Catégories
Seine Saint-Denis
Vélo Transports

La Seine-Saint-Denis roule pour la Scandibérique

Vendredi 1er juin, le Département a inauguré son tronçon de la Scandibérique. Non, ce n’est pas un pays imaginaire, mais une piste cyclable traversant l’Europe, de la Norvège à l’Espagne. Focus sur les 16 km séquanodionysiens de cette route européenne et écolo avec Vincent Malard, chef de bureau à la Direction de la voirie du Département.

Par où passe la Scandibérique dans le département ?

« Si on la prend dans le sens est-ouest, elle entre dans le département au niveau du parc de la Poudrerie à Sevran, en provenance de Seine-et-Marne. Elle suit ensuite le Canal de l’Ourcq en passant par Pavillons-sous-bois, Pantin pour déboucher à la Villette. Il faut préciser que la Seine-Saint-Denis fait partie des rares départements où le trajet de cette Eurovéloroute est complet. En effet, nos derniers travaux en date, à Pantin, à hauteur de la centrale à béton Holcim, vont permettre aux usagers de ne plus avoir à quitter la piste cyclable. Et ce dès le début 2019. »

Pour rêver un peu, c’est quoi le trajet de la Scandibérique ?

« Cette Eurovéloroute, qui sera longue à terme de 5000 km, relie Trondheim en Norvège à Saint-Jacques de Compostelle en Espagne en passant par le Danemark, l’Allemagne, les Pays Bas, la Belgique, la France et l’Espagne. Pour ce qui est de l’Hexagone, elle entre dans le territoire entre les départements du Nord et des Ardennes. Elle traverse donc la Seine-Saint-Denis puis Paris. Ensuite, c’est Orléans, Tours, Poitiers, Bordeaux, Biarritz avant d’entrer en Espagne par le Pays basque. Soit 1700 km, sur lesquels 60 % du parcours est finalisé. »

En quoi a consisté le travail des équipes du Département sur ce projet ?

« Le Canal de l’Ourcq appartient à la Ville de Paris. Pour l’aménager, nous avons donc signé une convention à la fin des années 70, et depuis, chaque année, nous avons fait en sorte d’étendre les tronçons de pistes cyclables. Le dernier en date est comme je le disais en cours de finalisation à Pantin. A chaque fois, cela veut dire pour nos équipes dessiner les plans, rencontrer les villes concernées, et réaliser les travaux avec une entreprise mandatée. Au total, une dizaine de personnes de la Direction de la voirie et des déplacements (DVD) sont mobilisées sur ce projet, auxquelles s’ajoutent les équipes de la DNPB (Direction de la Nature et des Parcs) aux endroits où la piste cyclable traverse des parcs départementaux (La Poudrerie à Sevran et La Bergère à Bobigny). »

Plus généralement, quel est le kilométrage total de pistes cyclables en Seine-Saint-Denis ? On a parfois l’impression que tout se concentre le long du Canal de l’Ourcq…

« Non, ce n’est plus vrai. Le Canal de l’Ourcq reste l’axe majeur (800 à 1000 cyclistes par jour), mais tous les ans, nous ouvrons de nouveaux tronçons de pistes cyclables dans le département. Parmi les plus récents : 2,6 km de pistes en double sens le long de la route départementale 27 à Bobigny, la route qui passe devant le lycée Sabatier. Et une piste cyclable aussi le long de la RD 902 à Rosny-sous-Bois. Parmi les projets à venir, on pourrait citer des pistes à Clichy-sous-Bois sur l’RD 970 ou encore à Bondy devant le collège Jean-Zay. Au total, le département compte autour de 132 km d’aménagements cyclables.

Les transports doux, c’est une priorité pour le Département ?

« Ce qui est sûr, c’est qu’on est dans une volonté de mieux partager l’espace public. Là où 4-5 ans en arrière, il avait uniquement un souci de fluidifier le trafic, désormais, on se soucie aussi de réduire la place de la voiture dans tous les projets où il y a de la voirie. On est sur l’idée d’un usage partagé. »

JPEG - 67.4 ko

Un chiffre :

6 millions d’euros par an- C’est la somme que le Département investit depuis trois ans dans le vélo sous toutes ses formes. La majeure partie est consacrée aux projets de voirie, qui font la part belle aux transports doux et laissent une part de plus en plus importante aux deux roues. Mais ce montant comprend aussi un volet animation, menée avec des associations, pour faire la promotion du vélo comme mode de déplacement.

A noter : Pour l’inauguration du tronçon séquanodionysien de la Scandibérique, les représentants des centaines de communes que traverse cette vélo-route sur le territoire français ont été invités. Vendredi 1er juin, on verra donc des élus et des techniciens de toute la France tester les vélos sur la portion de piste cyclable à la hauteur de La Bergère. Le Département va mettre à disposition son parc de vélos électriques et l’association Libres et gonflé(e)s, basée à Bobigny, prêtera aussi des cycles.
JPEG - 73.4 ko

L’inauguration du tronçon séquano-dionysien de la Scandibérique a eu lieu en présence notamment de Christophe Najdovski, Maire-Adjoint de Paris chargé des Transports et de l’Espace Public, Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis et Stéphane Beaudet, Conseiller régional et vice-président de la Région aux transports.

à lire aussi
Petite enfance Le Pré-Saint-Gervais

Des enfants et des graines

Depuis quelques années, la crèche Danton au Pré Saint-Gervais organise régulièrement des sorties dans des jardins partagés de la ville. L’occasion pour les tout-petits de s’éveiller à la nature et l’environnement dès le plus jeune âge. Reportage.

Transition écologique

Bienvenue en COP 93 !

Du 30 mai au 5 juin, c’est la Semaine européenne du développement durable. L’occasion pour le Département de montrer qu’en Seine-Saint-Denis aussi, on est sensible aux questions de transition écologique et d’amélioration du cadre de vie des habitant·e·s.

Pierrefitte-sur-Seine Consommation

RAPID, les champions de l’anti-gaspi

A Pierrefitte, une régie associative projette de « mieux valoriser les invendus alimentaires. » En s’appuyant sur sa propre cuisine, le projet RAPID créera aussi des emplois en insertion. Explications avec Audrey Renaud, directrice de la structure, lauréate d’un appel à projets IN Seine-Saint-Denis.