Catégories
Seine Saint-Denis
Site hôte JOP 2024

Le Stade de France, un lieu mythique pour faire vibrer l’olympisme !

Lieu légendaire et chargé d’émotions, le Stade de France sera, si la candidature de Paris est acceptée, l’épicentre des Jeux Olympiques de 2024. C’est en ses murs que se dérouleront les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux, mais aussi toutes les compétitions d’athlétisme, qui restent sans conteste, les épreuves les plus attendues de ce rendez-vous planétaire.

Depuis 1998, le Stade de France est à la fois le paroxysme du sport de haut niveau national français et l’un des cœurs battants de la Seine-Saint-Denis. Accueillant les plus grands événements sportifs et spectacles de grande envergure français et internationaux, nombreux sont les enfants du Département à avoir eu la chance de visiter son enceinte monumentale.

Mais au delà du département, le Stade de France revêt une symbolique particulière pour chaque français. Comment oublier la victoire de l’Équipe de France face au Brésil lors de la finale de la Coupe du Monde de football 1998, les championnats du Monde d’Athlétisme en 2003, les concerts de Madonna, celui des Rolling Stones ou de U2 ? Tous ces grands moments d’émotion ont fait la réputation de ce lieu magique et intemporel.

Imaginé par quatre architectes, Michel Macary, Aymeric Zubléna, Michel Regembal et Claude Costantini, le Stade de France, est, avec ses 80 000 places assises en tribune, le plus grand stade de l’hexagone.

En ce qui concerne sa structure amovible, elle le propulse au rang du plus grand stade modulaire du monde. Ce système mis en lumière à l’occasion des Jeux Olympiques, permettra aux rangées de sièges les plus basses de se rétracter pour laisser place à la magnifique piste d’athlétisme qui a déjà accueilli tant d’immenses athlètes.

Au delà de la véritable prouesse architecturale de sa structure, le Stade de France est en lui-même un message. Comme suspendue dans les airs, son ellipse, si caractéristique, symbolise l’universalité du sport, un véritable clin d’œil à l’universalité des valeurs de l’Olympisme.

Le Stade de France sera en 2024 le lieu de rendez-vous pour toutes les compétitions d’athlétisme et sera même d’ici là, relié par une passerelle menant les sportifs et les spectateurs, vers un autre site majeur, le Centre aquatique du projet Paris 2024.

Cette passerelle qui surplombera l’Autoroute A1 réunira les deux enceintes, pour n’en faire qu’un seul et même site, situé à moins de 2 kilomètres du village olympique et paralympique.

Une fois les Jeux Olympiques et Paralympiques terminés, l’enceinte de la porte de Saint Denis continuera d’accueillir les Équipes de France de football et de rugby à l’occasion de leurs rencontres. D’autres nombreuses compétitions sportives nationales et internationales s’y dérouleront à l’avenir mais aussi, comme c’est déjà le cas aujourd’hui, des événements culturels de grande ampleur. Le Stade de France n’a donc pas fini de nous faire vibrer !

à lire aussi
Seine-Saint-Denis JOP 2024

24 sites pour 2024 : le sport est en bas de chez vous !

L’accueil des Jeux olympiques et paralympiques en 2024 doit être aussi l’occasion de mettre le sport à portée de tous∙te∙s dans l’espace public. C’est l’objectif de « 24 sites pour 2024 », un dispositif qui propose au grand public des activités sportives gratuites jusqu’à la mi-juillet dans une vingtaine de villes de la Seine-Saint-Denis. Découvrez le programme !

Saint-Denis Tennis de table

Championnes de France !

Samedi 5 juin, l’équipe féminine du Saint-Denis US 93 tennis de table a remporté la finale du Championnat de France par équipe, en ne laissant aucune chance à Metz (3-0). Après leur victoire en Coupe d’Europe des clubs ETTU, les Dionysiennes ont réalisé une saison exceptionnelle.

Athlétisme Montreuil

A Montreuil, Zango égale Tamgho

Pour le retour du meeting international d’athlétisme de Montreuil, certes à huis clos mais pas sans chaleur, le Burkinabé Hugues-Fabrice Zango a fait le show au triple saut, égalant le record de l’épreuve détenu par un certain Teddy Tamgho. Côté français, Melvin Raffin, dans ce même concours de triple, et Rénelle Lamote, sur 800m, ont tous deux réalisé les minimas pour les Jeux de Tokyo.