Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
En direct de Rio

Jonathan Moriamé nage en plein « conte de fées »

Depuis son arrivée à Rio, le gardien du Cercle Noiséen et de l’équipe de France de waterpolo sirote son rêve de jouer la plus grande compétition du monde avant le plongeon dans le grand bain, samedi face au Monténégro.

Depuis six jours, Jonathan Moriamé nage en plein rêve. Sous le charme de Rio, le portier du Cercle des nageurs noiséens et des Bleus nous raconte : « Il y a encore six mois, je ne pensais pas disputer, un jour dans ma vie, les Jeux Olympiques. Et là, depuis vendredi dernier, date de notre arrivée à Rio, je suis en plein dans mon rêve, dans un conte de fées au quotidien », résume l’un des 13 poloïstes français.
Au milieu des tours du village olympique dont les athlètes essuient encore un peu les plâtres, le géant noiséen (2m03 pour 103 kg !) se pince « en croisant à tout moment des champions que je vois, d’ordinaire, à la télévision, notamment les joueurs de l’équipe de France de basket-ball, de handball ou des joueurs de tennis. Je suis transporté, à la fois, dans mon rêve et dans une réelle fierté d’être à leurs côtés. D’un coup, défendre les couleurs de l’équipe de France revêt une dimension incroyable… ».
Soudainement, le futur entraîneur de Noisy-le-Sec, club où il a débuté à l’âge de sept ans et où les jeunes pousses l’appellent affectueusement "le Tyran", écarquille des yeux gros comme les ballons qu’il tente d’arrêter dans ses cages : « En arrivant à Rio, nous représentions un sport mineur. Là, nous avons fait une conférence de presse, ce qui nous arrive très rarement. Nous discutons avec des journalistes. D’habitude, nous n’intéressons pas grand monde, nous ne voyons pas grand monde. Là, que ce soit au village ou avec les médias, nous avons presque l’impression, que tout le monde est présent pour nous… ».
Avant de plonger dans le grand bain olympique, samedi, face au Monténégro, la doublure du gardien de but marseillais Rémi Garsau rêve tout haut du meilleur pour ses Bleus : « Certes, nous avons une poule difficile (cf encadré : « Du lourd en poule »). Mais, quelque part, nous sommes un peu outsiders. Alors, les quarts de finale, pourquoi pas ? Ce serait très bien. Nous ne nous interdisons absolument rien. Il y a deux ans, personne n’aurait misé sur notre présence à Rio. Mais notre génération, bossant ensemble depuis dix ans, a gravi les échelons quatre à quatre. Nous sommes des courageux, une vraie équipe de guerriers ! Alors, pourquoi pas continuer de rêver en espérant entrer dans les huit… ».

De notre correspondance particulière à Rio, Sophie GREUIL

>>Du lourd, en poule…
Pour leur retour aux Jeux Olympiques, après vingt-quatre ans d’absence, les Bleus auront cinq équipes à brasser en poule : le Monténégro (vice-champion d’Europe en titre) en apéritif suivi, lundi, de l’Italie (2ème aux JO en 2012) puis les Etats-Unis, l’Espagne et la Croatie (championne olympique en titre). Pour monter dans un quart, nos Coqs devront finir parmi les quatre premiers de leur poule…

>>Florian en rêvait, Bruzzo l’a fait !
Au fil de sa carrière de défenseur à Noisy-le-Sec, Florian Bruzzo rêvait d’aller aux Jeux Olympiques. Encore plus, depuis le 24 juin 2012, depuis sa prise de poste comme sélectionneur de l’équipe de France ! Vingt-quatre ans après la dernière participation des poloïstes tricolores aux Jeux, il l’a fait ! Il y songeait pour les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo, le Noiséen vient de gagner… quatre ans !

ESCRIME
Aubervilliers, porte-drapeau de l’Egypte ?
Vice-champion olympique de fleuret à Londres en 2012, Alaaeldine Abouelkassem, licencié au CM Aubervilliers, a été pressenti pour être le porte-drapeau de son pays lors de la cérémonie d’ouverture. Confirmation attendue…

SKATE…ESCALADE…BASE-BALL…
Hier, le Comité International Olympique a donné un coup de jeune à son programme en introduisant, pour l’édition de Tokyo en 2020, le skate-board, l’escalade, le karaté, le surf et le baseball/softball. Excepté pour le surf, les sportifs de notre département ont un bon coup à jouer sur cette nouvelle vague…

à lire aussi
Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.

Piscines

Un centre aquatique olympique axé sur l’héritage

Mardi 9 juin, la Métropole du Grand Paris a organisé une visite du chantier de la future piscine olympique de Saint-Denis. Situé juste en face du Stade de France, cet équipement accueillera plusieurs épreuves pendant les Jeux de Paris 2024. Mais sa présence est surtout fondamentale pour l’après-Jeux, dans un territoire où un enfant sur deux ne sait pas nager à son entrée en 6e. Reportage.

Continuité pédagogique Karaté Pierrefitte-sur-Seine

Lamya Matoub : « Les enfants comprennent très bien l’angoisse que crée la crise sanitaire… »

À 28 ans, la karatéka pierrefittoise s’est forgée un sublime palmarès avec sept victoires en Coupe de France, la médaille d’or puis de bronze aux Jeux africains et la première marche du podium aux Jeux mondiaux en 2017… L’athlète qui porte les couleurs de l’Algérie prépare désormais les JO de Tokyo, reportés d’un an. Institutrice à Sarcelles, cette battante gère aussi la continuité pédagogique de ses élèves de maternelle.