Catégories
Seine Saint-Denis
In Seine-Saint-Denis

Heureux Azhar !

A 23 ans, le Courneuvien Azhar N’Dahoma vient d’être primé à New York pour son interprétation dans le court métrage « Malik et la Tortue ». C’était son premier tournage. De quoi donner des idées à ce nouvel ambassadeur du « In ».

De la Courneuve à New York, c’est un peu l’itinéraire résumé de Azhar N’Dahoma, animateur au sein du service jeunesse de la ville mais aussi acteur qui crève l’écran de « Malik et la tortue », court métrage réalisé en 2017 au pied du quartier Verlaine et primé récemment au « Socially Relevant Film Festival (1) de New York. » De l’autre côté de l’Atlantique, du 16 au 22 mars, 69 films internationaux, sur des thèmes de société, étaient en compétition et le film des Courneuviens a tiré deux fois son épingle du jeu en remportant le prix du meilleur court-métrage et celui du meilleur acteur dans un court métrage.

Des distinctions qui concrétisent l’aboutissement de ce qu’Azhar pensait être au départ « un petit truc vite fait… » Autrement dit, il ne s’attendait pas « se retrouver derrière une caméra, parce que lorsqu’on a parlé du projet de court métrage avec le service jeunesse de la Courneuve, je pensais juste qu’on allait faire un film entre nous et puis je me retrouve à New York, les yeux grands ouverts, pour la première fois de ma vie… Et, à la fin, on me remet un prix pour ma performance d’acteur, alors que je n’avais jamais fait ça avant. »

« Ça », c’est incarner un jeune athlète aux portes de la gloire nationale tombé dans le piège du dopage. Une tricherie qui va se refermer sur lui de la pire des façons possibles. Bref, ce n’est pas un banal contrôle antidopage qui le confondra, mais un très cruel hasard…

Un scenario écrit en 2016 au fil de différents ateliers d’écriture au sein de la Maison Pour Tous Cesaria Evora de la Courneuve et coordonnés par Moudou Saadi, responsable du Conseil local de la jeunesse. Lequel avait tout de suite vu en Azhar N’Dahoma, ex-footballeur de l’AS Courneuvienne, le héros tout trouvé de cette version moderne et urbaine du Lièvre et la Tortue de Jean de La Fontaine : « C’est vrai que c’est un peu Azhar lui qui m’a donné l’idée du film, il sortait d’un jogging dans le Parc départemental et il est passé nous rendre visite au service jeunesse comme il le fait souvent. A ce moment-là, on discutait de différents scénarios pour le film. »

Un peu plus de six mois plus tard, au mois de janvier 2017, l’idée se concrétise et Azhar-Malik se retrouve à courir pieds nus dans le quartier Verlaine, filmé par l’équipe du réalisateur Adnane Tragha, déjà auteur du long métrage « 600€ », qui sollicité par Moudou Saadi a accepté de cornaquer le projet des jeunes courneuviens.

Changeant peut-être le destin d’Azhar puisque le jeune homme de 23 ans, titulaire d’un bac commercial, en est à se demander s’il n’a pas trouvé une nouvelle voie à explorer dans le cinéma : « C’est vrai que depuis quelque temps, ça me trotte dans la tête de prendre des cours de comédie. J’y pense, oui… »

En attendant, Azhar N’Dahoma défendra du 2 au 6 mai Malik et la Tortue au Festival du film sportif de Barcelone -http://www.bcnsportsfilm.org/. Une autre occasion après New York pour le nouvel ambassadeur du « In » de défendre une « image différente de la Seine-Saint-Denis, de montrer un peu partout qu’à La Courneuve et plus largement dans le 93, les jeunes ne doivent pas être catalogués comme juste bons à rejoindre la rubrique des faits divers ! »

Pour en savoir plus sur le Festival : http://www.ratedsrfilms.org/

à lire aussi
Art Parcs départementaux Patrimoine

Olivier Grossetête : "Ce qui est essentiel est de construire ensemble"

Du 21 au 27 septembre, l’artiste Olivier Grossetête, connu internationalement pour ses constructions monumentales en cartons, proposera aux habitant·e·s de Seine-Saint-Denis d’en fabriquer une autour du bâtiment de la Cartoucherie, dans le parc départemental de La Poudrerie. Nous avons demandé au plasticien de nous en dire plus sur ce projet artistique participatif hors norme.

Les corps des femmes se mettent en scènes au #Wetoo festival

Pourquoi la libération des femmes passe-t-elle par celle de leurs corps ? Comment éduquer ses enfants de manière féministe ? Le week-end dernier, à la Cité fertile à Pantin, le Wetoo festival répondait à ces questions à travers des propositions théâtrales et artistiques, prises d’assaut par un public jeune... et nombreux.

Saint-Denis Street-Art Saint-Denis

Sous les scellés, la culture !

Jusqu’au 20 septembre, l’association Mur 93 organise à Mains d’œuvres à Saint-Ouen, "Destin scellé", une exposition-vente d’artistes urbains qui ont laissé libre cours à leur imagination sur les panneaux de métal qui avaient l’espace de 99 jours interdit l’accès à ce lieu de culture et de rencontres. De l’art engagé pour continuer le combat de Mains d’œuvres plus que jamais en quête de liberté de créer et d’oser...