Catégories
Seine Saint-Denis
Création Musique

Maad 93 : le festival qui sort des sentiers battus

Maad 93, le festival de musique le plus fou qui soit, est de retour jusqu’au 7 octobre ! Chaque année, il réunit des artistes aux esthétiques musicales diverses pour créer en quelques jours seulement un spectacle unique et inédit. Ils sont 76 à jouer le jeu en 2017. REPORTAGE vidéo à Mains d’Œuvres à Saint-Ouen en présence de Stéphane Troussel.

Interview d’Eric Paris, président de Maad 93

Comment s’annonce cette septième édition du festival Maad 93, du 15 septembre au 7 octobre ?

"Cette année est la plus grosse édition que nous ayons jamais programmée avec 16 créations dans autant de lieux différents et 76 artistes participants. La Fontaine aux Images de Clichy-sous-Bois s’est notamment jointe à notre réseau d’équipements culturels, avec une première date le 7 octobre qui réunira Denis Rezard, Mathias Lévy et Tom Diakité. D’autres temps forts sont prévus comme les siestes musicales de Bastien Lallemant en ouverture du festival ou encore Nosfel accompagné de La Chica Belleville le 6 octobre à l’Espace Guy-Môquet de La Courneuve. Il opère un tournant de sa carrière, avec un retour aux fondamentaux pop-rock. Sa rencontre avec la Chica Belleville s’annonce prometteuse.

Comment travaillent les artistes pour ces créations ?

"Nous leur offrons un temps de création de quelques jours en amont de chaque concert, sur le lieu de diffusion. Ils se sont vus ou parlé avant et savent en général dans quelle direction ils vont partir. Pour certains, il s’agira de réinterpréter les titres de l’autre, de réarranger son univers. D’autres travailleront sur une création commune. D’autres encore feront le choix de l’improvisation en profitant du temps en amont pour se découvrir et se familiariser avec les sonorités de l’autre. Et cela marche. Chaque année, nous sommes émerveillés par le talent, l’inventivité et la créativité des artistes. Nous les voyons produire quelque chose en une semaine. Parfois ce sont des choses très éphémères – pour le festival – parfois les collaborations perdurent et ont des suites. Le spectacle pour jeune public des Frères Makouaya et Ignatus a tourné ensuite pendant trois ou quatre ans par exemple.

« Si nous ne faisons qu’acheter des concerts à des tourneurs, nous perdons notre rôle qui est aussi de stimuler la création

Comment choisissez-vous les artistes que vous allez faire jouer ensemble ?

"Nous connaissons l’exercice. Nous nous réunissons et échangeons. Ce sont tous des artistes qui sont en résidence dans une des structures du réseau ou qui l’ont été par le passé, issus du jazz, de la musique du monde, du rap, de la pop, du rock, etc. Cela reflète bien la richesse et la diversité de notre département. Parfois, la demande vient de l’un d’eux, parfois, c’est une des structures qui a une idée."

Et comment est venue l’idée de ce festival ?

"Tout naturellement ! Pour les membres de notre réseau, les fondamentaux sont les artistes et la création. Au-delà du travail de réseau classique, nous avons donc voulu nous engager dans la production. C’est un gros risque car nous ne sommes pas sur des grosses têtes d’affiches et c’est difficile de médiatiser ce genre de choses, mais si nous arrêtons cela, si nous ne faisons qu’acheter des concerts à des tourneurs, nous perdons notre rôle qui est aussi de stimuler la création. Nous revendiquons au contraire notre désir de fouiller et d’aller là où personne n’a été. Nous nous unissons et sommes solidaires pour réaliser un festival original et ambitieux. Et nous demandons aux artistes et au public de prendre ce risque avec nous !"

Retrouvez le programme sur www.maad93.com/festival

JPEG - 71.1 ko

Stéphane Troussel le 28 septembre 2017 à Mains d’Œuvres pour saluer le travail des artistes et des techniciens du Festival Maad 93 et des résidents de cette structure incontournable du paysage culturel départemental.

à lire aussi
Cinéma Saint-Denis La Courneuve

Lawrence Valin, les armes du cinéma

A 29 ans, cet acteur-réalisateur, qui a grandi à La Courneuve, a franchi un premier pas avec son Grand Prix au festival Cinébanlieue en 2017. Membre du jury cette année, il continue aussi dans ses propres réalisations d’explorer la diaspora tamoule dont il est originaire. Portrait.

Bande dessinée Pantin

Du bitume et des bulles

Trois sociologues et trois auteurs de BD présentaient leurs ouvrages portant sur les habitants des quartiers populaires, samedi 3 novembre, aux Docks B à Pantin. L’occasion de débattre de la manière de représenter nos banlieues...

Cinéma Romainville Noisy-le-Sec

Nadir Dendoune, au nom de la mère

Dimanche 11 novembre, le festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec met à l’honneur un réalisateur du département, Nadir Dendoune. Le cinéaste et journaliste de l’Ile Saint-Denis viendra présenter « Des figues en avril », un portrait de sa mère qui est en même temps un hommage à toutes les femmes immigrées.

Cinéma Saint-Denis

Cinébanlieue 2018, la loi du genre

Pour sa 13e édition, du 7 au 16 novembre, le festival, qui se déroule principalement à Saint-Denis, continue de creuser la complexité de la périphérie. Cette fois-ci à travers le film de genre. Polars, comédies, drames, tout est bon, pourvu qu’ils soient au service d’une réflexion sur la France d’aujourd’hui.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.