Catégories
Seine Saint-Denis
Equitation JOP 2024 La Courneuve

En selle pour les Championnats de France d’équitation sport adapté

Du 10 au 12 mai, trois résidents d’une Maison d’accueil spécialisé de Saint-Denis participeront aux championnats de France d’équitation, organisés au centre équestre départemental de La Courneuve. Une grande première pour ces trois cavaliers qui retirent bien-être et confiance de leur pratique de l’équitation ! Reportage VIDÉO.

Ça se passe en Seine-Saint-Denis

Guillaume Ogier est partagé entre enthousiasme et trac. Sur son cheval Pénélope, il se débrouille comme un chef et avale le parcours d’équifun – une discipline qui consiste à guider son cheval entre plusieurs obstacles – à grande vitesse. Mais le grand jour approche : du 10 au 12 mai, trois des résidents de la Maison d’accueil spécialisé (MAS) du Pommier pourpre vont participer pour la première fois aux Championnats de France d’équitation sport adapté (handicap psychique ou mental). Une compétition que le centre équestre du parc départemental Georges-Valbon de La Courneuve organisera pour la troisième fois.

« J’ai commencé l’équitation il y a 4 ans, à l’occasion d’un stage. Ça m’a plu parce que j’ai réussi à surmonter l’appréhension que j’avais au départ et très vite, j’ai réussi à bien guider mon cheval. C’est agréable, ça nous place en situation de valorisation », explique Guillaume Ogier, l’un des trois cavaliers qui, avec Patricia Modaresse et Letu Vu, vont donc prendre part à ces championnats de France.

Spécialisée dans l’accueil de personnes présentant un handicap psychique ou mental, la MAS du Pommier pourpre héberge 40 résidents, auxquels s’ajoutent quelques accueils de jour. Travaillant à l’acquisition d’une autonomie maximale pour chaque résident, elle propose des ateliers d’équithérapie depuis de nombreuses années maintenant. « Le cheval, c’est une bonne activité pour certains de nos patients, confirme Virginie Pican, encadrante de la structure. D’abord, le contact avec le cheval est naturellement apaisant, et puis, comme celui-ci ressent chacune de nos humeurs, c’est aussi un bon outil de gestion des émotions. »

Des émotions, les trois cavaliers en auront forcément au moment de participer aux Championnats de France, qui devraient accueillir cette année 256 participants. « Aux qualifications il y a trois semaines, je l’avais emporté. Mais je ne sais pas si je pourrai le refaire face à des cavaliers sans doute plus aguerris que moi, se projette Guillaume. Je vais en tout cas essayer de bien figurer ». « Après, c’est pas les Championnats du monde non plus », glisse le cavalier, tout sourire, avant de rempiler pour un dernier tour d’entraînement.

JPEG - 69.9 ko

@Nicolas Lascourrèges

à lire aussi
Aubervilliers

Baptiste Bleier, drôle de bizutage

A 25 ans, ce coureur prometteur de St Michel-Auber 93, issu de l’équipe réserve, aura vu sa première année chez les pros interrompue brutalement par le confinement. Heureusement, la reprise de la saison au 1er août l’a remis en selle.

Montfermeil Football

Sébé Coulibaly, le foot au féminin

Passée par de nombreux clubs de Seine-Saint-Denis, cette jeune femme lance le 11 juillet « Ladies Squad », une application mobile pour encourager la pratique féminine du football. Cette internationale malienne, qui a grandi aux Bosquets à Montfermeil, voit aussi dans le foot un outil pour faire progresser la cause des femmes. Rencontre.

Judo

Après le Covid, l’Etoile du Blanc-Mesnil veut à nouveau briller

Astride, Cyrille, Guillaume, Madeleine, Margaux et Romane, judokas de l’Etoile Sportive du Blanc-Mesnil, savourent actuellement aux Ménuires, dans les montagnes savoyardes, un stage d’oxygénation, première étape de leur déconfinement. A peine serrée la ceinture de leur kimono, ils avouent une vraie soif de combats et une irrépressible faim de compétitions. Leur prochain rendez-vous international pourrait être, en novembre, les championnats d’Europe à Prague, initialement prévus en mai…

Course solidaire Jeux olympiques et paralympiques

Journée olympique : l’hommage du sport de Seine-Saint-Denis aux soignant·e·s

Mardi 23 juin, la traditionnelle journée olympique s’est reconvertie en marathon de la solidarité en hommage aux soignant·e·s. Six groupes de coureurs et coureuses sont à cette occasion parti·e·s de l’Insep à Vincennes vers différents hôpitaux de la région parisienne. Nous avons suivi celui de l’UNSS 93, constitué de lycéens et lycéennes de Bondy et d’enseignant·e·s, parti·e·s en petite foulée dire merci à des hôpitaux de Seine-Saint-Denis.