosse édition que nous ayons jamais programmée avec 16 créations dans autant de lieux différents et 76 artistes participants. La Fontaine aux Images de Clichy-sous-Bois s’est notamment jointe à notre réseau d’équipements culturels, avec une première date le 7 octobre qui réunira Denis Rezard, Mathias Lévy et Tom Diakité. D’autres temps forts sont prévus comme les siestes musicales de Bastien Lallemant en ouverture du festival ou encore Nosfel accompagné de La Chica Belleville le 6 octobre à l’Espace Guy-Môquet de La Courneuve. Il opère un tournant de sa carrière, avec un retour aux fondamentaux pop-rock. Sa rencontre avec la Chica Belleville s’annonce prometteuse.

Comment travaillent les artistes pour ces créations ?

"Nous leur offrons un temps de création de quelques jours en amont de chaque concert, sur le lieu de diffusion. Ils se sont vus ou parlé avant et savent en général dans quelle direction ils vont partir. Pour certains, il s’agira de réinterpréter les titres de l’autre, de réarranger son univers. D’autres travailleront sur une création commune. D’autres encore feront le choix de l’improvisation en profitant du temps en amont pour se découvrir et se familiariser avec les sonorités de l’autre. Et cela marche. Chaque année, nous sommes émerveillés par le talent, l’inventivité et la créativité des artistes. Nous les voyons produire quelque chose en une semaine. Parfois ce sont des choses très éphémères – pour le festival – parfois les collaborations perdurent et ont des suites. Le spectacle pour jeune public des Frères Makouaya et Ignatus a tourné ensuite pendant trois ou quatre ans par exemple.

« Si nous ne faisons qu’acheter des concerts à des tourneurs, nous perdons notre rôle qui est aussi de stimuler la création

Comment choisissez-vous les artistes que vous allez faire jouer ensemble ?

"Nous connaissons l’exercice. Nous nous réunissons et échangeons. Ce sont tous des artistes qui sont en résidence dans une des structures du réseau ou qui l’ont été par le passé, issus du jazz, de la musique du monde, du rap, de la pop, du rock, etc. Cela reflète bien la richesse et la diversité de notre département. Parfois, la demande vient de l’un d’eux, parfois, c’est une des structures qui a une idée."

Et comment est venue l’idée de ce festival ?

"Tout naturellement ! Pour les membres de notre réseau, les fondamentaux sont les artistes et la création. Au-delà du travail de réseau classique, nous avons donc voulu nous engager dans la production. C’est un gros risque car nous ne sommes pas sur des grosses têtes d’affiches et c’est difficile de médiatiser ce genre de choses, mais si nous arrêtons cela, si nous ne faisons qu’acheter des concerts à des tourneurs, nous perdons notre rôle qui est aussi de stimuler la création. Nous revendiquons au contraire notre désir de fouiller et d’aller là où personne n’a été. Nous nous unissons et sommes solidaires pour réaliser un festival original et ambitieux. Et nous demandons aux artistes et au public de prendre ce risque avec nous !"

Retrouvez le programme sur www.maad93.com/festival

JPEG - 71.1 ko

Stéphane Troussel le 28 septembre 2017 à Mains d’Œuvres pour saluer le travail des artistes et des techniciens du Festival Maad 93 et des résidents de cette structure incontournable du paysage culturel départemental.

à lire aussi
Coronavirus Cinéma

« Soutenir toutes les salles de cinéma sans exception ! »

Le monde du cinéma est en émoi. De nombreuses salles en gestion publique risquent de se voir exclues des aides de l’Etat (50 millions d’euros) pour compenser les pertes d’exploitation en ces temps difficiles de Covid. En Seine-Saint-Denis, cela concernerait 19 salles, sur les 25 que compte le réseau Cinémas 93. Interview avec son directeur Vincent Merlin.

Livres

Décryptage de la violence

Dans son livre "Laisse pas traîner ton fils", l’écrivain dionysien Rachid Santaki part d’un fait divers sanglant et dresse le portrait d’une jeunesse en proie à la violence, dans la rue, la famille et les réseaux sociaux.

Stains Théâtre

Sonja Mazouz, Studio number one

Cette ancienne danseuse-comédienne est entrée dans la profession grâce au Studio Théâtre de Stains. Désormais coach de gym pilates après une carrière bien remplie, elle revient toutefois à ses premières amours et répète actuellement la nouvelle pièce du STS, « Rousseau et Jean-Jacques » qui sera jouée quand les théâtres pourront rouvrir. Portrait.

Saint-Denis In Seine-Saint-Denis Littérature jeunesse

Le "road-movie" confiné de trois Séquano-Dionysiennes

Avec « La nuit tombe, Maman rêve », Cécile Dumoutier, Luna Granada et Eve Gentilhomme signent un album jeunesse plein de rêve et de poésie, qui aborde avec légèreté des thèmes peu traités dans les livres pour enfants comme la monoparentalité. Cet ouvrage 100 % made in Seine-Saint-Denis, puisque l’éditrice et l’auteure sont dionysiennes, sera aussi présenté lors de l’édition virtuelle du Salon du Livre de Montreuil.