Catégories
Seine Saint-Denis
Equitation JOP 2024 La Courneuve

En selle pour les Championnats de France d’équitation sport adapté

Du 10 au 12 mai, trois résidents d’une Maison d’accueil spécialisé de Saint-Denis participeront aux championnats de France d’équitation, organisés au centre équestre départemental de La Courneuve. Une grande première pour ces trois cavaliers qui retirent bien-être et confiance de leur pratique de l’équitation ! Reportage VIDÉO.

Ça se passe en Seine-Saint-Denis

Guillaume Ogier est partagé entre enthousiasme et trac. Sur son cheval Pénélope, il se débrouille comme un chef et avale le parcours d’équifun – une discipline qui consiste à guider son cheval entre plusieurs obstacles – à grande vitesse. Mais le grand jour approche : du 10 au 12 mai, trois des résidents de la Maison d’accueil spécialisé (MAS) du Pommier pourpre vont participer pour la première fois aux Championnats de France d’équitation sport adapté (handicap psychique ou mental). Une compétition que le centre équestre du parc départemental Georges-Valbon de La Courneuve organisera pour la troisième fois.

« J’ai commencé l’équitation il y a 4 ans, à l’occasion d’un stage. Ça m’a plu parce que j’ai réussi à surmonter l’appréhension que j’avais au départ et très vite, j’ai réussi à bien guider mon cheval. C’est agréable, ça nous place en situation de valorisation », explique Guillaume Ogier, l’un des trois cavaliers qui, avec Patricia Modaresse et Letu Vu, vont donc prendre part à ces championnats de France.

Spécialisée dans l’accueil de personnes présentant un handicap psychique ou mental, la MAS du Pommier pourpre héberge 40 résidents, auxquels s’ajoutent quelques accueils de jour. Travaillant à l’acquisition d’une autonomie maximale pour chaque résident, elle propose des ateliers d’équithérapie depuis de nombreuses années maintenant. « Le cheval, c’est une bonne activité pour certains de nos patients, confirme Virginie Pican, encadrante de la structure. D’abord, le contact avec le cheval est naturellement apaisant, et puis, comme celui-ci ressent chacune de nos humeurs, c’est aussi un bon outil de gestion des émotions. »

Des émotions, les trois cavaliers en auront forcément au moment de participer aux Championnats de France, qui devraient accueillir cette année 256 participants. « Aux qualifications il y a trois semaines, je l’avais emporté. Mais je ne sais pas si je pourrai le refaire face à des cavaliers sans doute plus aguerris que moi, se projette Guillaume. Je vais en tout cas essayer de bien figurer ». « Après, c’est pas les Championnats du monde non plus », glisse le cavalier, tout sourire, avant de rempiler pour un dernier tour d’entraînement.

JPEG - 69.9 ko

@Nicolas Lascourrèges

à lire aussi
Handisport Bondy

Joue-la comme Bondy pour le cécifoot

Mercredi 16 septembre, le Bondy Cécifoot Club a fait les présentations officielles : ce tout premier club de foot pour non et mal-voyants en Seine-Saint-Denis, qui va connaître ses premiers championnats cette année, vient combler un manque manifeste dans le département en matière de handisport. A quatre ans de Jeux paralympiques qui se dérouleront en partie en Seine-Saint-Denis, l’offre sportive s’enrichit.

Aménagement urbain JOP 2024

La Seine-Saint-Denis défend son projet olympique

Jeudi 10 septembre, plusieurs élus de Seine-Saint-Denis ont alerté sur un possible « détricotage » des installations des Jeux olympiques de 2024 pour le territoire. Alors que deux réunions importantes du Comité d’organisation des Jeux approchent, plusieurs rumeurs tenaces indiquent en effet que le département pourrait perdre plusieurs épreuves olympiques dont la natation, affaiblissant par là-même aussi le volet héritage.

Rugby Bobigny

Les Louves commencent par un couac

Le retour à la compétition de l’équipe première féminine de l’AC Bobigny Rugby, après l’interruption due au coronavirus, a été quelque peu gâché par la lourde défaite 3-16, subie dimanche à domicile face à Romagnat. Sans être franchement inquiètes, les Louves devront se ressaisir rapidement dans une formule qui laisse peu de place à l’erreur.