Déconfinement à partir du 11 mai : Le Département de la Seine-Saint-Denis reprend au fur et à mesure son activité et applique des dispositions sanitaires pour protéger la population et ses agent.e.s, tout en assurant la continuité du service public.
> Vous pouvez nous téléphoner au 01 43 93 93 93 ou utiliser notre formulaire de contact
Catégories
Seine Saint-Denis
Seine-Saint-Denis 2024

Ghada Hatem, au nom de toutes les femmes

Cette médecin gynécologue obstétricienne s’est battue pour doter le département d’un nouvel outil dans la lutte contre les violences faites aux femmes : la Maison des femmes à Saint-Denis, où sont dispensés conseils et soins. Portrait.

« Quand vous êtes confronté à un problème, vous avez deux solutions : soit courber l’échine et dire que ça vous dépasse, soit vous mettre en quête de solutions.  » Voilà une phrase signée Ghada Hatem, pragmatique par excellence. En 2010, cette chirurgienne spécialisée en gynécologie obstétrique arrive en Seine-Saint-Denis, nommée au poste de cheffe de la maternité de l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis. Elle y découvre la grande solidarité entre les personnels, les dispositifs déjà mis en place par l’Observatoire départemental contre les violences faites aux femmes, mais aussi une série de problèmes propres au territoire, liés à une plus grande précarité ou aux phénomènes migratoires.

« Moi qui venais des Bluets et de l’hôpital d’instruction aux armées de Saint-Mandé, c’est sûr qu’auparavant, je n’avais pas eu tellement affaire à des femmes victimes d’excision ou à des problèmes de violence doublés de lourdes problématiques sociales », se souvient la praticienne de 59 ans.
« La Seine-Saint-Denis, c’est un petit bout de France avec des inégalités qu’il faut prendre en charge mais aussi toute sa richesse humaine. Une sorte de laboratoire. C’est la France de demain. », dit cette ambassadrice du « IN Seine-Saint-Denis », qui participe par ailleurs à la campagne « Seine-Saint-Denis 2024 ». Cette campagne lancée par le Département dans un contexte de disparition possible des départements de petite couronne vient rappeler la chance en termes de métissage et de jeunesse que représente la Seine-Saint-Denis pour le pays entier.

A Saint-Denis, cette chirurgienne expérimentée constate notamment que 14 % des quelque 4000 accouchées annuelles à la maternité de Delafontaine ont subi des excisions, parfois même sans en avoir conscience. Et même si le département s’est déjà doté de garde-fous face à cette pratique assez méconnue - « notamment grâce au travail en PMI (protection maternelle et infantile) de la docteur Emmanuelle Piet  » - Ghada Hatem émet l’idée d’une Maison des Femmes pour venir renforcer encore l’arsenal contre les violences faites aux femmes.

En juillet 2016, la praticienne a pu inaugurer cette structure aux murs colorés, adossée à l’hôpital Delafontaine, qui a aussi bénéficié d’une participation financière du Département. Regroupant une vingtaine de personnes, parmi lesquelles des chirurgiens, des sages-femmes ou des psychologues, elle est organisée en trois grands pôles : le Planning familial, pour les questions de contraception et d’interruptions volontaires de grossesse, les violences conjugales, et donc les consultations gynécologiques pour les femmes victimes d’excisions.
«  L’idée est celle d’une prise en charge globale, ponctue Ghada Hatem. En tant que femme victime de violences, si vous devez vous débrouiller toute seule, c’est compliqué. Dans cette Maison des Femmes au contraire, c’est plus facile pour passer d’un service à l’autre et les équipes échangent aussi pour assurer le suivi d’un dossier.  »

Pugnace et sachant en même temps fédérer, cette femme forte ne compte pas s’arrêter là : en février 2018, elle a lancé un crowdfunding sous le slogan « Soyons des Héroïnes » pour obtenir une extension de la Maison des femmes, malheureusement déjà trop petite pour ses 35 à 50 consultations quotidiennes. «  Le but est aussi de transmettre notre expérience et d’inciter à l’ouverture d’autres Maisons des femmes à travers la France », souligne la praticienne. Le combat de Ghada Hatem ne s’arrête jamais : cette femme habituée à déplacer des montagnes n’aura certainement pas peur de pousser quelques murs.

à lire aussi
Santé Mobilisation

"Ecoutez-nous !" : le cri des soignant·e·s au lendemain du Covid

"Et un, et deux, et trois cent euros !". La banderole "Blouses blanches, colère noire" des soignant·e·s de Seine-Saint-Denis caracolait au devant du défilé, lors de la manifestation du 16 juin 2020. Le département vient en effet de payer un lourd tribut lors de la crise du Covid, s’expliquant par une patientèle très précarisée, un manque de lits, de matériel, de personnel... SSD mag a recueilli la parole de plusieurs professionnel·le·s présent·e·s dans le cortège.

Aide alimentaire

Plongée dans le bouillon solidaire d’Ismeera Ayache

La crise du Covid a le mérite d’avoir éveillé la solidarité de citoyens à distance des milieux associatifs traditionnels. Parmi eux, Ismeera Ayache, dont le rêve est de développer autour de son foodtruck « Urban bouillon » un « tiers-lieu social et culturel ». Pendant un mois, cette jeune femme de 35 ans a spontanément intégré la chaîne d’aide alimentaire mise en place pour des milliers de personnes démunies. Portrait.