Catégories
Seine Saint-Denis
Collèges Musique

Les collégiens en concert au Festival de Saint-Denis

Depuis plusieurs mois, des élèves des collèges La Courtille à Saint-Denis, Lucie-Aubrac à Villetaneuse et Joséphine-Baker à Saint-Ouen répètent sous la direction de Paul Smith, créateur du groupe vocal anglais Voces8. Tous s’appliquent, il faudra être prêts le mardi 21 juin : ils chanteront tous ensemble en concert dans la basilique de Saint-Denis !

«  Si lé lé, Ho ! Hé ! Ho ! Allez, on reprend tous ensemble ! » En face d’une cinquantaine de collégien·ne·s, le chef de chœur Paul Smith tout sourire donne le tempo, déploie une énergie qui entraine les jeunes chanteurs. Patiemment et avec enthousiasme, il leur apprend à utiliser leur voix. « Rappelez-vous, il y a la voix qui vient du nez. Elle fait gnégnégné ! La voix de derrière la tête, qui vient de loin, légère. Et puis celle de Superman ! Qui vient d’ici (en montrant son thorax) puissante, on l’entend de loin ! » Dans le cadre du Festival de Saint-Denis, avec d’autres membres de son groupe vocal Voces8, il prépare les élèves de 15 classes, dans 3 collèges différents de Seine-Saint-Denis pour un concert public avec d’autres musiciens. Dans la basilique de Saint-Denis, ils seront 360 ! Et ça marche ! Les jeunes se prêtent au jeu et donnent de la voix.
« J’adore ça ! , s’exclame Paul Smith avec son accent so british. Les amener à découvrir qu’ils peuvent chanter, chanter ensemble ! Bien sûr que c’est de l’éducation musicale, mais c’est aussi bien plus que ça. C’est une ouverture vers d’autres formes d’expression, découvrir qu’eux aussi ils peuvent devenir chanteurs. »

JPEG - 189 ko

Hadjar Hafasoui, professeure de musique, est ravie. « Je connaissais déjà le travail de Paul Smith et j’admirais son travail pédagogique auprès de publics très éloignés du chant. Il a une méthode, une façon très simple d’emporter le public, de le faire participer, remarquable ! Alors lorsque le Festival de Saint-Denis a proposé de monter un atelier, je n’ai pas hésité ! Le groupe est constitué d’élèves allant de la 6e à la 4e. Nous n’avons pas pris de 3e à cause du brevet. Avec des professeurs volontaires, nous menons des séances hebdomadaires. Au début, Paul Smith nous donnait des cours en visio. Mais là, c’est tellement mieux de l’avoir avec nous ! »

Chanter ensemble, c’est facile en fait !

Après une petite pause, les chants reprennent. Inspiré par Bobby Mc Ferrin, Paul Smith travaille sur le rythme, surprend les jeunes avec un flow de beat box. « Mettez-vous en petits groupes, et créez votre boucle de 6 rythmes différents. Utilisez n’importe quelle partie de votre corps, c’est un magnifique instrument ! » Les élèves ne se font pas prier et avec leur rythmes, certains parviennent même à surprendre Paul Smith.

JPEG - 220.2 ko

Pour Aliyha, élève de 6e, « au début, on a un peu de stress parce qu’on n’a pas l’habitude de chanter. Mais après, ça va. Paul nous met à l’aise. » Laciné lui apprécie qu’il « propose plusieurs genres de musiques. Et puis il a un bon style à lui, comme DJ il assure aussi. J’ai été voir son compte Youtube : il a des vidéos à plus de 3 millions de vues ! » Sana, en 6e elle aussi, explique : « C’est bien, on s’entraide, on se rend compte qu’on chante mieux. C’est facile en fait. » A côté d’elle, Tanseed en 5e reprend : « C’est pas tous les jours qu’on a la chance de rencontrer un chanteur comme ça ! Moi, je ne voulais pas chanter au début. Maintenant j’aime ! »
Et Sana, d’une toute petite voix malgré sa grande, grande taille, me confie : « Moi, j’ai été longtemps embêtée par les autres, c’était dur, j’étais à part. Maintenant ça va un peu mieux et puis surtout quand on chante ensemble, on n’est plus seule. On a l’impression qu’on est qu’une seule personne. »

Programmation Festival Saint-Denis
Photos : Franck Rondot

à lire aussi
Histoire Exposition Les Lilas

Une exposition itinérante commémore le convoi des « 31000 »

Le 24 janvier 1943, 230 femmes résistantes, emprisonnées au fort de Romainville, étaient déportées par les nazis à Auschwitz. 49 revinrent des camps de la mort. Pour célébrer la mémoire de ce convoi entré dans l’histoire comme celui des "31 000", la ville des Lilas et le Département ont conçu une exposition qui fera cette année le tour des collèges du territoire. Vidéo.

Collèges Montreuil

Tirailleurs : un film et un débat à Montreuil pour ne pas oublier...

Alors que le film avec Omar Sy franchit le cap du million de spectateur·rice·s, une projection-débat au cinéma Le Méliès a ravivé la mémoire des combattants africains envoyés de force sur le front de la Première Guerre mondiale. Des soldats morts pour la France dont l’histoire va continuer d’être portée en Seine-Saint-Denis.

Histoire Bobigny

"Tout comme vous, j’avais un visage" : l’ancienne gare de déportation de Bobigny rouvre au public

Rouvert au public depuis le 18 janvier, le site rappelle le rôle de ce lieu dans la déportation, entre 1943 et 1944, de près de 22 500 Juifs de France. Le 27 janvier, jour du 78e anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, le site rénové connaîtra sa première grande commémoration, avec la participation d’un lycée de la ville.