Catégories
Seine Saint-Denis
Equitation JOP 2024 La Courneuve

En selle pour les Championnats de France d’équitation sport adapté

Du 10 au 12 mai, trois résidents d’une Maison d’accueil spécialisé de Saint-Denis participeront aux championnats de France d’équitation, organisés au centre équestre départemental de La Courneuve. Une grande première pour ces trois cavaliers qui retirent bien-être et confiance de leur pratique de l’équitation ! Reportage VIDÉO.

Ça se passe en Seine-Saint-Denis

Guillaume Ogier est partagé entre enthousiasme et trac. Sur son cheval Pénélope, il se débrouille comme un chef et avale le parcours d’équifun – une discipline qui consiste à guider son cheval entre plusieurs obstacles – à grande vitesse. Mais le grand jour approche : du 10 au 12 mai, trois des résidents de la Maison d’accueil spécialisé (MAS) du Pommier pourpre vont participer pour la première fois aux Championnats de France d’équitation sport adapté (handicap psychique ou mental). Une compétition que le centre équestre du parc départemental Georges-Valbon de La Courneuve organisera pour la troisième fois.

« J’ai commencé l’équitation il y a 4 ans, à l’occasion d’un stage. Ça m’a plu parce que j’ai réussi à surmonter l’appréhension que j’avais au départ et très vite, j’ai réussi à bien guider mon cheval. C’est agréable, ça nous place en situation de valorisation », explique Guillaume Ogier, l’un des trois cavaliers qui, avec Patricia Modaresse et Letu Vu, vont donc prendre part à ces championnats de France.

Spécialisée dans l’accueil de personnes présentant un handicap psychique ou mental, la MAS du Pommier pourpre héberge 40 résidents, auxquels s’ajoutent quelques accueils de jour. Travaillant à l’acquisition d’une autonomie maximale pour chaque résident, elle propose des ateliers d’équithérapie depuis de nombreuses années maintenant. « Le cheval, c’est une bonne activité pour certains de nos patients, confirme Virginie Pican, encadrante de la structure. D’abord, le contact avec le cheval est naturellement apaisant, et puis, comme celui-ci ressent chacune de nos humeurs, c’est aussi un bon outil de gestion des émotions. »

Des émotions, les trois cavaliers en auront forcément au moment de participer aux Championnats de France, qui devraient accueillir cette année 256 participants. « Aux qualifications il y a trois semaines, je l’avais emporté. Mais je ne sais pas si je pourrai le refaire face à des cavaliers sans doute plus aguerris que moi, se projette Guillaume. Je vais en tout cas essayer de bien figurer ». « Après, c’est pas les Championnats du monde non plus », glisse le cavalier, tout sourire, avant de rempiler pour un dernier tour d’entraînement.

JPEG - 69.9 ko

@Nicolas Lascourrèges

à lire aussi
Seine-Saint-Denis JOP 2024

24 sites pour 2024 : le sport est en bas de chez vous !

L’accueil des Jeux olympiques et paralympiques en 2024 doit être aussi l’occasion de mettre le sport à portée de tous∙te∙s dans l’espace public. C’est l’objectif de « 24 sites pour 2024 », un dispositif qui propose au grand public des activités sportives gratuites jusqu’à la mi-juillet dans une vingtaine de villes de la Seine-Saint-Denis. Découvrez le programme !

Saint-Denis Tennis de table

Championnes de France !

Samedi 5 juin, l’équipe féminine du Saint-Denis US 93 tennis de table a remporté la finale du Championnat de France par équipe, en ne laissant aucune chance à Metz (3-0). Après leur victoire en Coupe d’Europe des clubs ETTU, les Dionysiennes ont réalisé une saison exceptionnelle.

Athlétisme Montreuil

A Montreuil, Zango égale Tamgho

Pour le retour du meeting international d’athlétisme de Montreuil, certes à huis clos mais pas sans chaleur, le Burkinabé Hugues-Fabrice Zango a fait le show au triple saut, égalant le record de l’épreuve détenu par un certain Teddy Tamgho. Côté français, Melvin Raffin, dans ce même concours de triple, et Rénelle Lamote, sur 800m, ont tous deux réalisé les minimas pour les Jeux de Tokyo.

Génération jeux Jeux olympiques et paralympiques Athlétisme

Charles-Antoine Kouakou, Né un 14 juillet

Fin août, ce sprinter de 22 ans représentera la France sur 400m aux Jeux paralympiques de Tokyo. Membre de l’association « Sport Toi Bien 93 », à destination de personnes ayant des déficiences mentales ou psychiques, cet athlète fait déjà la fierté de son ESAT du Bourget-Drancy, où il travaille à mi-temps comme jardinier. En attendant davantage, lui qui est un assoiffé de médailles.