Catégories
Seine Saint-Denis
In Seine-Saint-Denis Le Pré-Saint-Gervais

Gwen Le Gac, haut les masques !

Cette illustratrice prépare pour le Salon du livre jeunesse en Seine-Saint-Denis une mascarade virtuelle. Du 29 novembre au 4 décembre, les visiteurs du Salon pourront prendre en photo leur reflet habillé d’un masque peint par les soins de l’artiste. Portrait de cette ambassadrice de la marque IN Seine-Saint-Denis.

Lauréate du prix « Baobab » du Salon du livre jeunesse en Seine-Saint-Denis en 2010, pour son livre « La règle d’or du cache-cache », Gwen Le Gac, illustratrice de littérature jeunesse, y revient cette année pour une création originale. Sur la moquette des allées seront disposés une quarantaine de miroirs posés sur pieds et peints de sa main. Lorsque les enfants, adolescents et parents s’y mireront, ils découvriront leur reflet flanqué d’un masque peint à même le miroir, image d’une pièce de la collection internationale de l’artiste. « Je leur propose ensuite de faire une auto-photo et de la partager sur les réseaux sociaux afin de créer une mascarade virtuelle », s’imagine déjà Gwen Le Gac.

JPEG - 24.7 ko

Le masque est une des clés de voûte de son œuvre. Elevée à Poullaouen par un père notaire et une mère au foyer, elle se sent vite étouffée par la rigidité des codes de bienséance et de bonne conduite, le « masque social », dit-elle, qu’on veut lui faire porter. Solitaire et décalée, elle s’évade dans la nature pour pousser en liberté. Alors que sa mère s’adonne à des activités décoratives, « accessoires », comme les qualifie Gwen Le Gac, elle, commence le dessin. « Si tu continues, tu iras loin ... » : penchée au-dessus de son épaule et de son dessin, son enseignante lui fait cette prometteuse prophétie. Alors, Gwen continue. Etudes artistiques au lycée, licence d’arts plastiques à la fac de Rennes. Puis, comme il faut bien gagner sa vie, elle monte à Paris pour faire son école de design textile.

A l’occasion de son diplôme de fin d’études, elle confectionne avec Christophe Honoré un livre de souvenirs, « Bretonneries ». « Nous nous sommes rencontrés à 15 ans, et très jeunes, nous entretenions une correspondance. On s’envoyait des lettres, des dessins, on faisait ensemble des livres qui n’étaient pas édités », raconte-t-elle sur celui qui est devenu l’homme de ses livres, et dont elle a depuis illustré chaque album. Car, avant de devenir le réalisateur de films comme « La Belle Personne », ou « Dans Paris », Christophe Honoré était auteur de littérature jeunesse, et notamment du roman « Tout contre Léo », abordant, à hauteur d’enfant, la question du sida.

JPEG - 13.2 ko

Après avoir travaillé pour la mode- une parenthèse qu’elle referme alors qu’elle est enceinte de sa première fille, à 32 ans- Gwen Le Gac réitère l’aventure de la publication avec « Le Terrible six heures du soir ». Très apprécié des enfants, le livre, qui parle de marmaille très effrayée par leur « papa-roi » et du « terrible six heures du soir », sans qu’on sache jamais exactement pourquoi, l’est beaucoup moins par les adultes. « Ce livre s’inscrit dans la veine des contes de fée, avec leur dureté. Certains adultes y ont réagi très violemment, parce qu’ils voyaient, dans le non-dit, la question de l’inceste », détaille Gwen Le Gac sans dissiper le mystère. C’est dans ce premier livre « important », affirme l’artiste, qu’apparaît pour la première fois le masque.

Depuis un an et demi, elle a installé son atelier dans une ancienne loge de concierge repeinte en blanc, au pied des « briques rouges » du Pré-Saint-Gervais. Aux murs, un filet de pêcheur sur lequel des pinces retiennent des dessins, des tests de peinture, de couleurs, de formes, et des boîtes qui s’entassent et dissimulent les projets qu’elle mène de front, au rythme moyen d’un album par an. Ce point de chute est l’aboutissement d’une carrière séquano-dionysienne.

