Catégories
Seine Saint-Denis
JOP 2024

Lima-Le Raincy allers et retours

EN DIRECT DE LIMA. Il y a treize ans, Tito Chumpitazi arrivait en France pour travailler. Au Raincy, il a rencontré Clio, une Française. Il y est resté dix ans, a fondé une famille puis, tout le monde est reparti au Pérou. Aujourd’hui, la victoire de Paris 2024 lui donne envie de revenir…

Dans la voiture de Tito le Péruvien, slalomant au culot et au klaxon dans les embouteillages monstres sans foi ni loi de Lima, les chansons françaises défilent ou laissent la priorité aux ondes de RMC Sport « pour suivre l’actualité du football ». Au jour le jour, ce parfait bilingue avoue « être plus connecté avec les nouvelles de France plutôt que celles du Pérou, toujours pleines de faits divers plus violents les uns que les autres ».

Il y a treize ans, Tito Chumpitazi arrive en France pour travailler. Au Raincy, il rencontre Clio Legrand, née à Rosny. Il y reste dix ans puis, cette enseignante le suit à Lima. Trois ans après, le couple a suivi de près l’élection de Paris 2024.
La Seine-Saint-Denis est restée dans leurs cœurs, marqués par les premiers pas de leur aîné Yvan au club de judo de Villemomble, par les dribbles de Tito au football à Bondy : « Ce département est très sportif, plein de richesses comme nous avons pu le voir récemment avec Audrey Tcheuméo en judo ou Kylian M’Bappé en foot, aime-t-il à rappeler. J’espère que le département saura, à l’image de ce que la commune de Clichy-sous-Bois a réussi, être un bon exemple pour redonner la foi et l’espoir, saura faire rêver les gens un peu perdus. Ce ‘9.3.’ cosmopolite a tellement de richesses… ».

Ce matin, en regardant les titres des journaux péruviens, pendus et lisibles sur des kiosques à chaque coin de rue, Tito Chumpitazi était déçu de voir la victoire de Paris 2024 réduite à sa plus simple expression : une petite photo à la une d’un quotidien de sport ; un texte ticket de métro à la page 27 du quotidien phare « El Comercio ». Peu concerné, le Pérou est obnubilé par les rencontres de poules de son équipe nationale en passe de se qualifier, vingt-cinq ans après, pour la Coupe du monde de football !

Malgré tout, ce Séquano-dionysien de cœur ne gâche pas son plaisir. Mieux encore, Tito et Clio (32 ans) envisagent « sérieusement, depuis cette victoire, de rentrer en France après 2020, pour vivre les Jeux à fond, avant, pendant et après… ».

à lire aussi
Rugby Pantin

La sélection franco-brésilienne des Leoas pose sa griffe

Le 6 juillet s’est tenue la clôture du festival « Au bout du monde des Courtillières », au stade Raoul Montbrand de Pantin. Clou de cet événement, dont l’objectif était de lutter contre les stéréotypes de genre qui entourent la pratique du rugby féminin : le tournoi à 7 auquel a pris part une équipe composée de Pantinoises et de Brésiliennes qui venaient de passer plusieurs jours ensemble et de vivre une expérience inoubliable.

Sport adapté Athlétisme

Des champions comme les autres

Les 21 et 22 juin, le stade Jean-Delbert de Montreuil accueillait les championnats de France d’athlétisme sport adapté. Deux jours de dépassement de soi, de performances, de déceptions, de joies, de fatigue et de bonheur. Tous les athlètes présentaient une déficience intellectuelle ou un trouble psychique. Et alors ? Qu’est-ce que ça change ?

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.