Catégories
Seine Saint-Denis
Héritage J.O.P. 2024

Après les JOP, un village en héritage

A Saint-Denis, Saint-Ouen-sur-Seine et sur L’Île-Saint-Denis, le chantier du village olympique des Jeux 2024 a commencé. Un long travail en concertation avec les riverain·e·s pour limiter les nuisances et assurer aux habitant·e·s de Seine-Saint-Denis un héritage... olympique !

Longue langue posée au milieu d’un bras de Seine, L’Île-Saint-Denis, Saint-Denis et Saint-Ouen-sur-Seine se préparent à être, en 2024, le cœur des Jeux olympiques et paralympiques en accueillant le village des athlètes. Depuis neuf mois, la première phase des travaux est engagée. Les inévitables nuisances et pollutions sont le premier souci de Solideo relevant le challenge de ce colossal héritage économique et écologique.

Canons brumisateurs pour plaquer les poussières au sol, roues de chantiers régulièrement nettoyées entre des passages d’une balayeuse goinfre de boulettes sur les voiries, seuils sonores pour ne pas dépasser les limites du supportable, jusqu’à des pénalités imputées aux prestataires ne respectant pas le strict cahier des charges, ou, encore, rues interdites aux plus de 3,5 tonnes et forages recouverts de bâches anti-bruit.

De coups de pelleteuses en bennes et barges gavées à ras bord, la Solidéo veille à relever l’incroyable défi du chantier du siècle sans trop heurter les riverains : "Pour le relever, nous limitons les nuisances tout en recyclant, après triages, les matériaux...".
A partir du 26 juillet 2024, Saint-Denis, Saint-Ouen-sur-Seine et L’Île-Saint-Denis seront les hôtes de 14 000 athlètes et accompagnant·e·s pour 306 épreuves. A partir du 28 août, de 9 000 para-athlètes et accompagnant·e·s pour 540 épreuves.

Le coup de main de la Seine...

Pour réduire les nuisances de ces norias, les barges fluviales ont été mises à contribution pour évacuer le gros des gravats par la Seine. 125 000 tonnes de déblais, soit 50 % des volumes sortis de terre dans le cadre des opérations de la Solideo, ont été évacuées par barges. Au total, ce sont plus de 500 000 tonnes de déblais qui devraient être évacuées par la Seine.

Pour faire grandir ce village, 3 837 emplois devraient se donner la main grâce aux différentes maisons locales de l’emploi "visant des chantiers, aussi, socialement, exemplaires", martèle la Solideo.

Cette première phase de travaux est marquée du sceau de la concertation, la discussion avec les riverains et des explications de telle ou telle facette de ce chantier. Réunions publiques ouvertes aux riverains (Saint-Denis, Saint-Ouen-sur-Seine et L’Île-Saint-Denis) et réunions spécifiques, lettres d’information, comités de suivi de travaux trimestriels rythment l’avancée de ce chantier entre le temps de la construction, le temps de nouveaux aménagements (franchissement de L’Île, enfouissement des lignes à haute tension et renforcement du mur anti-bruit de l’A86) le temps du village puis, le temps de l’héritage en 2025.
En attendant 2023 où la géothermie chauffera le Village des athlètes, le temps de voir pousser 5 500 arbustes de petite taille et 2 400 arbres de haute tige, la concertation sera entretenue en toute saison comme la Solideo s’y engage .

En 1998, la Coupe du monde masculine de football avait laissé le Stade de France en héritage. En 2024, les Jeux aux ouvrages dessinés par des architectes renommés signeront un héritage à hauteur : his-to-ri-que !

L’après village olympique en chiffres

- Plus de 2 200 logements familiaux
- Environ 770 logements spécifiques types étudiants
- Des commerces
- Des bureaux
- De nouveaux équipements publics et des équipements rénovés (crèches, écoles, lycée, gymnases, etc.)
- De nouveaux espaces verts (un parc central, des espaces verts publics, des cœurs d’îlot végétalisés)
- De nouveaux aménagements (franchissement de L’Ile-Saint-Denis, enfouissement des lignes à haute tension, mur anti-bruit le long de l’A86)

Pour en savoir plus :
SOLiDEO, Société de Livraison Des Ouvrages olympiques

à lire aussi