JPEG - 10.1 ko

Gwen Le Gac est en effet très liée à la Seine-Saint-Denis : habitante des Lilas, l’auteure y a déjà décroché plusieurs résidences au cours desquelles elle a créé ses derniers livres : « Je suis une couleur », sur le lien entre couleurs et émotions, puis « Enfant de pauvre », inspiré des rencontres avec les élèves des villes les plus défavorisées du 93. « Ce livre ne rencontre pas grand succès. C’est un sujet qui dérange les adultes, qui ne veulent pas voir cette réalité, alors que les enfants posent ouvertement des questions lorsqu’ils rencontrent des SDF, des migrants... On retombe encore sur cette question du masque social », regrette Gwen Le Gac.

Elle espère consacrer son prochain album à la nature, et le réaliser au cœur des cités-jardins, une utopie architecturale mêlant pavillons ouvriers et végétation, qui marquent la physionomie de ce qui fut un « Pré ». Une raison supplémentaire, pour elle de devenir ambassadrice de la marque "IN Seine-Saint-Denis" : « Je vis aux Lilas, où mes filles vont à l’école, je travaille au Pré-Saint-Gervais, je fais des rencontres dans tout le département... Alors quand le Conseil départemental m’a proposé de devenir l’une de ses ambassadrices, pour moi, ça tombait sous le sens. Je veux promouvoir ce territoire, casser l’image dark qui l’asphyxie, et vanter l’idée du métissage, dans la vie, comme dans les oeuvres », conclut-elle.

Photos : @Eric Garault et @Emilie Hautier

à lire aussi
Interview

Maylis de Kerangal, un regard loyal

Maylis de Kerangal connaît bien la Seine-Saint-Denis. Ecrivaine, elle y a travaillé. De Stains à Romainville en passant par Paris 8, elle se souvient avec tendresse de ses expériences intenses et riches qui l’ont changée. A l’occasion des 10 ans du festival Hors-Limites, elle est de retour dans le département : elle donnera une lecture à la médiathèque de Rosny-sous-Bois le 29 mars.

Sculpture Neuilly-sur-Marne

André Gacko, le sculpteur qui déchire

Donnez à André Gacko une feuille de papier, il la transforme en œuvre d’art en un temps record. Loin des réseaux artistiques traditionnels, il se crée des univers chez lui, à Neuilly-sur-Marne, et transmet sa passion en animant des ateliers dans le département. Portrait d’un drôle d’oiseau.

Saint-Denis Danse Voyage

Le rêve américain des mômes des Francs-Moisins

Les 18 élèves de la section hip-hop du collège Garcia-Lorca, à Saint-Denis, vont partir une semaine à New York, sur les traces des plus grands danseurs. La détermination des élèves, l’obstination des professeurs, l’audace de la principale, et l’aide de Grand Corps Malade et du Département ont permis de réunir les fonds pour transformer leur rêve en réalité.

Cinéma Montreuil

Aurélia Petit : "Casser l’omerta"

Aurélia Petit joue dans Grâce à Dieu. Ce film de François Ozon raconte l’histoire vraie de trois hommes qui accusent un prêtre d’agressions sexuelles. Pour retrouver d’autres victimes, ils créent l’association La Parole libérée. Le film tourné en grand secret vient d’être récompensé du Grand prix du jury à Berlin. Interview de cette artiste montreuilloise.

Services, aides
& démarches

24 actions pour les Jeux 2024

Un plan départemental d'accompagnement de la candidature aux jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 a été adopté en séance du Conseil départemental le 22 juin 2016. Ce plan se décline en sept grands thèmes qui regroupent 24 actions.

Accessibilité des équipements culturels

Un guide valorisant la diversité de l'offre culturelle en Seine-Saint-Denis et favorisant l'accès et la participation des personnes handicapées à la vie culturelle et sociale.