Catégories
Seine Saint-Denis
JOP 2024 Saint-Denis

J.O.P. Paris 2024, les entrepreneurs de Seine-Saint-Denis entrent en jeu

Mardi 28 juin, deux cents acteurs de la vie économique du département ont participé à un débat sur la candidature de Paris aux J.O.P. 2024. Une soirée à l’initiative de Stéphane Troussel, président du Conseil départemental et Patrick Braouezec, président de Plaine Commune, en présence de Tony Estanguet co-président du Comité de candidature Paris 2024.

« Nous devons présenter un projet capable de convaincre un à un chacun des membres du jury. Pour cela nous avons besoin d’idées, de vos idées, du soutien de toute la population. » Thierry Rey, membre du comité de candidature et champion olympique sait motiver son auditoire. Dans la salle de réception du siège de la SNCF réseau à Saint-Denis, de nombreux acteurs de la vie économique, prennent la parole.

Un membre du club des entrepreneurs de Seine-Saint-Denis explique : « Il est important d’avoir le soutien de la population, de même que celle-ci doit pouvoir accéder aux emplois générés par l’organisation des Jeux Olympiques. Par ailleurs, la Seine-Saint-Denis souffre d’une image dévalorisée, celle d’un département qui ne serait constitué que de quartier difficiles. Pourquoi ne pas inscrire en préalable dans le projet que des emplois seront réservés aux habitants de ces quartiers ? Ils feront la démonstration que les Séquano-Dyonisiens fournissent un travail de qualité et contribueront à changer l’image du département. »

En Seine-Saint-Denis, le monde accueille le monde

Un représentant de la Maison des Projets des Docks de Saint-Ouen souligne que « si les Jeux Olympiques concernent plus de deux cents nationalités, on peut parier que la plupart d’entre elles sont présentes dans notre département. On pourrait alors dire : « En Seine-Saint-Denis, le monde accueille le monde ! »

Un responsable hôtelier rappelle qu’il n’est pas facile de faire venir des touristes étrangers, que ceux-ci s’inquiètent de la sécurité. « Pourquoi ne pas aborder clairement le sujet et mener une campagne d’image auprès des pays susceptibles de venir ici ? »

Stéphane Carmine, directeur d’une entreprise de second œuvre explique qu’ « actuellement un chantier sans émission carbone est mené en Saint-Saint-Denis. Pourquoi ne pas insérer dans le projet une clause privilégiant les chantiers neutres en émission de gaz à effet de serre ? »

Gérard Lissorgues, président de la chambre de commerce et d’industrie propose qu’un club d’entreprise spécialement dédié veille à harmoniser les appels d’offres avec le calendrier de la candidature, tandis que Julien Capone, jeune créateur de start-up propose la la mise en commun de données en open-data.
Deux heures durant, les propositions se succèdent, chacune d’elles scrupuleusement notées. Elles enrichiront la démarche de concertation lancée par le comité de candidature de Paris 2024. Et il y en aura d’autres, les entrepreneurs aussi sont dans la course aux Jeux !

JPEG - 70.9 ko
à lire aussi
J.O.P Tokyo Saint-Denis Athlétisme

Timothée Adolphe, la médaille de l’obstination

A 31 ans, le sprinter non-voyant de Saint-Denis Emotion a enfin décroché cet été une médaille paralympique - l’argent sur 100m - à Tokyo. Un résultat d’autant plus méritant que cinq jours auparavant, il avait une nouvelle fois été disqualifié sur 400m, comme à Rio en 2016. Apaisé, le « guépard blanc » est maintenant déjà tourné vers Paris 2024, où il compte là aussi doubler.

J.O.P Tokyo

Des athlètes en forme olympique

Dix médailles olympiques, de belles performances et des émotions à foison : c’est le bilan des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo pour une Seine-Saint-Denis qui aura une fois de plus montré que la performance s’accorde aussi au féminin.

J.O.P Tokyo Basket ball Villepinte

Avec Diandra Tchatchouang, les paniers sont toujours bien garnis...

De retour dans sa ville de La Courneuve avant d’attaquer une nouvelle saison sportive, la médaillée de bronze des Jeux Olympiques de Tokyo a retrouvé son école primaire pour une distribution de matériel au lendemain de la rentrée. Avec son association Study Hall 93, la numéro 93 des Bleues et de Montpellier, s’investit aussi depuis 2019 sur le terrain de l’éducation. Objectif : ouvrir les plus jeunes au monde avant de l’accueillir lors des Jeux de 2024.