Catégories
Seine Saint-Denis
Archéologie Neuilly-sur-Marne

Journées du matrimoine : valoriser l’archéologie au féminin

Les chantiers de fouilles, un univers physique et surtout masculin ? Pas du tout ! Le Département vous propose une exposition de photographies à l’archéosite de Neuilly-sur-Marne jusqu’au 18 octobre sur le rôle des femmes dans la gestion et la valorisation des vestiges archéologiques.

« Voilà plus de 20 ans que j’exerce ce métier et j’ai toujours vu autant de femmes que d’hommes sur les chantiers de fouilles voire plus » annonce l’archéologue Ana-Cristina Gonçalves-Buissart. Loin des clichés des aventurier·ère·s encensé·e·s par le cinéma, les métiers liés à cette discipline se sont considérablement transformés depuis une vingtaine d’années, comme l’atteste cette exposition de photographies également consultable en ligne.

Un service paritaire et ultra-actif

Le bureau départemental du patrimoine archéologique est composé de neuf femmes et dix hommes qui mettent en œuvre l’étude, la préservation et la valorisation des vestiges. Ces agent·e·s parmi lesquels des archéologues, techniciens de fouilles, une photographe, un graphiste… réalisent surtout des opérations d’archéologie préventive (menées au préalable de travaux d’aménagement) et quelques fouilles programmées. Ils∙elles interviennent dans trois étapes différentes, à savoir la réalisation des opérations (le diagnostic suivi ou pas de fouilles), la réalisation d’une étude sur les données de terrain et la valorisation dans laquelle s’insère l’archéosite. Le service, qui existe depuis près de 30 ans a découvert des sépultures mésolithiques remontant à 6500 ans avant J-C sur le site de la Haute-Île à Neuilly-sur-Marne ; un village et une immense nécropole gauloise sur le site de l’hôpital Avicenne à Bobigny ; un cimetière du Moyen-Âge à Noisy-le-Grand…

JPEG - 49.2 ko

Des métiers en constante évolution

« En l’espace de 20 ans, les activités ont énormément changé au niveau des nouvelles technologies et sur le plan administratif » ajoute Ana-Cristina. Les archéologues, qui maîtrisent maintenant l’ensemble de la chaîne opératoire, répondent aujourd’hui à des appels d’offres, montent des conventions ou des marchés publics auprès des prestataires... Les agent∙e∙s départementaux∙ales travaillent également de manière plus conjointe pour valoriser les recherches auprès du grand public ou des scolaires à l’archéosite de Neuilly-sur-Marne ou directement lors de visites guidées sur les chantiers de fouilles. Ceux∙celles-ci se félicitent de l’ambiance conviviale et « pas sexiste du tout » du service et constatent que l’image de l’archéologie est en train de changer, incitant de plus en plus d’étudiantes à se lancer dans ce secteur.

« Les chantiers de fouilles n’exigent pas des conditions physiques insurmontables et les femmes sont tout à fait capables de réussir et de s’épanouir dans ce domaine passionnant » conclut la spécialiste.
Par ailleurs, si vous souhaitez assister à un chantier de fouilles, les archéologues départementaux∙ales vous convient tous les 15 jours les vendredis à 13h45 à une visite guidée du stade de la Motte, à proximité de l’hôpital Avicenne à Bobigny.

Visites guidées gratuites les vendredis 2, 16 octobre, 6, 20 novembre, 4 et 12 décembre à 13h45 suivies de rencontres avec les agent·e·s.
Inscription bientôt disponible sur Explore Paris.

Photo de Micheline Kerien, bénévole spécialisée dans l’étude des ossements humains
Crédit-photo : Emmanuelle Jacquot

à lire aussi
Seine-Saint-Denis Court-métrage

Des graines de cinéastes en Seine-Saint-Denis

Le 15 octobre, le concours vidéo Moteur ! parrainé par Grand corps malade a récompensé 36 jeunes lauréat∙e∙s venu∙e∙s de toute la France lors d’une soirée festive au cinéma Gaumont des Champs-Élysées. Parmi eux∙elles : deux étudiantes et un lycéen de Seine-Saint-Denis qui rêvent de percer dans les domaines du cinéma ou des médias.

Exposition In Seine-Saint-Denis Bobigny

Autofictions, la Seine-Saint-Denis en mode sensible

Lauréate du concours photographique Territoire(s) in Seine-Saint-Denis, la plasticienne et photographe suisse Valérie Frossard affiche ses « Autofictions » à la Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis à Bobigny jusqu’au 15 novembre. Une découverte poétique et humaine d’un quartier de Pierrefitte et de ses habitant·e·s. Visite commentée avec l’artiste.