Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Musée Exposition Saint-Denis

Le musée de Saint-Denis s’ouvre à de nouveaux publics

Le Musée d’Art et d’Histoire Paul-Éluard a reçu le 5 octobre le prix « Osez le musée » qui récompense sa politique en faveur des personnes éloignées de la culture. A l’image d’un projet participatif et une exposition de BD liée à une résidence d’écrivain qui s’y déroulent actuellement.

Avec un premier prix attribué à l’unanimité par les membres du jury, Anne Yanover, la directrice par intérim de l’espace Paul-Éluard est sur un petit nuage. Cette distinction du Ministère de la Culture vient récompenser une politique volontariste en faveur de la démocratisation des musées.

Un partenariat positif avec les acteurs locaux de solidarité

L’établissement culturel de Saint-Denis veut renforcer les droits culturels des personnes en situation de vulnérabilité et casser l’image élitiste parfois associée aux collections. Pour ce faire, il multiplie les programmes participatifs auprès d’un public mixte, dont le projet « Empreintes 2 » mis à l’honneur lors de la remise de prix.

Les jeunes d’un foyer d’hébergement d’urgence, les adolescent·e·s d’un Institut Médico-Éducatif et les adultes d’une Maison des seniors ou de quartier qui ont participé à l’expérience n’avaient pas forcément l’habitude de se croiser. Ils ont réalisé ensemble une balade urbaine, en compagnie d’un sérigraphe et d’une céramiste puis ont marqué dans la matière
l’« empreinte » du détail architectural de leur choix. Le résultat : de belles créations exposées dans le musée et le plaisir de dépasser ses à priori pour s’exprimer artistiquement.

JPEG - 88.2 ko

La BD mise à l’honneur dans les galeries

Le musée accueille en résidence le dessinateur Boris Hurtel grâce au programme du Département « Écrivains en Seine-Saint-Denis ». Auteur de romans graphiques - "Prisonnier des Amazones", "Contes névrotiques" - celui-ci découvre les liens entre les collections Paul-Éluard et Francis Jourdain du musée et ses propres procédés de création souvent marqués par l’inconscient. Boris Hurtel veut ainsi partager avec le plus grand nombre son univers singulier à la fois fantastique et politique. L’artiste expose au public une partie du travail préparatoire de son dernier ouvrage "L’avenir est ailleurs" au deuxième étage du musée jusqu’au 30 août 2020. Les premières histoires graphiques du bédéaste sont quant à elles à découvrir à la médiathèque du centre-ville de Saint-Denis jusqu’au 25 novembre 2019.

Au cours d’une vingtaine de visites-ateliers, Boris Hurtel initiera par ailleurs un public mixte (écolier·ère·s, adolescent·e·s et adultes du champ médico-social) à la réalisation d’un scénario de BD. « Je vais leur apprendre à concevoir une couverture, dessiner des ombres ou des personnages sans contours sur le principe de la caricature sous forme de poire de Louis-Philippe », explique-t-il. Et d’ajouter : « Les participants vont employer des pinceaux pour réaliser leurs premières bulles et connaître la technique qui va avec ». Plaisir et démystification de la création seront ses maîtres-mots, à l’image du projet participatif « Empreintes 2 » qui vise à faciliter l’accès à la culture d’un public peu initié au monde de l’art.

Une conférence en entrée libre sur la bande-dessinée indépendante est en outre programmée jeudi 11 janvier à 16h au musée d’art et d’histoire de Saint-Denis. Elle permettra de faire connaître au grand public la veine poétique et surréaliste de la BD contemporaine.
Un événement distrayant à ne pas rater, qu’on soit amateur·euse de bulles ou simple curieux·euse.

Carine Arassus

Les résidences d’écrivains mises en place par le Département de la Seine-Saint-Denis depuis 1986 ont permis à de très nombreux auteur·e·s comme Hélène Gaudy, Charles Juliet ou Olivia Rosenthal d’initier les habitant·e·s du territoire au travail de création et d’ouvrir éventuellement des horizons à de futur·e·s artistes. Ainsi le jeune Romain, 17 ans, qui a déjà conçu ses propres planches, a profité des conseils éclairés de Boris Hurtel sur les carrières dans le monde de la BD…
à lire aussi
Cinéma

Les toiles de Seine-Saint-Denis se déconfinent à leur tour

A partir du lundi 22 juin, les cinémas peuvent rouvrir leurs portes ! Confrontées à un manque de visibilité pour la programmation et à l’inconnue du comportement du public, la plupart des salles obscures du département ont toutefois fait le choix de reprendre. Une partie d’entre elles feront même l’effort de rester ouvertes l’été, avec des tarifs préférentiels. Alors, on se fait une toile ?