Catégories
Seine Saint-Denis
Site hôte JOP 2024

Le Stade de France, un lieu mythique pour faire vibrer l’olympisme !

Lieu légendaire et chargé d’émotions, le Stade de France sera, si la candidature de Paris est acceptée, l’épicentre des Jeux Olympiques de 2024. C’est en ses murs que se dérouleront les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux, mais aussi toutes les compétitions d’athlétisme, qui restent sans conteste, les épreuves les plus attendues de ce rendez-vous planétaire.

Depuis 1998, le Stade de France est à la fois le paroxysme du sport de haut niveau national français et l’un des cœurs battants de la Seine-Saint-Denis. Accueillant les plus grands événements sportifs et spectacles de grande envergure français et internationaux, nombreux sont les enfants du Département à avoir eu la chance de visiter son enceinte monumentale.

Mais au delà du département, le Stade de France revêt une symbolique particulière pour chaque français. Comment oublier la victoire de l’Équipe de France face au Brésil lors de la finale de la Coupe du Monde de football 1998, les championnats du Monde d’Athlétisme en 2003, les concerts de Madonna, celui des Rolling Stones ou de U2 ? Tous ces grands moments d’émotion ont fait la réputation de ce lieu magique et intemporel.

Imaginé par quatre architectes, Michel Macary, Aymeric Zubléna, Michel Regembal et Claude Costantini, le Stade de France, est, avec ses 80 000 places assises en tribune, le plus grand stade de l’hexagone.

En ce qui concerne sa structure amovible, elle le propulse au rang du plus grand stade modulaire du monde. Ce système mis en lumière à l’occasion des Jeux Olympiques, permettra aux rangées de sièges les plus basses de se rétracter pour laisser place à la magnifique piste d’athlétisme qui a déjà accueilli tant d’immenses athlètes.

Au delà de la véritable prouesse architecturale de sa structure, le Stade de France est en lui-même un message. Comme suspendue dans les airs, son ellipse, si caractéristique, symbolise l’universalité du sport, un véritable clin d’œil à l’universalité des valeurs de l’Olympisme.

Le Stade de France sera en 2024 le lieu de rendez-vous pour toutes les compétitions d’athlétisme et sera même d’ici là, relié par une passerelle menant les sportifs et les spectateurs, vers un autre site majeur, le Centre aquatique du projet Paris 2024.

Cette passerelle qui surplombera l’Autoroute A1 réunira les deux enceintes, pour n’en faire qu’un seul et même site, situé à moins de 2 kilomètres du village olympique et paralympique.

Une fois les Jeux Olympiques et Paralympiques terminés, l’enceinte de la porte de Saint Denis continuera d’accueillir les Équipes de France de football et de rugby à l’occasion de leurs rencontres. D’autres nombreuses compétitions sportives nationales et internationales s’y dérouleront à l’avenir mais aussi, comme c’est déjà le cas aujourd’hui, des événements culturels de grande ampleur. Le Stade de France n’a donc pas fini de nous faire vibrer !

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.