Catégories
Seine Saint-Denis
Lutte contre les violences

Le docteur Mukwege récompensé du Prix Nobel de la Paix

Le docteur congolais Denis Mukwege a reçu vendredi 5 octobre le Prix Nobel de la Paix, en compagnie de la Yezidie Nadia Murad. En mars 2016, ce spécialiste de la chirurgie réparatrice pour les femmes victimes de viol avait été invité par l’Observatoire départemental des violences envers les femmes à Bobigny pour témoigner de son expérience.

En République démocratique du Congo, le gynécologue Denis Mukwege est venu en aide à des milliers de femmes victimes de viol au cours de la guerre qui faisait rage au Sud-Kivu.

Qui êtes-vous, Docteur Mukwege ?

"De formation je suis gynécologue obstétricien. J’ai fait mes études à Angers. J’ai décidé de cette carrière après avoir constaté que les femmes de mon pays mourraient en donnant naissance à leur enfant."

Comment êtes-vous devenu « l’homme qui répare les femmes » ?

"En 1999, je découvre pour la première fois une femme qui a été violée avec une extrême violence. Elle avait de multiples fractures au niveau du bassin mais également son appareil génital était en lambeaux. Cela faisait quinze ans que j’étais gynécologue obstétricien dans la région et je n’avais jamais vu une chose pareille."

Qu’avez-vous pensé alors ?

"Que j’étais devant un drame commis par un fou. Trois mois après, 45 femmes que je soigne me racontent presque la même histoire : « J’étais chez moi. Des hommes en armes m’ont violée et après m’avoir violée ils ont introduit dans mon appareil génital un fusil, une baïonnette, un morceau de bois etc… » Aujourd’hui nous avons pris en charge médicalement 40 000 femmes avec des histoires similaires."

Vous appelez ces femmes des survivantes…

"Dès que cela arrive il y a une destruction de l’identité, une perte de l’identité. Souvent ces victimes nous disent : « Moi je ne suis plus une femme. » « Moi je ne sais pas pourquoi je suis née. » Les souffrances ne sont pas seulement physiques mais psychologiques. On amène ces femmes à devenir des survivantes. Elles deviennent même de véritables militantes des droits de l’Homme."

JPEG - 93.8 ko

Vous demandez qu’un relevé d’ADN soit fait sur les victimes de viol désormais.

"Aujourd’hui on ignore si ceux qui commettent ces viols sont 10 ou 1 000. Avec une banque ADN, on pourrait tracer les bourreaux. Notre doléance est aussi d’obtenir un tribunal pénal international pour juger les crimes commis. Notre défi est de briser le silence comme vous le faîtes en Seine-Saint-Denis avec l’Observatoire des violences envers les femmes. Félicitations à ce Département de permettre aux gens de savoir : si ça se commet, ça se saura."

Même dans les pays en paix, de nombreuses femmes sont victimes de viol.
Je regardais hier les statistiques en France. 83 000 femmes violées en France. Une femme tuée par son partenaire tous les trois jours. Nous n’acceptons pas la femme comme un humain, nous la traitons comme un objet. Comment continuer à considérer que nous sommes un monde civilisé ? Tous les hommes devraient s’engager et pas seulement les féministes. Parce que c’est inacceptable."

Est-ce un combat universel que vous menez ?

"Nous n’avons pas intégré l’égalité entre homme et femme. Pourtant c’est la seule solution pour notre humanité. Les viols avec extrême violence commis en temps de conflit sont le résultat de ce qui se vit dans nos sociétés sous forme latente. C’est pour cela que le combat devient universel."

Interview réalisée en mars 2016 par Isabelle Lopez

à lire aussi
Lutte contre les violences

Paroles d’invisibles : l’exposition à voir pour comprendre

La maltraitance des personnes âgées et handicapées est une réalité complexe et méconnue, encore peu médiatisée dans notre société. En réalisant une exposition à partir de témoignages, le Département donne la parole à ces « invisibles » et souhaite sensibiliser les visiteurs à un sujet encore tabou. Du 5 au 19 octobre 2018 à Bondy avec la possibilité d’accueillir cette exposition dans d’autres villes. Explications en vidéo.

Lutte contre les violences

Les jeunes tournent contre le sexisme

Lundi 8 octobre, le Magic cinéma de Bobigny accueillait le 2ème festival de films Jeunes contre le sexisme organisé par l’Observatoire départemental contre les violences envers les femmes. Des courts-métrages écrits, joués et réalisés par les jeunes de Seine-Saint-Denis, un florilège d’idées, d’inventions, d’humour pour lutter contre les stéréotypes et les discriminations de genre. Reportage et où voir leurs films.

Seniors Saint-Denis Handicap

Maltraitance et bientraitance en institution : paroles de soignants

Rapport parlementaire en mars, avis du Comité national d’éthique en mai : la maltraitance subie par les personnes dépendantes, et notamment âgées, en institution, fait régulièrement l’objet de vives dénonciations. À l’hôpital Casanova de Saint-Denis, qui compte un pôle gériatrie et un service de réadaptation, nous avons rencontré des personnels conscients du problème, et surtout impliqués dans sa prévention.

Saint-Denis IN Seine-Saint-Denis

Drepacare, les Mousquetaires de la santé

Amies depuis leur master en santé publique à Paris XIII-Bobigny, Anouchka Kponou, Laetitia Defoi et Meryem Ait Zerbane ont créé en 2017 « Drepacare », une application mobile contre la drépanocytose, une maladie génétique. Elles s’envolent le 4 octobre vers la Californie pour y participer à un concours international lié à l’innovation sociale.

Services, aides
& démarches

Guide des seniors

Vos interlocuteurs, vos droits, vos moyens de transport, votre vie à domicile, vos loisirs, votre santé, toutes les adresses utiles... Tout est dans ce guide !

Améthyste

Simplifiez-vous la vie ! Consultez votre dossier Améthyste en ligne.